« Nous voulons accueillir des personnes plutôt que des portefeuilles »

1927
0
Share:

Interview de Yves Charlet, Chief Operating Officer, VCT Vector Gestion

Par Elsa Floret

Le nouveau COO de VCT Vector Gestion, Yves Charlet, en provenance de Lombard Odier, souhaite participer activement à la consolidation en cours du marché des gérants de fortune indépendants. La société VCT, fondée en 1994, présente à Lausanne et Nyon, planifie un développement rapide à Genève.

En tant que COO de VCT Vector Gestion, quels les grands défis auxquels vous allez vous atteler?
Yves Charlet: Notre demande de licence auprès de la FINMA a été déposé mi-février. Dès que nous l’aurons obtenue, il va falloir fluidifier les nouveaux processus organisationnels. Il est capital de conserver une grande flexibilité et une rapidité de décision, afin de se démarquer des plus grands établissements de gestion ou des banques. Et la formalisation de certaines procédures ne doit en rien nous retirer cette plus-value.
VCT Vector Gestion est dans une phase d’expansion sur plusieurs sites géographiques. Cela va donc demander des efforts d’intégration et de maintien de la culture d’entreprise forte, que les actionnaires ont inculquée. Tout cela va passer par une communication accrue et la mise en avant des valeurs existantes, mais aussi par l’ouverture à de nouvelles idées et visions.
VCT Vector Gestion veut se positionner comme une alternative de qualité, crédible, à taille humaine, durant cette période de changements dans le secteur des gérants indépendants.

Qu’est-ce qui différencie VCT des autres gérants?
Tout d’abord, nous voulons croître en maintenant l’ADN de la compagnie. Actuellement, nous sommes une petite vingtaine de personnes, présentes à Nyon et Lausanne, mais actives sur différents marchés et secteurs. Nous ne voulons pas devenir une plateforme pour des gérants n’ayant pas d’alternatives, mais accueillir des personnes plutôt que des portefeuilles.
Notre modèle de rémunération est attractif par rapport au marché, mais cela ne fait pas tout. Les nouveaux arrivants doivent se sentir à l’aise dans la structure. Nous fonctionnons en équipe, avec une politique d’investissement commune que les gérants peuvent adapter à leurs clients. Notre système informatique est performant, couplé à un PMS de qualité couvrant le nécessaire sans superflu, ayant un module compliance permettant à notre équipe Risque d’automatiser les contrôles.
L’idée est de se renforcer où nous sommes présents géographiquement, notamment à Nyon, mais aussi d’être présents rapidement à Genève. Je suis persuadé que lorsqu’un gérant fait le choix de rejoindre une nouvelle entité, le critère final est l’ADN de la compagnie et le contact humain.

Vous cumulez trente ans d’expérience bancaire, notamment dans la gestion de clientèle Wealth Management et GFI. Quelle dynamique de place observez-vous ? Durant ces huit à dix dernières années, après les chocs de 2008 et la régularisation fiscale, nous sommes passés d’un marché qui couvrait tous les domiciles et tous les segments de clientèle dans tous les établissements bancaires, à une plus grande spécialisation. Les banques ont eu tendance à se concentrer sur les segments supérieurs, en termes de volume. Elles ont ainsi réduit le spectre pays, tout en automatisant le service donné.
Dans un premier temps, cet état de fait a permis aux GFI de croître et de renforcer leur part de marché, en maintenant plus de diversité géographique et en servant des clients de toutes tailles. Avec le changement législatif, je suis persuadé que le modèle tutti frutti sera beaucoup plus difficile, pour des raisons de coûts et d’organisation. Je pense que les structures organisées et digitalisées auront de belles perspectives de croissance. Il faudra qu’elles restent concentrées sur les régions géographiques et les segments de clientèle oû elles sont déjà bien développées.

 

Yves Charlet est le nouveau COO de VCT Vector Gestion, société de wealth management, fondée en 1994 et présente à Nyon et à Lausanne. Depuis 2018, il travaillait auprès de Lombard, Odier comme responsable Suisse romande au sein du département GFI. Précédemment, Yves Charlet a passé plus de trente ans au sein d’UBS, où il a occupé plusieurs postes à responsabilité, notamment dans la gestion de clientèle Wealth Management et dans le secteur des GFI.

Share: