«La technologie est un catalyseur, présent dans chacun de nos processus»

565
0
Share:

Interview de Sascha Benjamin Peier, CEO, Diem Client Partner

Par Elsa Floret

Nommé CEO de Diem Client Partner à 37 ans, Sascha Benjamin Peier peut allier ses deux passions : les stratégies fixed income et les outils technologiques. Membre de l’Alliance, le gérant de fortune zurichois a été choisi par la société de capital-investissement, Quaestor coach, basée à Zoug, pour servir de plateforme en vue de réaliser d’autres acquisitions de gérants en Suisse.

La société de capital-investissement, Quaestor coach, basée à Zoug, est le nouveau propriétaire de Diem Client Partner, DCP, depuis fin 2021. Comment participez-vous à leur stratégie de buy & build ?
Nous pensons que nous avons les bonnes stratégies sur ce marché et une installation propre avec la technologie en place, afin d’atteindre une scalabilité décente. En outre, en raison des changements réglementaires – licence Finma -, une fenêtre s’ouvre ces mois-ci pour profiter de la consolidation du marché. DCP agira en tant que société de plateforme et travaillera en étroite collaboration avec Quaestor Coach pour vérifier l’adéquation du marché et plus tard être intégré dans le processus opérationnel. La principale responsabilité de DCP est donc de servir nos clients actuels et futurs du mieux possible.

Vous avez été nommé CEO il y a un an. Comment qualifieriez-vous la culture de l’entreprise ?
Nous sommes une équipe d’environ 15 personnes dont la moyenne d’âge est basse. Nous recrutons principalement des profils de jeunes diplômés, que nous responsabilisons très tôt. Cela a très bien fonctionné jusqu’à présent. En fait, c’était la même chose pour moi lorsque j’ai commencé en tant qu’analyste pour la société, il y a plus de dix ans. Nos collaborateurs réalisent donc que ce modèle de promotion interne rapide est tout à fait possible.

Diem Client Partner s’appuie également sur une expertise à long terme ?
Oui, il est très important d’avoir des employés ayant une expertise à long terme sur différentes phases du marché. L’histoire ne se répète pas, mais elle rime souvent. Notre CIO, Frank Winkler, suit activement les marchés depuis plus de 35 ans. Il a connu des périodes de hausse et de baisse des taux d’intérêt, ce que peu d’acteurs actuels du marché ont connu. Il en va de même pour notre responsable de la recherche, Michel Dacher. Disposer d’une telle expertise au sein d’une jeune équipe est essentiel pour naviguer sur les marchés et positionner les portefeuilles en période de marché incertain.

Diem Client Partner a construit son modèle économique sur le revenu et non sur le gain en capital. Expliquez-nous l’origine de cette stratégie sur un marché de niche.
Nous essayons d’atteindre l’objectif de rendement de nos clients avec le plus de revenus possible. Nous sommes donc beaucoup moins dépendants des gains en capital – et donc des marchés – qui plus est lorsqu’ils sont à des niveaux élevés. Nous obtenons ce revenu grâce à notre stratégie d’options sur actions (covered call), qui nous permet de percevoir des primes d’option en plus des dividendes et de réaliser des plus-values limitées. Du côté des obligations, nous obtenons ce revenu en nous concentrant sur les émetteurs de la plus haute qualité et en choisissant les obligations subordonnées/hybrides pour obtenir des coupons plus élevés.

Comment positionnez-vous Diem Client Partner dans les marchés actuels ?
Ces dernières années, les marchés d’actions ont été animés par d’énormes gains en capital avec une faible volatilité globale. Dans un tel environnement, notre stratégie de revenu ne peut pas concurrencer les rendements traditionnels long-only. Nous pensons que les prochaines années seront très différentes en raison de la démondialisation, des tensions géopolitiques et des valorisations plutôt élevées. La partie revenu devient beaucoup plus importante. En raison d’une volatilité double, nous obtenons un revenu double et pouvons réaliser des rendements intéressants dans cet environnement. Du côté des obligations, nous sommes un acteur défensif de qualité qui se concentre clairement sur les rendements ajustés au risque. L’avantage de nos obligations hybrides dans le contexte actuel de hausse des taux d’intérêt est qu’il s’agit principalement d’instruments à taux fixe-variable. Cela signifie que nous ne prenons pas de risque de taux imprévisible. En tant que spécialistes du crédit, nous prenons plutôt activement le risque de crédit. Ce dernier peut être mesuré et jugé par l’analyse des flux de trésorerie, des revenus et des bilans.

Comment votre architecture technologique soutient-elle votre stratégie de niche ?
La technologie nous rend la vie tellement plus facile et, par conséquent, les outils et systèmes de portefeuille avec les données sous-jacentes sont essentiels et nous aident à obtenir une vue à 360 degrés d’un portefeuille. Aujourd’hui, la technologie sert de catalyseur et elle est présente dans chacun de nos processus au quotidien. Par exemple, nous avons réussi à améliorer nos systèmes Allocare pour nos stratégies de revenu de niche. En outre, nous disposons aujourd’hui d’une installation propre efficace, ce qui est important pour l’évolution future.

 

Sascha Peier travaille chez Diem Client Partner depuis 2011. Il en est le directeur général et le gestionnaire de portefeuille senior. En tant que responsable du département des titres à revenu fixe, il a développé le modèle d’évaluation propriétaire et la base de données unique d’obligations hybrides nécessaires à cet effet. Sascha est également responsable de la recherche sur les actions du secteur technologique. Il connaît ce domaine grâce à de nombreuses années d’expérience. En termes d’affaires, Sascha a déjà réussi dans deux start-up avec fondation et sortie. Par exemple psp engineering 2001/IT et ennovatis AG 2010, pour la gestion de l’énergie. Il a terminé ses études de commerce à l’Université de Saint-Gall avec un prédicat.

Share: