« Des opportunités de développement vers une clientèle plus institutionnelle »

1325
0
Share:

Interview Jacques Diwan, Crescendo Group

Crescendo Capital, filiale du groupe Crescendo, vient d’obtenir de la FINMA son autorisation de gestionnaire de fortune collective. Elle va lui permettre de développer sa ligne Asset Management en parallèle de ses activités de gestion de fortune menées depuis la Suisse.

Pourquoi avoir attendu 2022 pour demander votre licence de gestion collective ?
Jacques Diwan: Conformément aux dispositions transitoires de la LEFin, nous avons effectué en tant que gestionnaire de fortune une annonce à la FINMA en mai 2020. A cette époque notre intention était de déposer une requête en autorisation en tant que gestionnaire de fortune « simple ». Cependant, dès janvier 2021, notre croissance au niveau de l’asset management était telle qu’elle nous a finalement conduit à nous orienter vers la licence de gestionnaire de fortune collective. Nos actifs sous gestion dépassaient en effet les minimas requis. Nous avons reçu notre licence le 1er novembre 2022. Ce fut un processus exigeant mais qui nous a permis de renforcer notre organisation pour satisfaire les exigences liées à son obtention.

Comment avez-vous structuré votre offre Asset Management ?
Avant tout, nous diversifions nos portefeuilles dans les marchés privé pour exécuter la stratégie Endowment que nous proposons à nos clients
Au fil des années, nous avons pris la décision de développer un certain nombre de compétences en interne, principalement pour assurer une meilleure gestion des risques. Quand vous pouvez vous-même identifier, structurer et exécuter des transactions sur le marché vous avez une connaissance et un contrôle beaucoup plus fort avec les sous-jacents.
Cette offre a suscité de plus en plus d’intérêt de la part de tiers, ce qui nous a amenés à créer une division asset management avec sa stratégie et ses équipes dédiées.
Aujourd’hui, notre offre asset management repose sur quatre stratégies : dette privée, immobilier, venture capital et sélection de hedge funds. Pour chacune d’entre elles, nous avons constitué une équipe de spécialistes, rassemblée au cœur de leur écosystème naturel : New York pour la dette privée, Genève pour les hedge funds, par exemple.
Cette année, nous lançons à partir de notre filiale new-yorkaise une « Specialty Finance Company », afin de pouvoir être plus actif sur le marché de la dette privée, offrant ainsi plus d’opportunités à nos investisseurs institutionnel et privés.

Quels développements souhaitez-vous lui donner maintenant que vous avez obtenu cette licence ?
La licence nous donne de nouvelles opportunités de développement, notamment vers une clientèle plus institutionnelle. Elle va aussi nous permettre de gérer des fonds collectifs bien au-delà des seuils d’actifs sous gestion accordés aux gestionnaires de fortune, et faciliter ainsi notre croissance.

Quelles sont vos ambitions pour Crescendo sur la partie Wealth Management ?
Il est important de rappeler que le wealth Management est l’activité historique et principale de Crescendo.
La stratégie d’investissement que nous offrons à nos clients est très claire et c’est une constante depuis 2004. Il s’agit du « Endowment style ».
Cette stratégie est issue de la façon dont les universités anglo-saxonnes gèrent elles-mêmes leur patrimoine. Leur philosophie d’investissement s’inscrit avant tout dans le long terme, avec une allocation stratégique au niveau des classes d’actifs et une forte diversification entre marchés publics et privés, pouvant aller jusqu’à 50-50. L’objectif principal de ces universités est de préserver le capital, le faire grandir sur le long terme avec une volatilité contrôlée et de générer un certain cash-flow.
Cette stratégie est généralement très attractive pour nos clients car leurs objectifs sont souvent similaires à ceux des Endowments. L’organisation que nous avons mis en place et qui a nécessité un investissement important, nous permet aujourd’hui d’offrir à nos clients une telle stratégie.
Cette philosophie d’investissement que nous nous appliquons à offrir depuis près de 20 ans, continuera de nous singulariser afin d’attirer de nouveaux clients mais aussi des relationship managers qui veulent pouvoir s’appuyer sur une véritable expertise interne de gestion.

 

Jacques Diwan est le co-fondateur et le CEO du groupe Crescendo dont fait partie Crescendo Capital, basé à Genève. En tant que CEO, il est responsable de la stratégie du groupe et il supervise son comité exécutif. Avant de fonder Crescendo en 2004, Jacques Diwan a été membre du comité exécutif de la banque privée Edmond de Rothschild à Genève et son comité des Investissements Alternatifs. Auparavant, il a travaillé pour l’Union Bancaire Privée à Genève de 1988 à 2000 – établissement reconnu dans le domaine des investissements alternatifs – où il supervisait un portefeuille totalisant 2 milliards de dollars.
Jacques Diwan est diplômé en sciences politiques de l’Université de Genève.

 

 

Share: