«L’offre de conseil d’Auraïa est fréquemment doublée d’une prise de participation au capital»

1530
0
Share:

Interview de Pierre Lasry, Auraïa

Par Elsa Floret

Dans cette nouvelle rubrique, SPHERE vous propose de découvrir les asset managers suisses, plutôt boutique, qui se concentrent sur les marchés privés et les actifs non cotés. A l’image d’Auraïa…

Avec la remontée des taux d’intérêts, un nouveau cycle commence. Quel sera l’impact sur les marchés privés, à votre avis ?
Il existe un fort attrait pour l’économie réelle et les investissements directs dans les petites et moyennes entreprises.
A l’inverse, cette catégorie d’investisseurs goûte peu, voire pas du tout, la gestion de portefeuille telle qu’elle est proposée traditionnellement par la gestion privée des banques. Nos clients ressentent de plus en plus de déconnexion entre les marchés financiers et les réalités économiques telles que la vivent les entreprises.
Les entrepreneurs, ou anciens entrepreneurs ayant cédé leur entreprise, ont en revanche un fort appétit pour l’investissement direct dans des entreprises dont ils connaissent les dirigeants et dont ils comprennent le modèle économique. Souvent nos clients considèrent que le partage de leur expérience et de leur carnet d’adresse permettra d’apporter une plus-value significative à l’entreprise dans laquelle ils investissent, ce qui augmente encore l’attractivité de l’opération à leurs yeux.
D‘après le Global Private Equity Report publié par Bain, les fonds les fonds mondiaux levés sur l’ensemble du spectre du capital privé ont atteint 1.200 milliards de dollars, soit une augmentation de 14 % par rapport au total de 2020. C’est le niveau le plus élevé jamais atteint.

Cependant, les investissements private equity sur le marché secondaire ne semblent pas répondre aux désirs des investisseurs qui souhaitent voir leur impact dans l’économie réelle…
Absolument, l’accès au marché du private equity via des fonds de fonds, des véhicules dits secondaires, souffre d’un empilement de frais et commissions ainsi que d’une forme de dilution de la performance globale. Cela ne répond pas entièrement à l’appétit de nos clients entrepreneurs qui voulent être connectés plus directement aux affaires. A cette déconnexion s’ajoute une difficulté qui est de connaître la performance réelle que l’investisseur privé va réellement appréhender in fine.
Quant aux investissements directs, la question demeure de savoir comment y accéder de manière sereine. D’autant que ces investissements directs sortent de la masse des actifs sous gestion du point de vue du GFI, ce qui peut entraîner certaines réticences dans le cas de mandats discrétionnaires ou advisory.

Sur quel business model se base Auraïa ?
Auraïa est une boutique M&A indépendante dédiée aux opérations de fusions-acquisitions, à l’achat comme à la vente, sur le segment des petites et moyennes entreprises. Leur valorisation est comprise entre 10 et 200 millions de francs suisses. Elles sont principalement détenues par des entrepreneurs.
En effet, lorsqu’en 2015, j’ai cédé l’entreprise que j’avais créée en 1992 après l’avoir développée dans plus de 10 pays, j’étais désireux de continuer à évoluer parmi les entrepreneurs, car c’est le monde auquel j’appartiens. C’est très naturellement que j’ai démarré Auraïa, pour aider des pairs confrontés aux défis que j’avais moi-même vécus. La croissance externe, l’internationalisation, la transformation de l’entreprise pour s’adapter en permanence, l’ouverture du capital à des fonds d’investissement, pour n’en citer que quelques-uns.
Bien entendu, comme on ne transforme pas un entrepreneur en banquier du jour au lendemain, l’ADN de l’entrepreneur reste dominant. C’est pourquoi l’offre de conseil d’Auraïa est fréquemment doublée d’une prise de participation au capital. C’est une manière de retrouver l’alignement d’intérêts qui fait parfois défaut dans le domaine du conseil.

Quels sont les projets d’Auraïa en matière de club deals ?
Le club deal est une très bonne manière d’investir directement dans une entreprise et de bénéficier de la performance pure. En même temps, il permet de s’appuyer sur les compétences d’une équipe professionnelle qui va réaliser l’origination, l’analyse, les due diligences et l’arrangement complet de l’opération. Ces différentes tâches représentent évidemment un énorme travail.
La difficulté d’accès au private equity est ici bien résumée. Les investissements réalisés sur l’impression qui ressort d’un ou deux entretiens avec des fondateurs armés d’une présentation powerpoint sont parfois très risqués. A l’inverse, l’analyse minutieuse d’une opportunité d’investissement ne peut pas être réalisée sans l’intervention de nombreux spécialistes. Les Club deals tels que nous les organisons permettent aux entrepreneurs désireux d’investir directement dans des entreprises, en lien direct avec les dirigeants. Ils peuvent alors s’appuyer sur les compétences de professionnels expérimentés qui sécurisent tout de même grandement l’opération.

Diplômé de philosophie de La Sorbonne à Paris, Pierre Lasry est franco-suisse et vit à Genève. Il a débuté sa carrière en 1992 en fondant Lowendalmasaï, un cabinet de conseil en gestion des coûts et amélioration de la performance des entreprises. Le cabinet se spécialisait dans les domaines de la fiscalité, des cotisations sociales, des achats, du besoin en fonds de roulement et de l’innovation.
Rémunéré en fonction des résultats obtenus, Lowendalmasaï a employé jusqu’à 360 personnes dans 9 pays avant son alliance avec Alma Consulting, qui a donné naissance au groupe Ayming en 2015. Pierre Lasry a créé alors la boutique de conseil Auraïa en 2015 pour conseiller et accompagner une clientèle majoritairement composée d’entrepreneurs tout au long de leur parcours. Auraïa dispose de deux bureaux, à Genève et Paris.


Nom de la société : Auraïa
Adresse : route de Florissant 86A 1206 Geneva
Site web : auraia.ch
Date de création : 2015
Top management : Pierre Lasry, managing partner
Secteurs d’expertise : conseil en Fusions et Acquisitions, conseil en stratégie, conseil en financement
Types de mandats : Sell-side, buy-side, club deals, levées de fonds

Share: