La bourse reste en zone de turbulences

115
0
Share:

Les marchés ont encore divergé des deux côtés de l’Atlantique la semaine dernière, mais d’une façon assez surprenante. L’Europe signe globalement une performance hebdomadaire positive, du moins au niveau de l’indice large STOXX Europe 600, parce qu’en ce qui concerne le CAC40, c’est le rouge qui s’est imposé. Un peu à l’image du Nasdaq américain qui a lourdement rechuté. Les investisseurs américains ont un peu peur que la Fed ne commette des bourdes fatales à la croissance économique dans son combat tardif contre l’inflation. Comme ils ont à peu près aussi peur des ravages de la hausse des prix, le tableau reste globalement sombre.

Un autre événement est venu se greffer là-dessus. Une nouvelle vague de coronavirus en Chine. A l’échelle de la population du pays, les chiffres de contamination ont l’air très faibles. Mais la politique d’isolement systématique crée d’importantes perturbations puisque plus de 7 500 zones sont fermées, dont de grands centres urbains. La population s’agace d’ailleurs manifestement de la situation et des pénuries qu’elle engendre sur certains médicaments et sur la nourriture. Cette nuit, les statistiques d’évolution des prix à la consommation et à la production en Chine en mars ont dépassé les attentes, ce qui a contribué à alimenter le sentiment négatif. Les places chinoises en paient le prix ce matin avec de lourdes contractions à Shanghai et à Hong Kong.

A Wall Street, de nombreux investisseurs parlent de « moment Dudley ». L’économiste, ex vice-président de la Fed avait prévenu en décembre 2020 que l’inflation allait exploser et que la nouvelle politique de la Fed sur le ciblage de l’inflation pousserait l’institution à retarder son intervention, ce qui nécessiterait une réaction brutale car tardive. Evidemment, le pronostic de Bill Dudley a l’air de se vérifier et il est plus écouté maintenant qu’il ne l’était alors. Pour Bank of America, la question est de savoir combien de temps Atlas pourra supporter la pression. Atlas, c’est le consommateur américain, selon la banque. « La Fed s’attaque tardivement à l’inflation et aux déséquilibres, mais Atlas est frappé par l’inflation et bientôt par les taux« , écrivent les stratèges de l’établissement, qui sont parmi les plus prudents du Landerneau New Yorkais (on peut écrire ça ?) sur l’évolution économique depuis plusieurs mois. Les zinzins (zinvestisseurs zinstitutionnels) que Bank of America a interrogés dernièrement ont des doutes. Florilège de citations : « personne ne veut se montrer arrogant à l’approche des 50 points de base et du tapering« , ou encore « je n’arrive pas à me décider entre récession et stagflation« . Mais aussi « la récession est maintenant tellement consensuelle« . Ou « le pétrole dit que le choc de la guerre est terminé« .

Vous l’aurez compris par vous-mêmes, on pédale toujours un peu dans la choucroute sur les marchés actions, en attendant les couperets monétaires. A ce propos, on a hâte d’entendre ce que la BCE aura à dire jeudi alors que l’inflation européenne rattrape à grande vitesse celle des Etats-Unis. Enfin hâte, il ne faudrait pas exagérer : on imagine que la banque centrale va continuer à ménager la chèvre et le chou (ce qui peut être utile pour pédaler dans la choucroute). Et sans doute à accumuler elle aussi du retard, histoire de ne pas trop s’écarter de la politique de la Fed. Suis-je mauvaise langue ? Réponse dans quatre jours.

En attendant, voici quelques informations du weekend à ne pas rater :

  • Marine Le Pen et Emmanuel Macron se disputeront la présidence de la république française au second tour. Déroute pour les vieux partis et pour les verts.
  • La région Europe et Asie centrale devrait connaître une contraction économique de 4,1% en 2022, selon la Banque Mondiale, qui pronostiquait avant la guerre en Ukraine une croissance de 3%. Les restrictions imposées à la Russie et le plongeon de 45% attendu de l’économie ukrainienne en sont les causes.
  • Boris Johnson s’est rendu à Kyiv et promet des blindés et des missiles antinavires à l’Ukraine.
  • En Chine, la population s’alarme du manque de nourriture dans les zones confinées
  • On s’en fiche : le fabricant de la moto volante à 770 000 USD prépare son entrée en bourse au Japon. Elon Musk ne rejoindra finalement pas le conseil d’administration de Twitter.

Cette semaine, retour des rendez-vous économiques importants avec notamment l’inflation américaine de mars (mardi 12), puis la décision de la BCE sur sa politique monétaire et les ventes de détail américaines de mars (jeudi 14).

Je le disais plus haut, les places chinoises décrochent lourdement. Au Japon, le Topix perd 0,65% à la cloche. L’Australie tient bon sur un léger gain. Le CAC, baissier en préouverture, se hisse en hausse de 0,1% à 6553 points. 

Les temps forts économiques du jour

Aucun indicateur de premier plan n’est prévu aujourd’hui. Tout l’agenda macro ici. En Chine, l’inflation est plus élevée que prévu en mars.

L’euro reste sous pression à 1,0881 USD. L’once d’or remonte à 1943 USD. Le pétrole se stabilise avec un Brent de Mer du Nord juste sous les 100 USD le baril et un brut léger américain WTI à 95,77 USD. Le rendement de la dette américaine à 10 ans progresse à 2,77% sur 10 ans. Le bitcoin remonte légèrement à 42 500 USD pièce.

Les principaux changements de recommandations

  • Adevinta : Goldman Sachs passe de neutre à achat en visant 118,50 NOK.
  • A.G. Barr : Berenberg passe de conserver à acheter en visant 660 GBp.
  • Aixtron : Exane BNP Paribas passe de neutre à surperformance en visant 30 EUR.
  • Banco Santander : Jefferies reste à l’achat avec un objectif de cours relevé de 3,80 à 4 EUR.
  • Compagnie Financière Richemont : Jefferies démarre le suivi à l’achat en visant 140 CHF.
  • Deutsche Börse : Jefferies reste à l’achat avec un objectif de cours relevé de 180 à 192 EUR.
  • Encavis : Barclays passe de surpondérer à pondération en ligne en visant 19 EUR.
  • John Wood : Jefferies passe de sous performance à conserver en visant 150 GBp.
  • London Stock Exchange : Jefferies reste à l’achat avec un objectif de cours relevé de 8500 à 9800 GBp.
  • Nexans : Crédit Suisse passe de neutre à sousperformance.
  • ProSieben : Goldman Sachs passe d’achat à neutre en visant 13,10 EUR.
  • RTL : Goldman Sachs passe d’achat à neutre en visant 60,74 EUR.
  • Schibsted : Goldman Sachs passe de neutre à achat en visant 326,90 SEK.
  • Société Générale : JP Morgan réduit son objectif de cours de 32 à 29 EUR.
  • Ströer : Goldman Sachs passe de neutre à vendre en visant 62,10 EUR.
  • Unicredit : Berenberg reste à l’achat avec un objectif de cours réduit de 17 à 12,50 EUR.
  • WPP : Goldman Sachs passe d’acheter à neutre en visant 1235 GBp.

En France

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Société Générale vend ses activités en Russie.
  • Airbus confirme ses objectifs malgré l’impact de la guerre en Ukraine.
  • La Serbie s’intéresse au Rafale de Dassault Aviation.
  • TF1 et Altice ont signé un accord de cession de la chaîne TFX. Dans le même temps, M6 Métropole Télévision vend 6Ter à Altice.
  • Chez Rémy Cointreau, Eric Vallat évince discrètement son numéro deux, selon la Lettre A.
  • Nicox annonce que les résultats de l’étude clinique de phase II Dolomites sur le NCX 470 sont publiés dans le Journal of Glaucoma.
  • Cellectis présente des données précliniques de son premier produit candidat allogénique à deux CARs, UCART20x22 lors du congrès de l’AACR.
  • Transgene présente de nouvelles données préliminaires de phase I confirmant le potentiel de TG4050.
  • NSC et Soditech ont publié leurs comptes.

Dans le monde

Annonces importantes (et autres)

  • WarnerMedia et Discovery fusionnent et deviennent Warner Bros. Discovery.
  • Le premier syndicat américain d’Amazon veut faire des petits dans d’autres entrepôts.
  • Le PDG de BMW craint que les pénuries ne durent jusqu’en 2023.
  • L’énergéticien allemand E.ON exclut une extension de vie des centrales nucléaires du pays.
  • Nokian Renkaat lourdement affectée par les sanctions russes.
  • La BaFin allemande retire le contrôle de sa filiale européenne à la banque russe VTB Bank.
  • YouTube (Alphabet) suspend la chaîne du Parlement russe pour violation des conditions d’utilisation.
  • Deutsche Lufthansa n’a pas l’intention de céder Swiss.
  • Voestalpine est en pourparlers avancés pour vendre une participation majoritaire dans une usine au Texas.
  • Elon Musk, toujours provocateur, se demande si Twitter « est en train de mourir ». Il renonce à rejoindre le conseil d’administration.
  • Le propriétaire de Hunter Douglas, Bergson Beheer, lance un Squeeze-Out.
  • Principales publications de résultats : Tata Consultancy, Mediatek, Bossard, Romande EnergieTout l’agenda ici.

Lectures

Copyright © 2022 Zonebourse.Zonebourse
Share: