Le rôle du big data dans l’allocation entre gestion active et gestion passive

738
0
Share:

Interview de Marlene Hassine Konqui, Directrice Générale Associée, BSD Investing

Par Hans Linge

Depuis le déclenchement de la pandémie, l’utilisation de la data a pris un rôle encore plus prépondérant dans tous les domaines. L’utilisation des données en temps réel est en train de modifier la vie des entreprises ainsi que celle des gouvernements. Quels nouveaux défis posent cette révolution de la data ? Cette révolution touche-t-elle le domaine de la sélection entre les fonds actifs et les ETF ? Quelles solutions pour les investisseurs pour prendre une décision informée pour plus de performance ? Marlene Hassine Konqui se penche sur ces questions.

Quels nouveaux défis posent cette révolution de la data ?
Depuis le déclenchement de la pandémie, l’utilisation de la data a pris un rôle encore plus prépondérant. En 2021, de nombreux articles, nous ont livré de fines analyses à retenir sur l’impact de la pandémie sur l’utilisation et le traitement des données. Les données alternatives en temps réel ont pris une place prépondérante dans la vie des entreprises et désormais dans celle des gouvernements. Elles offrent définitivement une possibilité d’arrêter de tâtonner dans le noir en se fondant sur une information plus actuelle et plus qualitative pour prendre des décisions plus efficaces. Pourtant, il existe des biais qui entravent la collecte de ces données abondantes qui doivent être filtrées. Le défi reste de concilier le big data avec la rigueur de l’analyse statistique et scientifique.

Cette révolution touche-t-elle le domaine de la sélection entre le fonds actifs et passifs ?
Dans le domaine de la décision d’allocation entre la gestion active et la gestion passive, les décisions se fondent toujours sur des données simplifiées ou erronées et datant d’au moins 6 mois. En effet, les analyses actuelles qui comparent les performances de la gestion active et de la gestion passive sont semestrielles et ne sont publiées que très tardivement après la fin du semestre. Il est difficile de comprendre par exemple, que les investisseurs ont dû attendre jusqu’en septembre 2020 pour pouvoir accéder à ces comparaisons de performance pendant le déclenchement de la pandémie de la Covid 19 de ars 2020. De plus force est de constater que les investisseurs n’ont même pas accès à la data mais seulement aux résultats des analyses.

Dans le domaine de la sélection entre les fonds actifs et passifs, les données sont-elles filtrées et de qualité ?
Nous avons souvent mis en évidence tous les biais inclus dans les analyses actuelles dans le domaine de la comparaison des fonds actifs/passifs. Ces analyses comparent des fonds n’ayant pas le même objectif d’investissement ou ne prennent pas en compte les coûts de gestion passive. Elles sont vite périmées limitant leur utilisation aux investisseurs et reposent sur des simplifications et des erreurs ce qui génère des biais… Ces derniers empêchent les investisseurs de faire des choix optimaux entre gestion active et passive et entravent à leur tour les performances du portefeuille. Les investisseurs ont besoin des bons outils et des données et analyses de qualité prendre une décision éclairée.

Marlene Hassine Konqui est experte en construction de portefeuille et en allocation entre les fonds actifs et passifs. Elle est analyste financier et membre de la commission ETF de l’Association Française d’Analyse Financière. Elle a dirigé des équipes de recherche sur les dérivés actions et sur les ETF au sein de sociétés leaders du secteur financier comme Exane, ODDO BHF, Kepler Equities, Société Générale et Lyxor AM. Elle a été à l’origine de la création de l’ETF Research Academy. Elle est actuellement directrice générale associée chez BSD Investing, une nouvelle société dédiée à la recherche sur la construction de portefeuille qui s’appuie sur une base de données propriétaire, unique sur le marché.

Share: