« La dimension durable et responsable de Gold Service »

892
0
Share:

Interview de Pierre Lasry, Auraia

Par Jérôme Sicard

Gold Service, le négociant en métaux précieux basé à La Chaux-de-Fonds, a été repris par un groupe d’investisseurs en Club Deal. Auraïa, la boutique genevoise spécialisée dans le M&A, a mené l’opération, commentée ici par Pierre Lasry, son CEO. 

Quelles raisons ont motivé l’acquisition de Gold Service ?
Le métier de Gold Service est l’achat et la vente de métaux précieux, en boutique et sur le web, ainsi que le stockage de l’or physique. Dans un secteur d’activité assez méconnu, celui du négoce de métaux précieux, nous avons d’abord été séduits par la dimension durable et responsable de Gold Service, qui contribue directement à l’économie circulaire en rachetant de l’or qui sera réintroduit dans le circuit. L’entreprise se positionne ainsi comme un acteur de la chaîne de recyclage de l’or. Il se trouve que son extraction, qu’elle soit industrielle ou artisanale, crée encore énormément de problèmes à la fois sur le plan environnemental, humain et sociétal. De plus en plus, les professionnels du secteur, bijoutiers, joailliers et horlogers, ont pris conscience des enjeux liés à ces pratiques et affirment aujourd’hui clairement leur volonté de privilégier l’utilisation d’or éthique dans leur activité.
Nous avons donc identifié avec le plus grand intérêt la participation directe de Gold Service dans cette fonction de recyclage et la remise dans le circuit de l’or, sans générer aucune tension. Nous nous sommes dit qu’il y avait un travail à mener sur le positionnement de cette activité dans la chaîne de valeur en valorisant son caractère vertueux qui, selon nous, n’avait pas encore été vraiment mis en avant.
La proposition nous semble d’autant plus solide que Gold Service dispose déjà d’un réseau de 26 boutiques, 15 en France et 11 en Suisse, qui laisse entrevoir un énorme potentiel de croissance.

Quels développements voulez-vous donner à Gold Service pour exploiter ce potentiel de croissance?
Nous voulons doubler le nombre de boutiques, en France et en Suisse, au cours des 18 prochains mois. Nous allons aussi donner un coup d’accélérateur à la partie e-commerce qui a beaucoup progressé ces derniers temps, mais recèle encore un fort potentiel de croissance. Ce canal de distribution doit jouer à l’avenir un rôle nettement plus important dans la croissance de Gold Service.
Nous souhaitons également proposer à nos clients une expérience plus enrichissante avec davantage de pédagogie sur la chaîne de transformation des métaux précieux et l’intérêt que la recyclabilité peut avoir en termes d’impact. Dans notre démarche liée à l’expérience client, nous voulons revoir le design de nos boutiques et donner à Gold Service une identité plus forte. Pour cela, il se peut que nous élargissions l’offre, au-delà de l’achat, de la vente et du stockage.

Quel rôle joue aujourd’hui l’or pour les investisseurs dans la mesure où ce n’est plus une valeur refuge depuis déjà quelque temps ?
Je ne suis pas d’accord avec vous. Les retours du marché semblent montrer au contraire que l’or reste une valeur refuge. A leur échelle, les achats d’or enregistrés en 2022 chez Gold Service confirment plutôt cette tendance. Bien qu’il ne distribue pas de coupons ou de dividendes, et qu’il se base uniquement sur le gain en capital, l’or joue un rôle clé dans la protection de l’épargne. C’est le sentiment que nos clients expriment quand ils nous rendent visite en boutique. Et le cours de l’once se situe encore aux alentours des 1’800 dollars, ce qui est tout à fait respectable ! Après, il y a plusieurs manières pour un investisseur d’intégrer de l’or dans un portefeuille mais il est certain qu’il mérite aujourd’hui à une allocation conséquente.

 

Diplômé de philosophie à la Sorbonne, à Paris, Pierre Lasry est franco-suisse et vit à Genève. Il a débuté sa carrière en 1992 en fondant Lowendalmasaï, un cabinet de conseil en gestion des coûts et amélioration de la performance des entreprises. Le cabinet se spécialisait dans les domaines de la fiscalité, des cotisations sociales, des achats, du besoin en fonds de roulement et de l’innovation. Rémunéré en fonction des résultats obtenus, Lowendalmasaï a employé jusqu’à 360 personnes dans 9 pays avant son alliance avec Alma Consulting, qui a donné naissance au groupe Ayming en 2015. Pierre Lasry a créé alors la boutique de conseil Auraïa en 2015 pour conseiller et accompagner une clientèle majoritairement composée d’entrepreneurs tout au long de leur parcours. Auraïa dispose de deux bureaux, à Genève et Paris.

Share: