Le marché s’en remet encore à la Fed

139
0
Share:

Finalement, les investisseurs ont renoncé hier à prendre des risques en amont de la décision que la Fed doit prendre ce soir sur ses taux. C’était même plutôt l’inverse avec une séance boursière qui s’est terminée dans le rouge. C’est la sixième fois d’affilée en Europe pour l’indice large Stoxx Europe 600, qui a perdu près de 6% dans l’intervalle. Wall Street n’a même pas essayé de rebondir hier : la séance a démarré en baisse et s’est achevée non loin des niveaux constatés dans les premiers échanges. Au final, les pertes ont avoisiné 1% pour les trois indices. Petite curiosité quand même, le Nasdaq a perdu un peu moins de terrain que le S&P500 et le Dow Jones, grâce à Apple. La marque à la pomme profite d’un retour d’appétit des investisseurs depuis quelques séances, parce qu’elle offre un bon compromis entre robustesse des résultats et vertus défensives sur un compartiment technologique dont la frange la plus risquée a été ravagée au cours des derniers mois. Pour autant, Apple est loin d’être le dossier le plus abordable de la cote en matière de multiples de résultats. Mais les investisseurs sont prêts à payer le prix d’une certaine forme de tranquillité pendant ces phases difficiles.

Le marché attend donc avec son habituelle ferveur servile le verdict de la réunion de septembre de la banque centrale américaine. Un relèvement de 75 points de base a les faveurs des pronostics. Le scénario minoritaire d’une hausse de 100 points de base circule aussi, histoire d’entretenir le suspense. Décision à 20h00, hors séance européenne donc, et explication de texte du patron de la Fed, Jerome Powell, à partir de 20h30. Pourquoi c’est important ? Parce que les investisseurs vont confronter leur sentiment avec celui de la banque centrale. Pour que les marchés boursiers se redressent, il faut probablement quelques signaux montrant que la Fed est devenue plus optimiste que les financiers. Même à peine plus optimiste. L’amélioration du sentiment de marché repose souvent sur des éléments subtils. Les décisions des autres banques centrales prévues au cours de la semaine auront leur importance, mais pour ce qui est de la finance mondiale, c’est bien la Fed qui donne le tempo.

Du côté de la BCE, la décision de relever les taux a déjà été prise plus tôt dans le mois mais Christine Lagarde a eu l’occasion de s’exprimer hier à Francfort pour rappeler que l’institution est prête à aller au-delà de la neutralité sur ses propres taux directeurs. C’est-à-dire leur faire atteindre des niveaux punitifs pour l’activité économique, afin de reprendre le contrôle de l’inflation. Lagarde marche ainsi dans les pas de Powell parce que l’un comme l’autre n’ont pas vraiment d’autre choix. L’avenir dira si la combinaison entre hausse de taux, réduction du bilan et discours pugnace permettra de refroidir les prix sans trop de casse économique et sociale.

Si l’actualité financière tourne entièrement autour de la Fed aujourd’hui, les tensions géopolitiques constituent toujours la toile de fond globale, avec une assemblée générale de l’ONU parmi les plus tendues des dernière décennies. La Russie a prévu d’organiser dans l’urgence des référendums dans plusieurs zones réputées prorusses de l’Ukraine. Certains y voient une façon pour Vladimir Poutine de chercher à reprendre l’initiative après un mois de septembre difficile pour ses troupes sur le terrain. Le président russe, dans une allocution prononcée ce matin, a annoncé une mobilisation partielle à compter de ce jour, ce qui a fait chuter l’euro et accru la tension sur les marchés.

Pour détendre l’atmosphère, rabattons-nous opportunément sur de l’information financière plus légère. Ce matin, je n’ai pas trouvé mieux que la confirmation de la suspension du directeur des opérations du spécialiste des steaks végétaux Beyond Meat. Doug Ramsey est au centre d’une polémique depuis une altercation avec un automobiliste dont il a apparemment mordu le nez. L’histoire ne dit pas s’il a été suspendu pour violence ou parce que son attaque n’était pas vraiment végane. Je pourrais ajouter que l’Allemagne va prendre le contrôle de son ex-géant gazier Uniper pour 1,70 EUR par action alors que le titre cote… 4,29 EUR. Mais cela ne fera probablement pas beaucoup marrer les actionnaires d’un groupe dont l’action valait encore 42 EUR en début d’année. Le finlandais Fortum, qui se débarrasse du bloc de contrôle à bas prix, doit malgré tout respirer parce que cela élimine un risque de liquidité majuscule. Uniper est pris entre le marteau et l’enclume de la crise énergétique.

Les places occidentales ont transmis leur nervosité à l’Asie Pacifique, où l’on recule un peu partout. La baisse dépasse 1% au Japon et en Australie, tandis qu’elle avoisine ce niveau sans le dépasser en Corée ou à Hong Kong. L’exception qui confirme la règle est une fois encore l’Inde, qui évolue autour de l’équilibre en confirmant son statut de sanctuaire en 2022. Les indicateurs avancés européens évoluaient de façon assez disparate ce matin avec un léger biais, mais l’annonce de Vladimir Poutine a provoqué un regain de tension. Le CAC40 perdait 0,8% à 5931 points peu après l’ouverture.

Les temps forts économiques du jour

Les chiffres de l’immobilier ancien en août (16h30) permettront de patienter jusqu’à l’annonce de la décision de la Fed (20h00). Tout l’agenda macro ici.

Machine arrière pour l’euro qui recule à 0,9939 USD. L’once d’or repique du nez à 1664 USD. Le pétrole est toujours en phase baissière, avec un Brent de Mer du Nord à 91,77 USD le baril et un brut léger américain WTI à 84,06 USD. Le rendement de la dette américaine à 10 ans se tend à 3,56% et celui à 2 ans flirte avec 4%. Le bitcoin évolue autour de 19 000 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • Adevinta : Citigroup passe de neutre à vendre.
  • Affluent Medical : Kepler Cheuvreux reste à l’achat avec un objectif réduit de 8,40 à 7,50 EUR.
  • Aryzta : ZKB passe de surperformance à performance de marché.
  • BNP Paribas : AlphaValue reste à l’achat avec un objectif réduit de 73,70 à 72,60 EUR.
  • Crédit Suisse : RBC reste à performance sectorielle avec un objectif réduit de 6,60 à 6 CHF.
  • Deutsche Post : Goldman Sachs passe d’acheter à neutre en visant 38 EUR.
  • Idorsia : Morgan Stanley passe de pondération en ligne à souspondérer en visant 10 CHF.
  • Reckitt Benckiser : AlphaValue passe d’alléger à accumuler en visant 7396 GBp.
  • Redrow : J.P. Morgan passe de surpondérer à neutre en visant 550 GBp.
  • Rightmove : HSBC démarre le suivi à alléger en visant 520 GBp.
  • Stora Enso : Jefferies reste à l’achat avec un objectif de cours réduit de 19,75 à 19,15 EUR.
  • Telenor : SpareBank passe de neutre à achat en visant 130 NOK.
  • Vistry : J.P. Morgan passe de neutre à souspondérer en visant 800 GBp.

En France

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Schneider Electric propose 3100 GBp par action pour récupérer le solde du capital d’Aveva.
  • TotalEnergies chercherait à acquérir une participation dans le gisement de gaz naturel North Field South au Qatar, selon Bloomberg.
  • Les réserves stratégiques de gaz d’Engie seront remplies à 100% dans les jours qui viennent.
  • Alstom « va très bien », selon son PDG, 18 mois après le difficile rachat de Bombardier Transport.
  • Kyoto BidCo détient plus de 90% d’Albioma à l’issue de son OPA.
  • Compagnie Plastic Omnium fournira des réservoirs hydrogène haute pression pour les bus de Safra.
  • Gaztransport & Technigaz remporte le contrat des cuves de deux nouveaux méthaniers.
  • Casino obtient les autorisations réglementaires en vue de la cession de GreenYellow, qui sortira du périmètre le 18 octobre avec un produit de cession de 600 M€.
  • Colas et TOA Road lancent la commercialisation de Wattway au Japon.
  • Vallourec signe un accord de 10 ans avec Saudi Aramco pour la fourniture de tubes de cuvelage premium et de services.
  • Marie Brizard avance au 26 septembre la publication de ses semestriels.
  • Mauna Kea repousse l’annonce de ses résultats semestriels.
  • Hopium met en place une ligne de financement dilutive de 21,6 M€ avec Atlas.
  • Affluent Medical a levé 6 M€ à 2,32 EUR l’action.
  • Ekinops fournit un environnement de virtualisation immersif pour la recherche et l’enseignement à l’École de technologie supérieure du Québec.
  • Charwood Energy signe trois contrats pour plus de 2 M€.
  • Spineway regroupe 40 000 actions anciennes en 1 nouvelle.
  • Enertime rembourse par anticipation en numéraire des convertibles YA.
  • Airwell, Visiativ, Crossject, Latécoère, Les Hôtels de Paris et ont publié leurs comptes.

Dans le monde

Annonces importantes (et moins importantes)

  • L’Allemagne nationalise Uniper.
  • The Gap va supprimer 500 emplois administratifs.
  • Hertz veut commander jusqu’à 175 000 véhicules électriques à General Motors sur cinq ans.
  • Walgreens Boots Alliance va acquérir la part restante de Shields Health Solutions pour 1,37 Md$.
  • The Boeing Company va supprimer près de 150 emplois dans le domaine de la finance aux États-Unis.
  • Novartis se tourne vers la Cour suprême pour protéger le Gilenya aux USA.
  • Julius Bär investit dans Grow.
  • Oncopeptides a perdu la moitié de sa valeur hier, après des rumeurs d’avis négatif du panel FDA sur Pepaxto.
  • Principales publications du jour : General Mills, Lennar, Trigano… Tout l’agenda ici.

Lectures

Copyright © 2022 Zonebourse.Zonebourse
Share: