«Nous entendons poursuivre sur la voie de la diversification»

133
0
Share:

Interview de Alessandro Ricci, Responsable des Solutions d’investissement, Leonteq

Par Andreas Schaffner – Photos : Juerg Kaufmann

Au-delà des seuls produits structurés, son cœur d’expertise, Leonteq a su au cours de ces dernières années développer son offre en profondeur. Une extension qui lui assure aujourd’hui un peu plus de la moitié de ses revenus. Et les nouvelles initiatives se poursuivent, à l’image de la plateforme LynQs sur laquelle Alessandro Ricci revient en détails dans cet interview.

Après l’essor considérable des marchés financiers ces dernières années, la situation s’est nettement assombrie. Qu’en est-il pour les produits structurés?
Alessandro Ricci: L’environnement est incontestablement caractérisé par une volatilité et une incertitude accrues. Heureusement, les produits structurés comptent parmi les produits d’investissement les plus polyvalents. Ils permettent aux investisseurs de protéger leur portefeuille tout en conservant une exposition aux marchés. Au cours du premier semestre de 2022, nous avons assisté à une multiplication des produits à capital protégé et des instruments obligataires, qui ont tous deux bénéficié de la récente hausse des taux.

Comment la baisse des marchés affecte-t-elle les investisseurs et quelles en sont les conséquences pour les projets de Leonteq?
L’incertitude a découragé les nouveaux placements, la quasi-totalité des classes d’actifs ayant enregistré des performances médiocres. Malgré ces difficultés, nous nous appuyons de plus en plus sur les investissements pour diversifier notre offre. En effet, le chiffre d’affaires généré au premier semestre grâce à nos nouvelles initiatives a contribué pour 53% au chiffre d’affaires global, ce qui représente une augmentation de sept points de pourcentage par rapport à la même période en 2021. Ceci valide un de nos axes de développement stratégique qui consiste à poursuivre l’élargissement de la gamme.

De manière générale, comment envisagez-vous l’évolution des marchés dans les mois à venir?
Je pense que les marchés resteront chahutés dans les prochains mois, en raison du contexte géopolitique et de l’incertitude macroéconomique persistante qui en découle. Cependant, la hausse des taux et l’augmentation de la volatilité, dans l’ensemble des classes d’actifs, seront sans doute source d’opportunités avec un horizon d’investissement de moyen à long terme. La dernière crise nous a appris que les stratégies de «timing du marché» causent des dommages persistants aux portefeuilles, les acheteurs et les vendeurs intervenant systématiquement trop tard. Les produits structurés permettent aux investisseurs de rester investis en gérant la variable temps de manière bien plus efficace.

Comment Leonteq se positionne-t-elle dans ce contexte?
Au cours des quatre dernières années, nous avons considérablement diversifié notre offre. Partant des produits autocall classiques, nous l’avons élargie aux dérivés de fonds, aux cryptomonnaies, aux stratégies d’investissement quantitatif et nous avons investi davantage dans notre offre AMC ainsi que dans des activités à faible intensité de bilan. Nous entendons poursuivre sur la voie de la diversification en exploitant de plus en plus de thèmes d’investissement lancés avec des fournisseurs de contenu tiers.
Cet élargissement s’accompagne du développement de LynQs, notre offre numérique. Elle permet d’accéder aux prix, aux outils de gestion LCM et aux AMC dans une logique d’architecture ouverte. De manière plus spécifique, les capacités de LCM vont devenir de plus en plus importantes pour la gestion des risques des portefeuilles de produits structurés.

Quel est le rôle de LynQs en tant que plateforme multi-émetteurs?
LynQs est l’une des pierres d’angle de notre stratégie. Nous ne pensons pas que la technologie puisse un jour remplacer complètement l’interaction humaine, mais elle deviendra un élément de plus en plus important du service au client. Les retours de nos clients sont très favorables. Ils apprécient l’expérience utilisateur, l’architecture, le design et l’étendue de la gamme de modules.

Vous avez récemment intégré Swissquote en tant qu’émetteur. Quels sont les prochains développements prévus pour la plateforme?
Il y a quelques semaines, nous avons lancé nos premiers produits en collaboration avec VP Bank. Ils entrent dans le cadre d’un concept novateur d’entrée en relation spécialement conçu pour réduire les délais de mise sur le marché et les coûts pour les banques.
Nous n’en sommes qu’au tout début, mais nous sommes tous très enthousiastes quant à ses perspectives, car il permet aux entités d’émettre leurs propres produits structurés dans des délais très courts. Nous avons également élargi notre palette de produits avec le lancement de certificats d’investissement islamiques, une première étape pour doter Leonteq de capacités dans le domaine en pleine expansion de la finance islamique. À moyen terme, nous poursuivrons la diversification de notre offre en investissant dans une nouvelle plateforme de négociation.

Quels sont vos projets dans le domaine des actifs numériques?
Nous sommes désormais l’un des principaux fournisseurs de produits titrisés sur les crypto-actifs et nous disposons du plus grand univers de sous-jacents, de trois paniers de crypto-monnaies et de notre propre produit indiciel, Leonteq Crypto. Nous continuerons à investir dans notre infrastructure, car nous pensons que le secteur est appelé à occuper une place de plus en plus importante dans le portefeuille des clients, à mesure que la réglementation se précise et que la technologie gagne en maturité.

Vous avez joué un rôle clé chez Leonteq dans le développement du segment GFI. Quel en a été le facteur décisif?
Je pense qu’il existe une adéquation naturelle entre le positionnement de Leonteq et celui des gérants indépendants sur leurs marchés respectifs. Vu la nature de notre cœur de métier, nous pensons que la cohérence, l’innovation et la transparence sont des éléments clés pour bâtir des relations durables à long terme. Or ce sont les mêmes valeurs qui animent les gérants indépendants dans leurs relations clients.

Quel est, selon vous, le défi le plus important à relever pour le secteur? Est-ce le renforcement de la réglementation ou la numérisation?
Je ne les classerais ni l’un ni l’autre comme des défis. Le renforcement des réglementations n’est qu’un rappel permanent des obligations fiduciaires collectives du secteur vis-à-vis des investisseurs finaux qui, chaque jour, placent leurs économies sur les marchés financiers. La numérisation, quant à elle, ouvre de nouveaux marchés et de nouvelles façons de travailler. Elle permet, en définitive, d’améliorer l’accès des clients et des investisseurs. Si je devais évoquer un défi à relever pour l’ensemble du secteur, je parlerais d’une certaine complaisance ou d’un manque d’esprit d’évolution. Notre secteur, comme le reste de l’économie, doit continuer à évoluer pour rester pertinent et à assumer efficacement son rôle.

Sur le thème clé de la numérisation chez les GFI, quelles sont, selon vous, les opportunités qui se présentent?
L’accès à une plateforme flexible et automatisée permet aux gérants indépendants de fournir un service unique à leurs clients. LynQs, notre guichet unique pour les produits structurés, est une plateforme de ce type. Nous avons évoqué les AMC plus haut. Or, nous venons d’intégrer le portail AMC dans LynQs. Les promoteurs d’indices bénéficient d’une plus grande automatisation et d’un portail unique pour administrer leurs solutions indicielles sur mesure. Un autre exemple d’automatisation des processus est celui des «gammes de prix». Cette fonctionnalité permet de générer des centaines de prix en quelques secondes pour trouver la meilleure solution d’investissement en fonction de divers paramètres produits et pour différents émetteurs.

Quelle est la vision de Leonteq dans ce processus?
Nous continuons à développer notre plateforme pour en faire une méta-plateforme de solutions d’investissement. Une méta-plateforme se caractérise par son offre à 360 degrés, son architecture ouverte et ses services en amont et en aval des transactions, comme les idées d’investissement ou la gestion LCM. Au-delà de la numérisation, Leonteq continuera à développer son modèle économique axé sur son programme en marque blanche intégrale. Il permet aux banques de déployer leurs produits structurés et de les distribuer en conservant leur nom et leur identité d’entreprise, à partir de notre plateforme de services et nos technologies de pointe.

Alessandro Ricci est responsable des solutions d’investissement et membre du Comité de direction de Leonteq depuis 2021. Il était auparavant responsable adjoint des solutions d’investissement en même temps qu’il dirigeait les marchés Suisse & EMOA. Avant de rejoindre Leonteq, Alessandro était co-responsable des produits dérivés et responsable des produits structurés chez Exane. De 2008 à 2016, il a occupé différents postes de direction dans la division Produits structurés de Nomura International. Il a débuté sa carrière chez McKinsey avant de rejoindre Lehmann Brothers. De double nationalité italienne et britannique, Alessandro est titulaire d’un diplôme en ingénierie mécanique de l’Università degli Studi di Napoli Federico II et d’un MBA en finance de la Columbia Business School de New York.

Share: