Un thème qui prend de l’espace

209
0
Share:

Par Rolando Grandi, Gérant de fonds thématiques, La Financière de l’Echiquier

Avec les initiatives privées prises depuis plusieurs années par ces héritiers de Howard Hugues que sont les Elon Musk, Jeff Bezos ou encore Richard Branson, la conquête spatiale prend une dimension industrielle en plus imposante.

Savoir anticiper, donner du crédit à la puissance du changement sont les règles d’or des pionniers, à l’image de ces entreprises disruptives et visionnaires qui révolutionnent aujourd’hui le marché spatial. Stratégique et transverse, la révolution spatiale en cours est également économique : de 400 milliards de dollars aujourd’hui, le marché spatial devrait atteindre 2 700 milliards d’ici 2045, selon PwC et Bank of America Merrill Lynch, soit environ 3,5 fois le PIB de la Suisse.

Cette mégatendance ne fait qu’éclore. Avec un flux grandissant d’introductions en Bourse, la taille du secteur spatial pourrait doubler ou tripler ces prochaines années et offrir, sur le long terme, des opportunités inédites, et de véritables bénéfices pour améliorer la vie sur Terre, depuis l’espace.

Une industrie spatiale responsable

La nouvelle génération d’acteurs privés développe une vision responsable de l’industrie spatiale et des produits et services qui contribuent à la préservation et à l’amélioration de tous les écosystèmes, de l’observation de notre planète à la gestion des débris dans l’espace. Les solutions se multiplient à l’image de celle du Canadien MDA, qui fournit des bras robotiques pour aspirer et récupérer les débris dans l’espace, et affiche une croissance du chiffre d’affaires espérée de +60% en 2022. L’industrie de l’observation de la Terre, dont la croissance attendue du chiffre d’affaires d’ici 2025 est de +8,5% par an, d’après Business Wire, contribuera, nous en sommes convaincus, à relever d’immenses défis planétaires.

La donnée spatiale, utile à la vie sur Terre

Le marché de la donnée spatiale et de la commercialisation des images satellites à grande échelle dope en effet la révolution spatiale en cours et connaît une croissance exponentielle. Utiles à tous les secteurs, de la communication à la santé, des transports à l’assurance, les images satellites fournies par des acteurs comme Maxar Technologies, qui les captent grâce à leurs satellites en orbite géostationnaire, permettent de cartographier ports, aéroports ou lieux sensibles, et d’agréger de multiples sources grâce à l’intelligence artificielle. Le fournisseur mondial de données, d’analyses et de services spatiaux Spire Global, qui a connu en 2021 une croissance de +106,3%, vient d’étendre son partenariat avec Sinay afin de fournir des services globaux aux entreprises maritimes. En 2022, son chiffre d’affaires devrait selon la société atteindre 85 à 90 millions de dollars, soit une croissance comprise entre +96 et +107% par rapport à 2021. Autres exemples avec les fuites de pétrole des pipelines pouvant être détectées en temps réel par les satellites, alors que les méthodes traditionnelles nécessitent 3 à 5 jours ou encore l’analyse de la déforestation, rendue possible grâce à des satellites en orbite basse.

Et au service du climat

26 des 50 indicateurs de suivi du changement climatique identifiés par l’ONU sont aujourd’hui fournis par imagerie satellite. Planet Labs prend ainsi par exemple plus de 3 millions de clichés de la Terre chaque jour grâce à sa flotte de plus de 200 nanosatellites. Co-fondée en 2010 par 3 scientifiques de la NASA, la société américaine, qui réalise plus de 100 millions de dollars de chiffre d’affaires, compte déjà plus de 730 clients, en hausse de +36% sur un an. Parmi ces clients, figurent entre autres la Commission européenne pour la protection de la biodiversité et la lutte contre la pêche illégale, l’Agence spatiale européenne pour modéliser le climat notamment, ou encore le gouvernement norvégien pour contrôler la déforestation.

L’éclosion d’un écosystème spatial responsable et l’amélioration permanente de la couverture satellite de la Terre laissent entrevoir bien des solutions concrètes pour améliorer nos conditions de vie. Investir dans l’économie de l’espace offre de très belles opportunités, dont découleront, nous en sommes convaincus, des applications bénéfiques aux Terriens et à la vie sur Terre.

D’origine bolivienne et diplômé en finance de l’IAE Lyon, Rolando Grandi amorce son parcours professionnel chez Roche-Brune AM en tant qu’analyste actions internationales avant de devenir co-gérant en 2015. Rolando rejoint La Financière de l’Echiquier en 2017. Passionné par l’univers technologique, en 2018, il devient gérant actions thématiques. En 2021, Rolando gère le fonds Echiquier Space, lancé par LFDE, le premier fonds européen dédié à la thématique spatiale,

Share: