L’agri-food tech peut-elle transformer durablement nos systèmes alimentaires ?

Share:

Par Erich Sieber, Co-Fondateur et Associé Gérant, PeakBridge Partners – En partenariat avec Edmond de Rothschild

UN SECTEUR AGRO-ALIMENTAIRE MIS SOUS TENSION

Les enjeux géopolitiques et sanitaires que nous traversons accélèrent le besoin de sécurité et de durabilité de nos chaines d’approvisionnement alimentaires. Ce besoin vers plus de résilience, déjà mis en évidence par la pandémie, nous conduit à repenser notre indépendance alimentaire.

Avec la flambée des coûts de l’énergie, des cours du blé et des céréales[1], les enjeux énergétiques et alimentaires sont plus que jamais interdépendants.

  • >35% des énergies sont consommées par les chaines agroalimentaires
  • >25% des gaz à effet de serre émanent de la production alimentaire
  • Le bétail consomme 6x plus de protéines qu’il n’en produit
  • 1/3 de notre production alimentaire est gaspillée

Face à ces défis de grande ampleur, la technologie s’impose comme une solution rapide, efficace et à grande échelle. Elle répond au double enjeu de la résilience énergétique et alimentaire. Un nouveau modèle agroalimentaire fondé sur la technologie est en train d’émerger : l’Agri-Food Tech.

TRANSFORMER, MAIS AVEC QUELS OUTILS ET QUELLES TECHNOLOGIES ?

Pour PeakBridge, cinq types de technologies semblent incontournables pour transformer en profondeur nos chaines alimentaires :

  • Les ingrédients innovants: à la base de notre alimentation, l’innovation agroalimentaire passe avant tout par des ingrédients innovants qui contribuent à résoudre des problèmes tels que l’approvisionnement, la qualité, le coût ou le profil nutritionnel.
  • Les technologies liées aux protéines alternatives: les alternatives durables aux
    protéines animales avec le recours aux facilitateurs technologiques (tels que la fermentation, l’intelligence artificielle ou les systèmes de culture alternatifs) apporteraient plus de sécurité et de durabilité. Celles-ci permettraient de revaloriser des aliments jusqu’à présent délaissés et relocaliser certaines chaines de productions.
  • La digitalisation et les systèmes alimentaires 4.0: Aussi paradoxal que cela puisse sembler, un tiers de notre alimentation est détruit : face à cet immense gaspillage, les chaines d’approvisionnement agroalimentaires comptent parmi les moins digitalisées. La traçabilité, la sécurité, la production, le cycle de vie du produit et le gaspillage sont une priorité.
  • La nutrition personnalisée et la santé : via l’amélioration des choix nutritionnels, de la santé et du bien-être à travers des produits et des services aux bienfaits démontrés.
  • Les systèmes agricoles alternatifs : la redéfinition de la production des sources alimentaires grâce à la technologie permettrait une relocalisation de certains systèmes de culture pour plus de sécurité et de résilience.

QUELS PIÈGES ÉVITER POUR NE PAS TOMBER DANS L’EFFET PLACEBO ?

En tant qu’investisseur de conviction, notre objectif est de réorienter les sources de financement vers les technologies les plus innovantes, les plus évolutives et les plus impactantes. Il s’agit de se positionner loin des effets de mode et des valorisations décorrélées. Celles-ci sont visibles notamment autour des plateformes de livraison à domicile qui multiplient les externalités négatives, mais également autour de marques et produits aux bienfaits nutritionnels peu prouvés et aux technologies peu profondes.

Les géants du secteur ont abandonné l’innovation : ils la sous-traitent ou l’acquièrent afin de préserver leurs marges sous la pression des marchés financiers. En effet, les budgets de R&D mobilisés par les 10 plus grands groupes agroalimentaires se chiffrent à environ 2 milliards $ en 2015-2020 contre 45 milliards $ et 42 milliards $ dans l’informatique et l’industrie pharmaceutique, respectivement. 

QUELS FINANCEMENTS SONT MOBILISÉS AUJOURD’HUI ?

Même si les montants mobilisés restent limités, une dynamique positive semble enclenchée : le niveau de capital alloué aux secteurs Agri-Food Tech a atteint 52 milliards $ en 2021 (contre 2 milliards $ en 2013). Des investisseurs aux convictions fortes s’engagent pour accompagner la transformation du secteur. Parmi eux, Edmond de Rothschild (partenaire de PeakBridge), des fonds de pension suisses, des investisseurs institutionnels et supranationaux, des family offices ainsi que des industriels suisses, européens et américains. Ils apportent aux gérants de fonds et aux entrepreneurs l’écosystème et l’infrastructure nécessaires pour financer et construire collectivement les systèmes alimentaires de demain.

QUELS RÔLES POUR LA SUISSE ET L’EUROPE ?

La Suisse et l’Europe représentent le vivier le plus développé des technologies Agri-FoodTech à des valorisations attractives. Les universités, centres de recherche et entrepreneurs suisses et européens comptent parmi les leaders mondiaux du secteur. Ils sont issus de l’EPFL, de l’ETH de Zurich, de Wageningen (Pays-Bas), de Cambridge (UK), d’Agro ParisTech (France) et d’autres centres de recherches, incubateurs et accélérateurs.

Issue de cet écosystème, l’équipe PeakBridge, composée d’une dizaine de professionnels, est idéalement positionnée en termes d’expertise, de compétences et de réseau pour capter la croissance des segments clés de l’Agri-Food Tech et accompagner la croissance d’entrepreneurs engagés.

[1] FAO- Food and Agriculture Organization of the United Nations

___

 

AVERTISSEMENT

Achevé d’être rédigé en mars 2022.Ce document à caractère publicitaire a été élaboré par Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. (ci-après « Edmond de Rothschild »), sise 18 rue de Hesse, 1204 Genève, Suisse, une banque suisse agréée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Il n’est pas destiné aux personnes qui seraient citoyennes, domiciliées ou résidentes, ou aux entités enregistrées dans un pays ou une juridiction dans lesquels sa distribution, sa publication, sa mise à disposition ou son utilisation seraient contraires aux lois ou règlements en vigueur. Ce document, qui n’est pas de nature contractuelle, vous est remis à titre d’information uniquement et ne doit pas être considéré comme un conseil en placement personnalisé ni comme une recommandation, incitation ou offre en faveur de l’achat, de la vente ou de la détention de quelque valeur mobilière ou instrument financier que ce soit, ou de la mise en œuvre d’une quelconque stratégie d’investissement. Certains instruments et services, y compris les services de garde, peuvent faire l’objet de restrictions légales ou ne pas être disponibles dans tous les pays sans restriction. Le présent document s’appuie sur des informations provenant de sources ou de documents externes jugés fiables. Edmond de Rothschild s’efforce de veiller à ce que les informations qu’il contient soient exactes, complètes et d’actualité. Toutefois, l’ensemble des informations et opinions contenues dans ce document sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Aucune garantie n’est fournie quant à l’exhaustivité ou à l’exactitude de ce document. Les informations contenues dans le présent document n’ont pas été examinées à l’aune de votre situation personnelle ou de vos objectifs ou besoins spécifiques. En outre, le traitement fiscal applicable est différent selon la situation de chacun et peut varier dans le temps. Par conséquent, vous n’êtes pas délié de la nécessité de former votre propre jugement en fonction de vos objectifs spécifiques d’investissement, et de demander un conseil financier, juridique ou fiscal, selon le cas, auprès d’un conseiller professionnel. Ce document ne constitue pas un conseil juridique ou fiscal. En aucun cas, la responsabilité d’une entité du groupe Edmond de Rothschild, de ses directeurs et employés, ne saurait être engagée pour des dommages directs ou indirects, pertes, frais, réclamations, indemnisations, ou autres dépenses qui résulteraient de l’utilisation ou de la distribution de ce document ou d’une décision d’investissement, de désinvestissement ou de conservation prise sur la base de ce document.

La reproduction de ce document ou sa distribution à tout tiers, de manière intégrale ou partielle, est interdite sans l’accord écrit préalable d’Edmond de Rothschild (Suisse) S.A.  Copyright © EDMOND DE ROTHSCHILD (Suisse) S.A. Tous droits réservés.

Share: