LVMH, Coinbase et les banques américaines au révélateur

341
0
Share:

Le scénario espéré par les investisseurs est en train de se mettre en place sur les marchés, en dépit des soubresauts vaccinaux qui séparent le monde en deux. D’un côté, les pays qui atteindront des taux de protection suffisamment élevés pour envisager une reprise à peu près normale de l’activité, et de l’autre ceux qui seront encore empêtrés dans la crise sanitaire dans les mois à venir. Dans ce chamboule-tout planétaire, les économies avancées ont désormais clairement pris une longueur d’avance. Par la théorie de l’éternel recommencement, c’est le rythme de redressement de l’économie américaine qui impose la cadence, même si tous les signaux positifs en provenance d’Europe sont bons à prendre.

Les plus cabotins auront noté que l’annonce la plus attendue du début de semaine, la publication de l’inflation américaine de mars, a accouché d’une souris. On peut même parler d’un gros flop. A la fin de l’hiver, les financiers avaient l’air réellement épouvantés par toute annonce susceptible de faire grimper les taux américains. Hier, l’annonce d’une inflation un peu plus élevée que prévu n’a pas provoqué de réaction en chaîne, pas même le début d’une frénésie. Au contraire, les rendements américains se sont détendus. Un économiste écrivait ce matin dans son billet qu’au-delà des bruits de court terme et des postures du genre « le marché achète la rumeur et vend les faits » (ou l’inverse pour les obligations), les grands mécanismes macroéconomiques finissent par s’imposer de la façon dont ils étaient censés se produire, et je souscris pleinement à ce constat.

Si le grand meccano monétaire vous barbe, vous pouvez toujours aller chercher le grand frisson dans d’autres compartiments du marché. Les cryptomonnaies par exemple, un secteur bouillonnant et pas seulement à cause du bitcoin, qui s’approche des 64 000 USD la piécette ce matin. Honnêtement, il y a tant de monnaies numériques en circulation et en gestation qu’il y aura forcément de la casse à un moment ou à un autre. Mais il y aura aussi des gagnants. Il y a fort à parier que Coinbase en fera partie. La plateforme de négociations de cryptomonnaies entre en bourse aujourd’hui sur la base d’un cours de référence de 250 USD. Aux Etats-Unis évidemment. En tant que pionnier avec une taille déjà critique, Coinbase devrait faire du bruit avec cette opération, même sans appel public à l’épargne puisqu’il s’agit d’une cotation directe qui va permettre à des actionnaires existants de passer le flambeau à de nouveaux entrants. Coinbase, qui a judicieusement réservé le code mnémonique « COIN » pour son opération, pèsera un peu plus de 65 milliards de dollars avant même l’ouverture des échanges. C’est l’équivalent d’un Adidas en Europe ou d’un Intercontinental Exchange (la maison mère du New York Stock Exchange) aux Etats-Unis, pour évoquer une autre plateforme de négociation plus connue.

Sur les marchés actions, le flux de résultats du premier trimestre se densifie. LVMH a publié hier soir des ventes en croissance impressionnante en début d’année. Plus tôt dans la journée, d’autres acteurs européens avaient envoyé un signal positif, à l’image de Givaudan ou de Just Eat Takeaway. Aujourd’hui, c’est la finance américaine qui prend le relais avec les résultats de JPMorgan Chase, Wells Fargo et Goldman Sachs dès la mi-journée.

Hier, les marchés ont en majorité accru leurs gains, avec un nouveau pic pour le S&P500, dopé par un compartiment technologique dont la disgrâce n’aura pas duré bien longtemps. Le Nasdaq a d’ailleurs comblé la majeure partie du retard accumulé en début d’année sur les autres indices. Même Apple et Amazon.com, un peu chahutés début d’année, sont revenus en territoire positif. Il faudra patienter jusqu’à la semaine du 27 avril pour connaître les résultats des géants américains du secteur.

Le CAC40 a démarré la séance en hausse de 0,5% à 6215 points. Le bruit de fond va probablement un peu augmenter autour des allocutions de Christine Lagarde et de Jerome Powell qui sont programmées dans l’après-midi.

Les temps forts économiques du jour

La production industrielle de la zone euro (11h00) et les stocks pétroliers hebdomadaires américains (16h30) seront les deux principaux indicateurs macro-économiques du jour, mais ce sont donc les allocutions des banquiers centraux vont accaparer l’attention, en particulier Christine Lagarde (BCE) à 16h00 et Jerome Powell (Fed) à 18h00. A Singapour, le PIB du premier trimestre était en hausse de +0,2 %, alors que les économistes redoutaient une contraction de -0,5 %.

L’euro remonte à 1,19587 USD, tandis que l’once d’or atteint 1744 USD. Sur le marché pétrolier, le baril de brut léger américain WTI progresse à 60,60 USD, tandis que le Brent de mer du Nord se négocie juste au-dessus des 64 USD le baril. Le rendement de la dette américaine sur 10 ans s’est détendu à 1,62 %. Le Bitcoin flirte avec les 64 000 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • Acerinox : Jefferies reste à l’achat avec un objectif de cours relevé de 12,50 à 13,50 EUR.
  • Aperam : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 37 à 40 EUR.
  • ArcelorMittal : Jefferies reste à l’achat avec un objectif de cours relevé de 28 à 34 EUR.
  • Banco Santander : Goldman Sachs reste à l’achat avec un objectif de cours relevé de 4,25 à 4,30 EUR.
  • Buzzi Unicem : Berenberg démarre le suivi à l’achat en visant 28 EUR.
  • Faurecia : HSBC passe de conserver à acheter en visant 57 EUR.
  • Givaudan : Baader Helvea reste à accumuler avec un objectif de cours relevé de 3850 à 4000 CHF.
  • Just Eat Takeaway : Credit Suisse reste à surperformance avec un objectif de cours relevé de 12 200 à 12 400 GBp.
  • Klöckner : Jefferies reste à l’achat avec un objectif de cours relevé de 11,10 à 12,60 EUR.
  • Merck KGaA : HSBC passe de conserver à alléger en visant 128 EUR.
  • Outokumpu : Jefferies reste à sousperformance avec un objectif de cours relevé de trois à 3,60 EUR.
  • Salzgitter : Jefferies reste à l’achat avec un objectif de cours relevé de 29 à 35 EUR.
  • Sartorius Stedim Biotech : AlphaValue reste à la vente avec un objectif de cours relevé de 277 à 323 EUR.
  • SSAB : Jefferies reste à l’achat avec un objectif de cours relevé de 44 à 54 SEK.
  • Stabilus : Berenberg reste à l’achat avec un objectif de cours relevé de 72 à 77 EUR.
  • STMicroelectronics : Bank of America reprend le suivi à l’achat en visant 41 EUR.
  • Tenaris : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 8 à 9 EUR.
  • The Restaurant Group : J.P. Morgan passe de surpondérer à neutre en visant 120 GBp.
  • ThyssenKrupp : Jefferies reste à l’achat avec un objectif de cours relevé de 12,90 à 16 EUR.
  • Tryg : KBW passe de sousperformance à performance de marché en visant 160 DKK.
  • Vallourec : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 29 à 31 EUR.
  • Voestalpine : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 31 à 35 EUR.

Actualités des sociétés

En France

Publications de résultats

  • LVMH : la croissance organique atteint 30% au T1, au-delà des attentes, grâce à une bonne dynamique et à la base de comparaison favorable, notamment en Chine.

Annonces importantes

  • Stellantis maintient la production d’un moteur essence sur le site de Douvrin.
  • Saint-Gobain met en place un fonds carbone interne pour ses employés.
  • Gecina se dote d’un Comité d’Orientation et de Prospective.
  • Bouygues Telecom ouvre son réseau 5G à Nantes et dans les communes de son agglomération.
  • BPCE a indiqué que son offre à 4 EUR sur Natixis s’entend désormais dividende attaché. 
  • Alten propose un dividende de 1 EUR par action (0,50 EUR par action de préférence).
  • Voltalia annonce 70 mégawatts de nouveaux projets éoliens en France.
  • GTT reçoit une commande de Hudong-Zhonghua Shipbuilding pour la conception des cuves d’un nouveau méthanier.
  • Nexity finalise l’émission de 240 M€ d’OCEANE et le rachat de convertibles existantes.
  • Quadient et Relais Colis signent un contrat pour déployer 500 consignes colis en magasins en France.
  • Compagnie des Alpes nomme un nouveau directeur financier.
  • Biophytis contraint de démentir un faux communiqué qui a circulé sur Sarconeos.
  • Graines Voltz acquiert Florensis Italia.
  • Christian Dior, Esker, Lexibook, connect, Trilogiq, I.Ceram et Mecelec ont publié leurs comptes et/ou leurs perspectives.

Dans le monde

Annonces importantes

  • SAP SE relève ses objectifs 2021.
  • Credit Suisse vend 2 Mds$ additionnels de titres liés à Archegos.
  • Le PDG de Toshiba, sous le coup d’une offre de rachat par CVC, démissionne. KKR pourrait se positionner sur le dossier.
  • Microsoft procède à une importante mise à jour de sécurité, un mois après une grosse cyberattaque visant ses services.
  • The Boeing Company a livré 149 appareils au T1.
  • Pfizer accroît sa production de vaccins aux États-Unis.
  • The Procter & Gamble Company relève son dividende de 10% à 0,8689 USD.
  • American Airlines renoue en mars avec un cash-flow positif.
  • Grupo Televisa va fusionner ses actifs de production et de contenus avec Univision.
  • Ameriprise rachète l’activité de gestion d’actifs de BMO en région EMOA.
  • Givaudan finalise l’acquisition du français Myrissi.
  • Proximus a des ambitions dans l’e-santé.
  • Implenia trouve un accord dans le contentieux sur le stade de Letzigrund.
  • Le vaccin anti-Covid de Moderna efficace à 90% selon un essai américain.
  • Le prix de référence de Coinbase fixé à 250 USD par action avant l’entrée au Nasdaq.
  • Epic Games valorisé à près de 29 Mds$ à l’issue d’un tour de table.
  • Mobimo émet 200 M€ d’obligations.

Principales publications de résultats. JPMorgan Chase, Wells Fargo, Goldman Sachs, Tesco, Hella, easyJet, TomTom

Lectures

Copyright © 2021 Zonebourse.Zonebourse
Share: