«Nous sommes vraiment montés en puissance cette dernière année»

1285
0
Share:

Interview de Xavier Ledru, Responsable du département Corporate Finance, Reyl Intesa Sanpaolo

Par Jérôme Sicard – Photos : Karine Bauzin

Le pôle corporate finance de la banque Reyl a clairement franchi un seuil. Capable aujourd’hui de se positionner sur des opérations qui se chiffrent en centaines de millions, voire en milliards, il s’est hissé parmi les acteurs réputés du secteur de la banque d’affaires, en Suisse et en Europe. Et son développement montre encore un fort potentiel, ainsi que l’explique Xavier Ledru, son responsable.

La branche Corporate Finance de la banque Reyl a été créée en 2013 voilà bientôt 10 ans ! Combien de transactions a-t-elle réalisées depuis?
Xavier Ledru : En effet, le temps passe vite ! Quand j’ai rejoint la banque, l’équipe comptait 3 personnes. Aujourd’hui nous sommes une quinzaine de collaborateurs, répartis entre Londres, Genève et Zurich, où nous renforçons notre présence. En dix ans, donc, nous avons effectué plus de 50 opérations pour une surface globale d’environ huit milliards de francs.

Quel est l’intérêt pour une banque comme Reyl Intesa Sanpaolo d’avoir un pôle Corporate Finance? Comment s’intègre votre offre dans la proposition d’ensemble du groupe Reyl?
L’équipe Corporate Finance s’inscrit pleinement dans la stratégie 360° de Reyl Intesa Sanpaolo. Nous proposons à nos clients des services de banque d’affaires dans le domaine des fusions & acquisitions, du conseil en financement, du private equity et des marchés de capitaux. Un grand nombre de nos clients sont en effet des entrepreneurs qui ont réussi en développant des groupes internationaux. Leur offrir cette palette de compétences nous permet de répondre à leurs besoins tout en nous inscrivant dans une relation de partenariat à long terme avec eux-mêmes comme avec leur famille et leur entreprise.

En quoi consiste votre stratégie de développement?
A l’origine, nous avons vécu une phase de développement plutôt opportuniste. Aujourd’hui, nous entrons dans un nouveau cycle, plus mature, où nous souhaitons consolider notre présence en Suisse et en Europe dans le secteur du conseil aux entreprises de taille moyenne et large. Il y a un vrai besoin dans ce domaine, et surtout un gros potentiel de développement pour des acteurs de notre taille. Le pôle Corporate Finance de Reyl Intesa Sanpaolo a l’avantage de travailler avec une approche sophistiquée et des services de qualité tout en étant plus agile et flexible que des banques d’affaires plus établies.

Quels objectifs vous êtes-vous fixés?
Si je vous faisais part de mes ambitions réelles vous ne me prendriez sans doute pas au sérieux ! Nous restons humbles mais sommes extrêmement déterminés et ambitieux. Nos récents développements et la qualité de nos équipes nous donnent de bonnes raisons d’être optimistes.

Quels sont les points forts sur lesquels vous pensez pouvoir axer votre stratégie?
Le secteur de la banque d’affaires est extrêmement concurrentiel en Europe mais notre culture du service, notre vision long terme, la mise en avant de l’humain sont nos plus grands atouts pour cimenter notre croissance. Le fait que nos clients nous sollicitent désormais de manière récurrente est la plus belle des récompenses. Nous avons dans nos équipes des professionnels expérimentés, avec un bagage pluridisciplinaire, qui ont travaillé dans de grandes banques internationales. Mais nous avons aussi des profils plus jeunes que nous avons recrutés très tôt, que nous avons formés et que nous voyons s’épanouir avec fierté. Notre capital humain, notre empathie sont, aux côtés de nos compétences techniques, des atouts que nous cultivons et qui nous différencient d’autres banques plus classiques.

Sur quel type de transactions vous concentrez-vous aujourd’hui?
Nous venons de clôturer une acquisition transfrontalière de plusieurs centaines de millions pour le groupe Toyota. Nous finalisons la vente d’une entreprise familiale suisse, dans le secteur des lubrifiants automobiles écoresponsables, à une major de l’énergie, c’est d’ailleurs une opération introduite par notre branche Wealth Management. L’opération se chiffre là-aussi en centaines de millions de francs. Dans le secteur du financement nous avons finalisé cet été une levée de 150 millions d’euros pour le groupe Les Etincelles, l’un des leaders de l’hôtellerie de luxe en haute montagne. Enfin nous avons eu l’opportunité de conseiller le groupe ACS dans le cadre de la cession de ses activités renouvelables à Vinci pour 4,9 milliards d’euros fin 2021. De manière générale nous sommes vraiment montés en puissance cette dernière année.

Quels sont les secteurs sur lesquels porte plus particulièrement votre expertise?
Nous sommes actifs dans les secteurs de l’industrie traditionnelle, la santé, les produits de grande consommation et le luxe, les technologies, médias et télécommunications, l’immobilier et l’hôtellerie. Sans oublier bien sûr les énergies renouvelables, secteur dans lequel nous avons développé une véritable expertise ces dernières années, et qui est pour nous un axe de développement prioritaire.

Qu’a pu vous apporter l’entrée d’Intesa Sanpaolo au capital de Reyl & Cie?
Le partenariat stratégique que nous avons formé avec Intesa Sanpaolo, l’un des plus grands groupes bancaires européens, représente un vrai changement de paradigme pour nos activités de banque d’affaires. Intesa Sanpaolo figure parmi les leaders en Europe dans un grand nombre d’activités liés à l’investment banking. Notre partenariat nous permet d’avoir accès à des équipes sectorielles de grande qualité, et de mettre en commun nos compétences ainsi que nos réseaux respectifs. Agilité, implication du senior management, capacité à intervenir sur des opérations variées en termes de taille et de géographie, accès à l’un des plus gros bilans de la zone euro : ce sont autant d’arguments – assez décisifs – que nous pouvons mettre en avant. C’est extrêmement stimulant de voir se dégager autant de potentiel !

Comment fonctionnez-vous d’ailleurs avec les équipes d’Intesa?
Nous échangeons régulièrement et nous apprenons à nous connaître. Les discussions sont fluides et nous nous en réjouissons. Nous pouvons « pitcher » une capacité importante de crédit aux entreprises. Le groupe Intesa Sanpaolo peut à son tour s’appuyer sur nos équipes pour intervenir sur des opérations qui ne rentrent pas dans ses cases habituelles, ou qui présentent des dimensions hybrides avec à la fois des angles banque privée et banque d’affaires.

Comment se fait-il que vous soyez à ce jour l’un des rares acteurs en Suisse positionnés sur ce secteur?
C’est en effet surprenant car il y a tellement d’opportunités à saisir ! En ce qui nous concerne, à la différence de beaucoup de nos pairs, nous avons le soutien inconditionnel des associés de la banque qui sont quasiment tous d’anciens banquiers d’affaires. Ils comprennent notre culture et le potentiel extraordinaire, mais aussi les contraintes propres à nos activités.

Comment vous-y prenez-vous pour repérer les opérations susceptibles de vous intéresser?
Nous travaillons d’abord en étroite collaboration avec les autres pôles de la banque : Entrepreneurs & Family Office Services, Wealth Management, Asset Management et Asset Services. Nous entretenons avec eux d’excellentes relations. Ces liens solides nous permettent d’agréger pour la clientèle de la banque des compétences étendues ainsi que de larges réseaux.
Notre département a ensuite développé ses propres relations au sein du monde des affaires, sur une échelle internationale. Nous sommes ainsi proches de groupes suisses et européens de taille moyenne et large, qui nous appellent régulièrement pour les assister sur des problématiques de fusions-acquisitions, de financement ou encore pour des négociations délicates avec leurs partenaires financiers. Nous sommes enfin des interlocuteurs réguliers de fonds de private equity ou de dette privée, de family offices ou de fonds souverains qui nous sollicitent car ils sont à la recherche d’opérations intéressantes, off market. Nous retrouver au carrefour de ces différents univers nous vaut un positionnement unique.
De manière générale, nous sommes très enthousiastes dans notre approche du métier. Si nous pouvons connecter des personnes ou des sociétés que nous apprécions et qui évoluent dans notre écosystème, alors nous le ferons volontiers. Savoir rendre service sans forcément attendre un retour immédiat conduit souvent à ce que l’on se souvienne de nous plus tard. Je pense que cela reflète aussi notre état d’esprit très entrepreneurial.

Xavier Ledru a débuté sa carrière en tant qu’avocat en 2004 chez Orrick, Herrington & Sutcliffe, à Paris, où il a exercé dans le domaine des financements structurés. En 2010, il a rejoint Société Générale Corporate & Investment Banking comme responsable juridique du département Matières Premières et Ressources Naturelles. Son parcours l’a mené ensuite chez Reyl & Cie à partir de 2014. Il a été nommé responsable-adjoint du département Corporate Finance en 2019 et il en a pris la direction en juillet 2020. Xavier est diplômé de l’Université Paul Cézanne, de HEC, dans un cycle de master, et de l’Université Paris-Descartes.

Share: