« Les GFI doivent faire évoluer leur offre en matière de prévoyance »

166
0
Share:

Interview de Alexandre Michellod, Responsable du département Wealth & Investment Solutions, Banque Gonet

Par Jérôme Sicard

Avec ses 1200 milliards de francs, le marché de la prévoyance devient attractif pour les acteurs du wealth management. L’enjeu est de monétiser leur présence sur ce marché, ce qui passe par une approche patrimoniale globale. Le point avec Alexandre Michellod, Responsable du département Wealth & Investment Solutions de la banque Gonet.

Dans ce gigantesque marché de la prévoyance, quelles opportunités avez-vous identifiées pour les gérants indépendants ?
Alexandre Michellod : Dans le contexte du régime légal de la LSFIN lié à la gestion collective et institutionnelle de l’épargne de prévoyance, les GFI au bénéfice d’une licence de gestion de fortune et actifs sur le marché suisse sont contraints de faire évoluer leur offre en matière de prévoyance. Les GFI se focalisent désormais stratégiquement sur une approche patrimoniale globale orientée sur le conseil en matière de solutions de prévoyance et de produits financiers pour monétiser leur présence sur le marché de la prévoyance. C’est là un enjeu clé pour les acteurs du wealth management en Suisse. Les récentes statistiques 2021 pour le marché de la prévoyance font état d’actifs de plus de 1200 milliards ; rien qu’au niveau de la prévoyance individuelle ce marché pèse plus de 95 milliards !

De quelle façon les aidez-vous à se positionner dessus ?
Grâce à notre adossement à la plateforme de prévoyance digitale lemania pension hub, nous avons une offre de pension pour les GFI tout à fait unique pour le marché suisse. Dans le cadre de notre activité en asset servicing, nous proposons ainsi à nos partenaires institutionnels « une infrastructure » complète de prévoyance privée pour leurs clients avec une approche « B2B2C ». Les services proposés avec cette infrastructure comportent aussi bien la mise à disposition de la structure juridique en marque blanche – « white labelling libre passage ou 3a » – que la structuration d’un fonds de pension dédié auprès de l’ombrelle du lemania pension fund.

Dans cette logique B2B2C quelles sont les principales attentes et quels sont les principaux besoins des clients finaux ?
Un bénéficiaire d’un avoir de prévoyance en libre passage attendra d’avoir les mêmes standards que la caisse de pension qui gérait précédemment son épargne. C’est-à-dire un niveau de transparence totale sur les coûts liés à l’exécution des placements et une approche de gestion institutionnelle basée sur des budgets de risques en ligne avec les benchmarks LPP sous l’angle de la performance.

Quels sont les avantages à reprendre le contrôle sur la gestion de ses avoirs de prévoyance plutôt qu’à la déléguer ?
Un épargnant qui doit sortir d’une caisse de pension ou qui décide volontairement de constituer une épargne supplémentaire de prévoyance aura tout intérêt à participer à la mise en place du schéma de prévoyance adéquat. Il y parviendra avec le concours d’un conseiller patrimonial qui lui permettra d’accéder à des solutions flexibles ayant une réelle valeur ajoutée. Dans le cas par exemple du libre choix du programme de placement OPP2, l’accès à une architecture ouverte avec les fonds les plus performants du marché est un avantage certain pour un épargnant dans la prévoyance privée. Cette flexibilité n’existe pas dans le régime obligatoire de la prévoyance professionnelle dans lequel un assuré n’a pas voix au chapitre pour la gestion de fortune.

Quelles sont les compétences ou les ressources que les gérants doivent acquérir de leur côté pour se lancer sur ce marché ?
Pour les GFI actifs dans la prévoyance privée, des connaissances certifiées par un brevet fédéral en assurances sociale ou en prévoyance professionnelle sont désormais une « best practice » du marché.  Pour les conseillers patrimoniaux se positionnant dans le conseil en prévoyance sous l’angle des produits financiers, une inscription au régime des conseillers est nécessaire en sus des connaissances certifiées.

Alexandre Michellod dirige le département Wealth & Investment Solutions de la banque Gonet dont il est également membre du comité exécutif. Alexandre a débuté sa carrière comme analyste financier chez IAM. Il l’a poursuivie à la BCV, à la banque Wegelin et chez Edmond de Rothschild (Suisse), comme responsable du pôle Prévoyance professionnelle, avant de rejoindre Gonet & Cie en 2016. Alexandre Michellod préside également la plateforme de prévoyance lemania – pension hub. Il est titulaire d’un master en gestion d’entreprise obtenu à l’Université de Genève – HEC – et du brevet fédéral en prévoyance professionnelle. Il est certifié Chartered Alternative Investment Analyst certifié – CAIA.

Share: