«Le monde de la finance nécessite un apprentissage permanent»

184
0
Share:

Interview de Michel Girardin, Professeur à l’Université de Genève

Par Hans Linge

A l’Université de Genève, Michel Girardin dirige une formation en ligne consacrée à la maîtrise des marchés financiers, en 20 heures de vidéos. A la clé, un certificat de l’Université reconnu par la Finma pour la formation continue des gérants de fortune dans le cadre de la LSFin / LEfin.

Comment s’articule ce programme que vous avez mis en place à l’Université de Genève?
Il s’agit d’un programme de cours qui s’inspire des MOOCS, mais qui rentre plutôt dans la catégorie des SPOCs, pour « Small Private Online Courses ». Le programme s’étale sur 20 heures, avec des formats vidéo assez courts, qui tournent autour des huit minutes. En l’espace d’une semaine, la plupart des étudiants suivent une heure de cours.
Quant au contenu du programme, il permet à chacun d’acquérir en 20 semaines une bonne connaissance des marchés financiers et une bonne maîtrise des instruments nécessaires pour les exploiter.

Quels sont ces instruments?
Le cours se décompose en fait en quatre chapitres. Le premier d’entre eux porte sur les classes d’actifs les plus répandues sur les marchés financiers, que ce soit les actions, les obligations, les produits alternatifs ou encore le forex. Le deuxième chapitre a trait à l’analyse de ces marchés, à l’évaluation de l’environnement macro-économique en prenant en compte notamment le rôle primordial joué aujourd’hui par les banques centrales. Le troisième chapitre aborde la construction de portefeuille, avec les principes de diversification, d’optimisation et d’analyse des risques. Et enfin, nous bouclons avec un aperçu des nouvelles tendances qui sont apparues au cours de ces dix dernières, à l’image des investissements de type ESG ou les crypto-actifs.

A qui s’adressent ces cours?
A l’origine, ce programme a été créé conjointement avec la Fédération des Entreprises Romandes qui souhaitait proposer une formation pratique sur la finance. La FER s’est rendue compte en effet qu’il y avait des attentes dans ce domaine. Beaucoup de salariés qui travaillent par exemple dans le secteur de la prévoyance professionnelle, que ce soit dans des caisses de pension ou des conseils de fondation, souhaiteraient développer leurs connaissances pour aborder la gestion de leurs avoirs. S’ils mandatent des sociétés de gestion pour entreprendre ce travail, il vaut mieux qu’ils soient bien préparés. Il faut qu’ils puissent comprendre les solutions qui leur sont proposées.
Cela dit, le programme s’adresse aussi à des professionnels plus qualifiés, comme les gérants indépendants. Car ces cours, qui sont accrédités par la Finma, leur permettent de remplir les obligations que leur imposent les nouvelles lois LSFin et LEFin en matière de formation continue. Dans ce cadre, chaque heure de cours correspond à un crédit. Aujourd’hui, ils sont disponibles sur la plateforme de l’ASG et nous discutons avec l’ARIF pour que leurs membres puissent en bénéficier également.

Quelle charge de travail est nécessaire pour boucler ce programme?
A chaque heure de cours en vidéo correspond à peu près quatre heures de travail personnel, que ce soient des recherches ou des lectures complémentaires. Au total, ce programme requiert 80 heures de travail, récompensées par un certificat et des crédits universitaires de type ECTS, couramment employés dans le monde universitaire pour obtenir des équivalences. Le programme s’achève sur une épreuve écrite qui tient lieu d’examen. Les candidats se voient proposés une étude de cas où ils endossent le rôle du gestionnaire pour analyser une situation et formuler différentes recommandations.

Au vu des évènements qui se sont déroulés ces quinze dernières années, qu’est-il devenu essentiel de maîtriser sur les marchés financiers?
Il est important de pouvoir comprendre le fonctionnement des marchés financiers dans leur globalité. Il faut surtout avoir une très bonne culture générale. Si vous êtes un gestionnaire de fortune, vous n’allez pas nécessairement vous positionner sur les crypto-monnaies mais vous devez pouvoir en expliquer les tenants et les aboutissants à vos clients. Quelques soient vos appréciations, vous devez avoir les arguments pour les justifier. Et il en va ainsi pour chaque classe d’actifs.
Les clients ont souvent ce luxe d’avoir beaucoup plus de temps pour s’informer que n’en ont les gérants !
Il faut également insister sur le fait que les marchés n’ont pas toujours des comportements rationnels, à plus forte raison lorsqu’on s’éloigne de marchés très efficients comme aux Etats-Unis. D’où la nécessité d’avoir à sa disposition des outils qui permettent de juger de la sous-estimation ou de la surestimation d’un actif. On l’a bien vu ces dernières années : le monde de la finance ne cesse d’évoluer et il nécessite un apprentissage permanent.

D’où le module que vous consacrez aux nouvelles techniques…
Ce sont plus que des techniques. Ce sont aussi des tendances de fonds. Nous abordons la finance durable, la finance comportementale de même que la neuro-finance. Il est très intéressant d’étudier la façon dont les traders réagissent à des chocs psychologiques. Nous étudions aussi le monde des crypto-monnaies, l’intelligence artificielle et ses applications dans le domaine de la finance, et nous regardons la philanthropie, qu’on peut voir comme l’aboutissement de la finance durable. Dans chacun de ces domaines, nous proposons à nos étudiants des bases solides sur lesquelles il leur sera possible ensuite de développer plus facilement leurs connaissances.

Pour en savoir plus sur cette formation, vous pouvez vous rendre sur la page suivante : https://www.unige.ch/formcont/cours/spoc-marches-financiers

Michel Girardin enseigne la finance à l’Université de Genève. Avant cela, il a effectué l’essentiel de son parcours professionnel dans le secteur de la banque privée en Suisse, le plus souvent dans un rôle de chef économiste ou de Chief Investment Officer. Il est spécialisé dans la macroéconomie internationale et les études d’allocation d’actifs. En 2013, il a fondé MacroGuide, société de conseils en investissement pour les caisses de pension et les gérants d’actifs. Michel Girardin est titulaire d’un Master de la London School of Economics, ainsi que d’un Doctorat et Master de l’Ecole des HEC à l’Université de Lausanne.

Share: