«Avec les GFI, nous adoptons la même approche sur mesure qu’avec nos clients privés»

159
0
Share:

Interview de Maryline Stiegler, Managing director, Head EAM, Banque Gonet

Par Elsa Floret

A huit mois de la mise en conformité avec la FINMA, les gérants indépendants semblent s’activer.  C’est ce qu’observe Maryline Stiegler, qui suit au plus près ce mouvement et ses multiples évolutions. Elle se montre donc confiante dans leur volonté d’entreprendre et leur capacité à se transformer, voire à se réinventer.

La mise en conformité avec les nouveaux standards imposés par la LSFin et LEFin est le grand dossier du moment pour les GFI. A un an de l’échéance, quelles sont vos impressions?
Maryline Stiegler : Nous sommes en réalité à huit mois de l’échéance, et la date qui compte réellement est celle du 30 juin prochain. Lors de l’évènement Solutions GFI, organisé par Sphère en septembre, nous évoquions les 18 mois jusqu’à l’échéance du 31 décembre 2022.  Il s’est en fait réduit de moitié. Les organismes de surveillance ont fixé la date du 30 juin 2022 pour la remise des dossiers sur la plateforme de saisie et de demande. Nous ressentons beaucoup plus d’interactions. Les GFI s’activent plus, la prise de conscience est là, ils se prennent en en main et se lancent dans ces démarches. Nombreux sont ceux qui ont mûri leur projet et affiné leur business model. Certains vont s’adapter. D’autres feront le choix de rejoindre une plateforme. Les rapprochements qui font du sens vont s’accélérer. Il s’agit avant tout de préserver l’identité du GFI, caractérisée par une forte personnalité entrepreneuriale. L’équilibre n’est pas si simple à trouver.  Face à un délai si court, notre rôle est de rester à leur disposition, plus que jamais, et de les accompagner comme ils le souhaitent.

Après la réflexion, place à l’action ?
Absolument ! Avant, beaucoup y pensaient mais n’étaient pas forcément dans l’action. Aujourd’hui, cela devient concret, sous l’effet d’une pression insistante des autorités règlementaires qui délivrent un message assez fort. Les gérants ont la capacité de le faire. Il faut se donner les moyens de chercher des modèles différents. Il faut leur faire confiance, ce sont des entrepreneurs. C’est même le propre de la définition du gérant indépendant. C’est son état d’esprit. Les temps peuvent être durs aujourd’hui, mais demain ils auront une vraie reconnaissance. Ils auront su démontrer les bases d’une organisation solide et d’une gestion efficace du risque. C’est une grande opportunité pour eux de redynamiser d’ici un an, une activité qui a été objectivement ralentie à cause de la crise sanitaire. Je suis convaincue qu’in fine tout cela aura des effets positifs.

La relation de la banque Gonet avec les GFI est historique. Comment évolue votre approche?
Avec les gérants indépendants, notre philosophie s’inscrit dans un esprit de partenariat sur le long terme. Comme un family office, nous les accompagnons au-delà de notre rôle de banque dépositaire, dans une approche sur mesure, comme nous le faisons avec nos clients privés. A l’opposé d’une démarche plus institutionnelle que l’on retrouverait dans les grandes banques, nous sommes disponibles en tout temps pour cette clientèle très professionnelle. Nous couvrons un large spectre en termes de taille, ce qui nous permet de pouvoir établir des comparaisons et des échanges de bonnes pratiques. A travers ces nombreuses interactions nous mûrissons ensemble.

Quelles sont les solutions que Gonet apporte aux GFI ?
Avec notre vision à 360 degrés, nous sommes en permanence à la recherche de meilleures compétences en interne et en externe. Nous identifions des activités porteuses pour les GFI et les accompagnons. La prévoyance est un bon exemple de service à valeur ajoutée qu’un GFI peut utiliser comme levier de croissance. Elle constitue un bon moyen de capter une clientèle sensible à ce sujet d’actualité. Un autre exemple :  Gonet Conseils Finances, société du groupe, vient d’intégrer des compétences ciblées, notamment en matière fiscale, sur la mobilité internationale, un vaste sujet qui recouvre des situations patrimoniales très diverses et parfois très complexes.

Procédez-vous à l’onboarding régulier de GFI?
Nous continuons à accueillir régulièrement des GFI qui souhaitent privilégier un service de proximité plutôt qu’une approche de type industriel.

Maryline Stiegler a rejoint la banque Gonet en 2016 en tant que responsable du Département Gérants de fortune indépendants, en provenance du Groupe Société Générale où elle a exercé des postes à responsabilité dans le domaine du développement commercial en lien avec une clientèle institutionnelle internationale, à Paris puis dès 2008 à Genève. Maryline détient la certification CWMA.

 

Share: