« Dans l’environnement économique actuel, les impôts sont devenus un facteur de coût important pour les fonds »

700
0
Share:

Interview de Tibor Pamer, Responsable de la fiscalité, Solufonds

Par Elsa Floret

Les régimes de retraite peuvent bénéficier de possibilités accrues de récupération de l’impôt à la source, même lorsqu’ils investissent indirectement par le biais d’un instrument de placement collectif. Tibor Pamer explique qu’au-delà des Etats-Unis, il existe dans d’autres pays des possibilités spéciales de récupération pour les actifs investis indirectement.

En tant que responsable fiscalité chez Solufonds, quelles sont vos priorités?
Mon cahier des charges comprend à la fois des sujets liés aux entreprises ainsi que des aspects spécifiques aux fonds. Alors que ma première mission nécessite la coordination et la gestion du statut fiscal et des dépôts de Solufonds, la seconde, plus importante, concerne l’optimisation de la structure fiscale des fonds privés sur-mesure. Ces derniers font partie de notre plateforme de fonds. En tant que direction de fonds totalement indépendante, nous dispensons des services aux gestionnaires d’actifs, aux banques, aux compagnies d’assurance, aux fonds de pension et aux family offices, qui ne souhaitent pas gérer la mise en place et l’administration de leurs fonds d’investissement. Ils ont donc décidé de déléguer ces services à un spécialiste.
La mise en place d’un département fiscal supplémentaire et l’internalisation de l’expertise correspondante constituent donc un développement cohérent. La priorité est donnée aux fonds et, par conséquent, à nos clients. La compréhension de leurs besoins inclut également leurs points de vue et leurs attentes en matière de fiscalité. Cette compréhension nous permet de structurer les fonds selon leurs critères et, bien sûr, d’améliorer la performance globale des produits. Dans l’environnement économique actuel, les impôts sont devenus un facteur de coût important pour les fonds. L’optimisation de la situation fiscale d’un fonds génère un net avantage et permet d’optimiser la performance en conséquence.

Une de vos missions consiste à apporter des solutions d’investissement fiscales optimisées à une clientèle institutionnelle suisse. Quels sont les sujets dominants en matière de fiscalité?
De nombreux pays prélèvent des impôts à la source sur les paiements d’intérêts et de dividendes. Grâce au vaste réseau de conventions fiscales dont dispose la Suisse, une bonne partie de ces impôts peut être récupérée. Toutefois, les régimes de retraite en particulier peuvent bénéficier de possibilités accrues de récupération de l’impôt à la source, même lorsqu’ils investissent indirectement par le biais d’un instrument de placement collectif. Au-delà des possibilités bien connues concernant les investissements aux États-Unis, il existe des possibilités spéciales de récupération pour les actifs investis indirectement, dans de nombreux autres pays dans le monde.

Avec cette création de poste, Solufonds se distingue des autres directions de fonds indépendants qui externalisent l’activité de conseil en matière de fiscalité et de finance. Quels sont les avantages d’internaliser ce service?
Compte tenu de la complexité des questions fiscales, la plupart des sociétés de gestion ont délégué ces tâches à des tiers, mais à un certain coût. Le fait de disposer d’une connaissance approfondie de la fiscalité en interne offre de nombreuses possibilités d’améliorer en particulier la situation fiscale des fonds et le délai de mise sur le marché pour établir ces solutions optimisées. Lorsqu’il s’agit de conseiller nos clients sur les structures fiscales, cela peut être traité de manière nettement plus orientée vers les solutions. L’externalisation complète de ces aspects peut conduire à un processus moins efficient, d’autant plus que le manque de connaissances fiscales de la part du gestionnaire de fonds rend la communication difficile. Comme c’est le cas dans de nombreuses professions spécialisées, le monde de la fiscalité a un langage qui lui est propre. Par ailleurs, grâce aux vastes compétences internes en matière de fiscalité, les autres prestataires de services peuvent être coordonnés, challengés et contrôlés de manière professionnelle.

Intervenez-vous lors du maintien et de la structuration de solution de fonds d’investissement en private labelling pour des fonds de placement de tiers?
Solufonds apporte ses services de private labelling uniquement à des tiers. Par conséquent, notre société ne maintient ni ne possède aucun fonds propre. C’est la garantie de nous protéger de tout conflit d’intérêts.
Parmi les FCP et SICAV que nous gérons actuellement, une moitié se situe dans le secteur de l’immobilier, l’autre moitié dans le marché des valeurs mobilières.
Au sein de nos équipes de 37 personnes, nous possédons les compétences de structuration de fonds de placement alternatifs. Ainsi, nous avons pu lancer cette année le premier fonds en dette privée domicilié en Suisse.
Notre croissance est purement organique. Elle est également due en grande partie à l’expérience de l’équipe de gestion d’actifs et de fonds ainsi que de la direction générale. Cette croissance s’est accélérée ces dernières années : alors que dix ans ont été nécessaires pour atteindre les 2 milliards de CHF d’actifs sous gestion initiaux, seuls trois ans nous ont permis dernièrement d’atteindre 4 milliards. Avec nos deux sites de Morges et de Zurich, nous sommes proches de nos clients tant en Suisse romande, qu’en Suisse alémanique et au Tessin.

Tibor Pamer a rejoint Solufonds, direction de fonds de droit suisse, en septembre 2021 en tant que responsable de la fiscalité. Après avoir démarré sa carrière il y a plus de 20 ans au Credit Suisse, Tibor Pamer a travaillé chez PricewaterhouseCoopers en tant que conseiller en fiscalité d’entreprises en 2008. En 2012, il a intégré GAM Investment Management en qualité de conseiller fiscal senior.

Licencié en droit de l’Université de Bâle, Tibor a également obtenu un CAS en finance et comptabilité pour les juristes auprès de l’Institut des services financiers de Zoug IFZ. Il a enfin suivi la formation d’expert fiscal certifié suisse de la Swiss tax academy à Zurich.

 

Share: