« Je me retrouve au cœur de l’écosystème Silex »

598
0
Share:

Interview de Stéphanie de Torquat, Cheffe économiste, SILEX

 Par Elsa Floret

Stéphanie de Torquat a rejoint Silex en tant que cheffe économiste. Cette nomination, une première pour le groupe, marque la volonté de Silex d’institutionnaliser l’animation de contenu et les recommandations d’investissement.

Pourquoi avoir voulu rejoindre Silex ?
Silex m’offre la possibilité d’évoluer dans un environnement dynamique, avec beaucoup de place accordée à la liberté de réflexion. La proximité des différentes équipes favorise la communication et la mise en œuvre rapide de projets pertinents. J’ai trouvé aussi particulièrement enthousiasmant, tant sur le plan humain que professionnel, que Silex ait la volonté de s’ouvrir à une clientèle large, y compris à l’international. Le potentiel de développement de l’entreprise est un véritable moteur au quotidien, et j’ai eu très vite la conviction que je pourrai m’y épanouir dans la durée.

Quel est votre premier défi en tant que Cheffe économiste chez Silex ?
En tant que Cheffe économiste, je me trouve au cœur de « l’écosystème Silex ». Le scénario macroéconomique est central, dans la mesure où il est à l’origine des convictions d’investissement que nous recommandons à nos clients, en lien avec nos experts sur les différentes classes d’actifs que nous couvrons.
Le défi pour moi sera de contribuer à assoir la crédibilité de Silex en tant que fournisseur de contenu solide, cohérent et pérenne, au-delà de son « offre produits ». Tout ce que nous proposons à nos clients doit s’inscrire dans une démarche holistique, fondée sur des convictions fortes. Construire une histoire globale autour de laquelle rayonne notre offre est devenue possible parce que Silex a désormais atteint une certaine maturité. Et c’est la raison pour laquelle je suis ravie de rejoindre Silex à ce stade de son développement.

Quel est votre scénario macro-économique pour le dernier trimestre 2022 ?
Dans un contexte d’inflation bien connue, s’accompagnant d’un resserrement des conditions financières extrêmement contraignant, il est difficile d’envisager un dernier trimestre serein.
Le consommateur américain a fait preuve d’une résilience remarquable jusqu’à présent, porté par une forme de dynamisme caractéristique des États-Unis, mais aussi par les excès de soutien monétaires et fiscaux des dernières années. Cependant, il va probablement finir par plier sous le poids de la hausse du coût du capital et des taux hypothécaires.
Quant à la zone euro, elle s’apprête à traverser un hiver compliqué, marqué par une crise énergétique sans précédent, un ralentissement déjà engagé, et une banque centrale qui ne recule pas. L’inflation devrait passer son point haut et entamer une trajectoire baissière au cours de ce trimestre, mais le coût en sera élevé.
Quant à la Suisse, elle apparaît plutôt préservée compte-tenu du ralentissement économique global, en partie grâce à un mix énergétique favorable, et en partie grâce à une devise forte, limitant l’inflation importée. Cela dit, étant une petite économie ouverte dont le principal partenaire commercial est la zone euro, elle n’échappera pas à la morosité économique ambiante. Dans cet environnement difficile, il faut continuer à aller chercher les opportunités de façon sélective, mais aussi être prêts à se positionner rapidement lorsque le contexte s’y prêtera.

 

De 2010 à 2022, Stéphanie de Torquat a travaillé en tant que macro-économiste senior et membre du comité d’investissement chez Lombard Odier, à Londres entre 2010 et 2014, puis à Genève. Entre 2017 et 2022, elle avait la charge de la vue macroéconomique sur les marchés émergents. De 2006 à 2010, elle était membre de l’équipe de stratégie d’investissement chez Goldman Sachs Asset Management à Londres, où elle couvrait essentiellement la clientèle institutionnelle.
Stéphanie est diplômée de l’ENSAE à Paris – École Nationale de la Statistique et de l’Administration Économique – et détient un Master of Science en ingénierie financière de l’université de Columbia, à New York.

Share: