«Nous voulons être suisses en Suisse»

235
0
Share:

Interview de Philippe Oddo, Chief Executive Officer, Groupe Oddo BHF et Joachim Häger, Global Head, ODDO BHF Private Wealth Management

Par Marine Ulrich – Photos : Walter Vorjohann

Voilà un an, le groupe franco-allemand Oddo BHF a bouclé l’acquisition de Landolt & Cie, la plus ancienne banque de Suisse romande. Ce rapprochement permet au groupe d’étendre davantage à l’international son activité de banque privée et de prendre ses marques, pour la partie banque d’affaires, sur un marché dont le potentiel est particulièrement apprécié. Comme l’expliquent Philippe Oddo et Joachim Häger, la Suisse représente pour le groupe un magnifique réservoir d’entreprises familiales menées par des entrepreneurs talentueux, doués pour l’innovation.

Déjà présents en Suisse depuis l’acquisition de BHF Bank en 2016, quelle étape supplémentaire avez-vous franchie avec la reprise de Landolt ?
Joachim Häger: Avec l’acquisition de la banque allemande en 2016, nous sommes devenus un groupe franco-allemand avec un ancrage en Suisse, principalement alémanique. Nous élargissions à présent notre champ d’action à la Suisse romande, ce qui nous offre la possibilité de développer davantage notre activité internationale de banque privée.
En termes stratégiques, le développement de l’activité de banque privée en Suisse nous paraît particulièrement important car il s’agit d’un marché profond, qui compte de grandes familles et des entrepreneurs de talents. Nous voulons « être suisses en Suisse », en devenant partie prenante de l’écosystème local et en travaillant avec des partenaires locaux, reconnus en Europe et dans le monde. Nous sommes convaincus que la Suisse jouera un rôle clé pour le développement de notre activité wealth management à l’international. Sur le plan opérationnel, nos équipes francaises, allemandes et suisses ont mis toute leur énergie pour permettre la fusion et créer la nouvelle entité suisse « Oddo BHF, Banquiers depuis 1780 ».

La Suisse devient ainsi, après la France et l’Allemagne, le troisième pilier de la stratégie de développement du groupe. Quelles raisons vous ont mené dans cette voie ?
Philippe Oddo: Nous sommes admiratifs du dynamisme et du savoir-faire des familles et des entrepreneurs suisses. Ils se sont imposés, au fil du temps, en tant que leaders mondiaux dans des industries à forte intensité capitalistique comme l’agroalimentaire, la chimie, la pharmacie, les bio et medtechs, ou le luxe. La Suisse est par ailleurs reconnue dans le monde pour sa formation et ses capacités d’innovation. C’est une donnée essentielle pour une banque comme la nôtre qui investit pour attirer et faire grandir de nouveaux talents.

Comment la structure du groupe en Suisse va-t-elle s’organiser, en termes de gouvernance notamment ?
J.H.: Les équipes de direction du groupe vont particulièrement s’impliquer dans la gestion et la gouvernance de notre entité suisse. Nicolas Chaput, responsable de la gestion d’actifs, et Thierry Lombard, membre du conseil de surveillance du groupe, siègeront au conseil d’administration dont j’assurerai la présidence. Nous aurons à nos côtés des personnalités suisses qui connaissent très bien les enjeux et les acteurs du marché local. Nous sommes heureux d’y accueillir depuis septembre Monika Vicandi, qui rejoint également le Vorstand de notre Maison en tant que responsable juridique, conformité et risques. Nous souhaitons élargir davantage le conseil d’administration à des personnalités représentant l’expérience suisse dans toute sa diversité. Par ailleurs, le management de la banque en Suisse – avec Martin Liebi comme CEO à partir du 1er janvier 2022 – regroupera des talents à la fois de la banque Landolt et de notre filiale zurichoise.

Quelle offre supplémentaire proposez-vous désormais à vos clients ?
P.O.: Les activités de gestion de portefeuille exercées historiquement chez Landolt à Zurich vont pouvoir bénéficier de l’expertise de nos équipes de Paris, Francfort et Düsseldorf. Nos clients basés en Suisse pourront également avoir accès à nos services de gestion d’actifs qui sont particulièrement performants. Il s’agit entre autres du fixed income – investment grade et high yield – principalement opéré depuis Düsseldorf, mais aussi des actions européennes mid caps et entreprises familiales principalement menées depuis Paris. De nombreux fonds gérés par nos équipes asset management sont classés cinq étoiles par Morningstar. Nous avons par ailleurs développé des fonds thématiques pour investir dans les grandes tendances de marché telles que l’intelligence artificielle, la recherche d’alternatives énergétiques pour relever le défi climatique, la révolution alimentaire, avec la commercialisation d’une stratégie d’investissement sur le thème « Future of Food ». J’y ajoute aussi le private equity, avec le lancement de fonds secondaires, de dettes, ou de venture. Plus de 50% de nos fonds ouverts intègrent les critères ESG, sept de nos fonds sont estampillés ISR, un label français, et deux sont estampillés FNG, un label allemand. Nous sommes convaincus que les investisseurs se tourneront de plus en plus vers des produits à forte dimension responsable et durable et nous souhaitons donc accompagner nos clients dans cette dynamique. Nous offrons en outre des services de banque d’investissement et de financement, qui constituent, historiquement, l’ADN de notre Maison.
Nous pouvons offrir à nos clients nos compétences aussi bien en matière de conseil aux entreprises et à leurs actionnaires, d’analyse financière, de courtage actions et obligations, que de financement-export, ou de change. A ce titre, la plateforme de courtage actions que nous avons construite avec nos partenaires Natixis, ABN AMRO, BBVA et Commerzbank, s’est classée numéro 1 de la zone Euro avec plus de 60 transactions ECM et introductions en bourse réalisées depuis le début d’année. Nous avons introduit 4 SPAC sur Euronext, illustrant par là les capacités d’attraction et la réussite de la stratégie d’ouverture de nos équipes.

Comment faites-vous pour toucher et attirer le vivier de talents entrepreneuriaux si caractéristique à la Suisse ?
J.H.: Nous sommes proches des « family businesses » et des entrepreneurs, puisque notre groupe est une entreprise familiale. Nos collaborateurs en sont également actionnaires, aux côtés de Philippe Oddo et de la famille. Ils possèdent non seulement 25 % du capital mais – ce qui est plus important – c’est qu’ils se comportent comme des associés et des entrepreneurs orientés vers le long terme. Nous sommes ainsi convaincus de pouvoir bien comprendre les défis complexes auxquels sont confrontés les entrepreneurs familiaux. C’est vrai en France comme en Allemagne. Les entrepreneurs et leurs familles sont de plus en plus nombreux à nous rejoindre, à nous confier la gestion de leur patrimoine et à nous demander conseil. Ils apprécient particulièrement les valeurs qui nous animent, l’engagement dans la continuité et le long terme à leurs côtés. Notre indépendance est un gage de sûreté : nous investissons avec nos clients et nos intérêts sont alignés.
En ce qui concerne le développement des talents, nous leur proposons de devenir actionnaires à terme, et de construire, avec nous, la nouvelle banque suisse « Oddo BHF Banquiers depuis 1780 », en nous appuyant sur l’expertise et les ressources financières de notre groupe européen. Nous poursuivons une stratégie à long terme, réellement centrée sur le client, et nous aimons développer nos propres talents : c’est la proposition que nous leur faisons en nous rejoignant.

Dans quels marchés et secteurs voyez-vous les meilleures opportunités de croissance en Europe et au niveau mondial ?
P.O.: Nous allons investir pour développer une approche plus globale de la gestion de portefeuille, pour digitaliser nos outils ainsi que nos processus, et amener l’expérience client à un niveau encore supérieur. Nous allons continuer à investir dans nos outils informatiques, ainsi que dans l’intelligence artificielle. Nous avons d’abord des objectifs de croissance interne auprès de nos clients tant dans nos activités de gestion d’actifs que dans celles de banque privée et de gestion de fortune. Nous allons également continuer à investir dans nos expertises et nos savoir-faire en banque de financement et d’investissement où nos compétences sont particulièrement reconnues sur nos marchés clés.
Nous sommes par ailleurs toujours attentifs aux opportunités qui nous permettraient de continuer notre développement par croissance externe, singulièrement en Europe. Nos succès dans la zone Euro nous permettent également de regarder les opportunités hors de l’UE. Nous avons pour projet d’ouvrir un bureau à Londres, avec aussi l’ambition de nous développer sur les marchés asiatiques, qui constituent un formidable réservoir de croissance.

Philippe Oddo est le CEO du groupe Oddo BHF.. Il est entré en 1984 dans l›entreprise familiale Oddo & Cie et est en devenu associé-gérant en 1987. Après en avoir pris la direction, il a diversifié les activités du groupe dans les domaines de la banque privée et de la banque d’affaires en menant en France plusieurs opérations de croissance externe. Le groupe s’est notamment porté acquéreur de la banque d’Orsay, de la banque Robeco et de l’ensemble Credit Lyonnais Securities Europe. En 2016, dans le cadre de son développement à l’international, Philippe Oddo a procédé au rachat de la banque allemande BHF, donnant ainsi naissance à la nouvelle entité Oddo BHF. Philippe Oddo est diplômé de l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales de Paris, HEC. Il a également étudié à l’université Paris-Dauphine, à l’Université de New York et l’Université de Cologne.

Joachim Häger est membre du directoire de Oddo BHF depuis juillet 2016. Il est également associé de Oddo BHF SCA à Paris et président du directoire de Oddo BHF (Suisse). Dans le cadre de ses fonctions, il est responsable de la gestion de patrimoine des clients privés de Oddo BHF en Allemagne, en Suisse et en France. Avant de rejoindre Oddo BHF, il a travaillé pour la Deutsche Bank pendant environ 25 ans. En 2007, il a pris en charge la banque privée en Allemagne. A partir de 2014, il était co-responsable de la gestion d’actifs et de patrimoine. Joachim Häger a été membre du directoire de la Deutsche Bank pour l’Allemagne et membre du comité exécutif mondial de la branche Private Wealth Management à partir de 2005.

  • Le groupe Oddo BHF emploie 2’500 personnes (dont 1’300 en Allemagne et en Suisse) et ses encours s’élèvent aujourd’hui à 125 milliards d’euros.
  • Le groupe opère dans les domaines de la gestion d’actifs, de la gestion de fortune, et des Entreprises & Marchés. Son siège est situé à Paris et à Francfort. En Suisse, il possède des bureaux à Zurich, Lausanne et Genève.
Share: