Formation continue

  • Interview Mathias Baitan
  • Directeur général
  • Institut Supérieur de Formation Bancaire

« Enrichir l’offre de formation dans le secteur bancaire et financier »

L’Institut Supérieur de Formation Bancaire s’est rapproché de la HEG-Genève pour créer un nouveau programme de formation continue et mieux préparer les professionnels de la finance aux évolutions majeures qui façonnent aujourd’hui le secteur. Mathias Baitan, pour l’ISFB, s’en explique dans cet interview.

Quelle est la logique de ce rapprochement entre la HEG-Genève et l’ISFB ?

Le partenariat entre la HEG-Genève et l’ISFB s’articule autour d’une vision commune: enrichir l’offre de formation dans le secteur bancaire et financier pour les professionnels en Suisse romande. L’ISFB, avec son éventail de formations continues allant de l’investissement au financement, en passant par la conformité et la finance durable, complète parfaitement le spectre de formations bancaires initiales de la HEG-Genève. Cette alliance stratégique vise donc à unir les forces de deux institutions reconnues pour proposer un parcours de formation continue complet. Ce parcours répond aux exigences associées à l’ensemble des compétences requises sur le marché du travail actuel.

Quelles sont les évolutions dans le secteur financier auxquelles vous voulez répondre avec ce nouveau programme ?

Le secteur financier, à l’image d’autres domaines, est confronté à des mutations rapides, portées par les innovations technologiques et les changements réglementaires. L’émergence de la fintech, de la blockchain, et plus récemment de l’intelligence artificielle, fait évoluer naturellement les pratiques et stratégies bancaires. Notre nouveau programme vise à préparer les professionnels à ces évolutions, en offrant un aperçu complet du fonctionnement des institutions financières, des fondamentaux aux innovations les plus récentes. À travers un ensemble cohérent de quatre CAS, nous permettons une compréhension stratégique des défis sectoriels auxquels les cadres d’aujourd’hui et de demain sont confrontés actuellement.

Sur la place financière en Suisse romande, où voyez-vous aujourd’hui les demandes les plus pressantes ?

La demande en formation se concentre sur l’acquisition de compétences plus transversales, essentielles pour naviguer dans la complexité des différents systèmes. Au sein de l’ISFB, nous nous attachons à développer chez les professionnels une solide culture financière, couplée à des aptitudes analytiques et relationnelles. La maîtrise de ces compétences est particulièrement recherchée dans des domaines en pleine évolution tels que la réglementation, la durabilité et les nouvelles technologies, où se reflètent les enjeux majeurs de notre époque. Les experts sont désormais confrontés à la nécessité de naviguer efficacement dans des contextes en perpétuelle évolution, en formulant des hypothèses qu’ils peuvent valider à travers l’analyse de données, tout en ayant une compréhension approfondie du système où ces données interagissent.

Pour revenir sur ce nouveau programme de formation, comment vous partagez-vous les rôles avec la HEG-Genève ?

Notre collaboration avec la HEG-Genève pour ce nouveau programme s’inscrit dans une logique d’enseignement académique et professionnel. Les formations, organisées en quatre CAS, demandent un engagement important, avec des cours le week-end et un volume conséquent de travail personnel. Les participants bénéficient de l’expertise combinée des professionnels de l’ISFB actifs dans le domaine bancaire et des enseignants de la HEG-Genève. L’acquisition de compétences stratégiques s’en trouve d’autant mieux favorisée. Les formats des CAS réalisés en partenariat ISFB&HEG, ainsi que les Certificats ISFB, sont pensés pour répondre à des besoins et profils distincts. Cette offre combinée permet d’offrir une formation complète et adaptée aux aspirations de chaque professionnel.

Mathias Baitan

ISFB

Mathias Baitan dirige l’Institut Supérieur de Formation bancaire depuis octobre 2022. Il a débuté sa carrière en 1999 auprès de la Banque Cantonale de Genève puis au sein de la Banque Pictet. En 2009, il a été nommé chef d’état-major de la direction générale de la BCGE avant de prendre la tête de son département de back-office administratif. Il a poursuivi sa carrière de 2013 à septembre 2022 au poste de responsable RH pour les fonctions transversales auprès de cette même banque. En parallèle, il a été chargé de cours HES et directeur académique au sein de la Haute Ecole de Gestion de Genève (HES-SO). Mathias Baitan est titulaire d’un doctorat en sciences économiques et sociales de l’Université de Genève, d’un bachelor of science en psychologie ainsi que du diplôme fédéral de directeur des ressources humaines.

 

    Vous aimerez aussi

    LEADERS
    Services EAM

    Services EAM

    David Saliné
    Indosuez Wealth Management
    « Un secteur animé par des enjeux importants de régulation et de digitalisation »

    LEADERS
    Services EAM

    Services EAM

    David Saliné
    Indosuez Wealth Management
    « Un secteur animé par des enjeux importants de régulation et de digitalisation »

    Sphere

    The Swiss Financial Arena

    Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.

    Marketplace

    • Interview Adrian Schatzmann
    • Chief Executive Officer
    • Asset Management Association Switzerland

    “Les asset managers doivent utiliser le capital de manière durable et efficace”.

    L’asset management suisse a profité l’an passé d’un environnement favorable. En tant que site de production, la Confédération a pris en effet le troisième rang en Europe, devant l’Allemagne, derrière la Grande-Bretagne et la France. Pour Adrian Schatzmann, il importe maintenant que les producteurs suisses puissent défendre leurs positions – sur leur marché domestique et à l’international – en améliorant par exemple l’accès à l’Union européenne.

    Comment l’industrie de la gestion d’actifs a-t-elle évolué en 2023 ?

    Nous avons rencontré un franc succès : le total des actifs sous gestion a augmenté d’environ 5% pour dépasser les 3’000 milliards de francs suisses, soutenu par la performance du marché. Le repli enregistré en 2022 a donc été en grande partie compensé. Sur le marché des fonds, l’afflux net d’argent frais s’est élevé à 5,8 milliards de francs, principalement dans les fonds du marché monétaire. Les investisseurs n’ont pas renoncé à leur aversion au risque malgré la récente vigueur des bourses.

    Quelles sont les principales tendances qui se dessinent déjà pour 2024 ?

    Nous voyons deux grandes tendances. D’abord, la technologisation de l’industrie de la gestion d’actifs, avec par exemple l’utilisation de la blockchain dans la tokenisation de placements ou même de fonds. Ou encore par l’emploi de l’intelligence artificielle dans la gestion de portefeuille, l’allocation d’actifs et la gestion des risques.

    La deuxième grande tendance demeure la durabilité : les gestionnaires d’actifs doivent utiliser le capital des investisseurs de manière durable et efficace. Efficace signifie qu’en plus d’un rendement financier, les produits d’investissement durables doivent également générer un rendement écologique ou social mesurable. Ces besoins et ces exigences accrus placent les gestionnaires d’actifs face à des défis dans le domaine de la collecte de données, de l’analyse comparative et du reporting. Mais en tant qu’actionnaires actifs, nous voulons aussi exiger des objectifs de durabilité et de climat dans le dialogue avec les entreprises.

     C’est pourquoi l’AMAS a publié à l’automne 2023, en collaboration avec Swiss Sustainable Finance, le “Swiss Stewardship Code”. Il s’agit d’une ligne directrice pour les gestionnaires d’actifs, les propriétaires et les prestataires de services financiers visant à promouvoir l’exercice actif des droits des actionnaires par les investisseurs suisses. Les gestionnaires d’actifs sont donc appelés à assumer davantage leur responsabilité d’actionnaires actifs.

    Où en sommes-nous au niveau politique et quelle est la position de l’AMAS sur la demande d’accès à l’UE ?

    L’accord sur les services financiers entre la Suisse et le Royaume-Uni, adopté fin décembre 2023, est considéré par l’AMAS comme un modèle d’avenir, car il suit une approche libérale du marché qui reconnaît les règles spécifiques à chaque pays, sans qu’il soit nécessaire d’harmoniser et d’unifier d’abord les règles. L’accès transfrontalier au marché de l’UE est – et reste une exigence centrale de l’AMAS ainsi que de la place financière suisse. La capacité d’exportation de nos services est fondamentale pour le secteur et pour la place économique. Toutefois, nous constatons que la volonté politique manque encore dans ce domaine, y compris de la part de la Suisse.

    Revenons sur les tendances. Quelles évolutions qui se dessinent dans le domaine des placements durables ?

    La dynamique mondiale dans le domaine des placements durables, en ce qui concerne par exemple les questions de définition ou la mesure de l’efficacité des produits, reste très élevée. La politique, les ONG et les régulateurs formulent des attentes claires à l’égard du secteur de la gestion d’actifs. Le Conseil fédéral a ainsi annoncé un projet visant à lutter contre le “greenwashing”. L’AMAS est en revanche convaincue que l'”autorégulation en matière de transparence et de publication pour les fortunes collectives liées à la durabilité”, qui entrera en vigueur à l’automne 2023, est actuellement l’instrument le plus approprié et le plus efficace pour éviter le “greenwashing”. Il permettra aussi de consolider la position de la Suisse en tant que leader de la finance durable. Compte tenu de la forte dynamique dans ce domaine, une réglementation nationale risque d’être déjà dépassée au moment de son entrée en vigueur. De plus, la Suisse a tendance à introduire des durcissements supplémentaires par rapport aux réglementations internationales. L’AMAS s’opposerait à un tel “Swiss Finish” dans une réglementation “Greenwashing”, car beaucoup de ses membres sont actifs dans l’espace de l’Union européenne. Ils devraient tenir compte de deux réglementations divergentes, ce qui entraînerait une complexité et des coûts croissants. Cela entraverait l’ambition de devenir un hub de premier plan pour la finance durable.

    Adrian Schatzmann

    AMAS

    Adrian Schatzmann est CEO de l’Asset Management Association Switzerland AMAS depuis janvier 2021. Il siège par ailleurs au comité de l’European Fund and Asset Management Association et au conseil d’administration de Swiss Fund Data. Auparavant, il a occupé différentes fonctions de conseil, notamment auprès de l’Association suisse des banquiers ASB. Il a également fondé et dirigé Clear Minds Investment. Adrian Schatzmann a travaillé plus de 20 ans chez UBS en Suisse et en Asie, notamment en tant que responsable de la distribution mondiale de fonds de placement et d’ETF. Il a étudié les sciences économiques à l’université de Saint-Gall.

     

      Vous aimerez aussi

      LEADERS
      Services EAM

      Services EAM

      David Saliné
      Indosuez Wealth Management
      « Un secteur animé par des enjeux importants de régulation et de digitalisation »

      LEADERS
      Services EAM

      Services EAM

      David Saliné
      Indosuez Wealth Management
      « Un secteur animé par des enjeux importants de régulation et de digitalisation »

      Sphere

      The Swiss Financial Arena

      Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.

      Services EAM

      • Interview David Saliné
      • Responsable mondial de l’activité Tiers-Gérants
      • Indosuez Wealth management

      « Un secteur animé par des enjeux importants de régulation et de digitalisation »

      David Saliné, basé à Genève, vient de prendre sous sa direction l’activité Tiers-Gérants d’Indosuez Wealth Management à l’échelle mondiale. Une nomination qui souligne l’importance accordée par le groupe à ce segment de clientèle en pleine croissance.

      Vous dirigez désormais le pôle Tiers Gérants du groupe Indosuez Wealth Management à l’échelle mondiale. Quels sont les chiffres clés à connaitre pour se faire une meilleure idée de ce pôle ? Combien de gérants de fortune indépendants, quels encours par exemple ?

      Le pôle Tiers Gérants, qui compte une soixantaine de collaborateurs, est déployé dans les dix marchés du groupe Indosuez. Ce dispositif mondial nous permet de proposer un modèle unique et coordonné pour répondre aux besoins les plus sophistiqués de cette clientèle clé pour le groupe, notamment en termes de financement, de marchés privés ou de produits structurés. Notre offre est aussi spécifiquement adaptée aux attentes de notre clientèle des différentes juridictions dans lesquelles nous sommes présents.

      À l’échelle mondiale, voyez-vous de grandes tendances animer ce secteur des tiers gérants ?

      Le modèle des tiers gérants est solidement ancré dans l’activité de gestion de fortune. C’est une réalité pour le marché historique de la Suisse, mais également pour des marchés où le modèle est apparu plus récemment, tels que le Moyen Orient ou l’Asie, qui sont des zones à forte croissance économique. C’est un marché d’avenir et stratégique pour Indosuez. Le secteur est également animé ces dernières années par des enjeux importants de régulation et de digitalisation. Les tiers gérants souhaitent, à juste titre, que le client reste la préoccupation majeure, ce à quoi nous nous attelons.

      Quelles sont vos priorités à la tête de ce pôle ?  En priorité nous collaborons avec nos partenaires pour apporter de la valeur à nos clients.  Nous sommes une banque universelle solide avec des expertises régionales fortes. Je souhaite déployer la profondeur de l’offre d’Indosuez à destination des tiers gérants, devenir un acteur de référence pour sa proposition multibooking et permettre une croissance qui nous sera mutuellement bénéfique. 

      Pour ce qui est du marché suisse, comment comptez-vous faire évoluer votre offre ? Depuis Genève, je prends la tête d’une équipe expérimentée qui couvre un portefeuille de tiers gérants basés en Suisse et dans les principaux centres financiers servant une clientèle internationale. Notre proposition est très large et elle va encore progresser, tant en matière de produits que de services, tout en restant focalisée sur l’intérêt des clients. Nous venons d’ailleurs de mettre en place une équipe en charge des tiers gérants pour notre succursale de Dubai.

      David Saliné

      Indosuez Wealth Management

      David Saliné a commencé sa carrière au CIC et à la banque Fortis au poste de relationship manager sur le marché des mid-caps. Il a rejoint ensuite le département de l’audit interne de la Société Générale au Luxembourg en 2002 puis a été nommé directeur adjoint de l’Audit pour Société Générale Private Banking en 2007 à Paris. En 2015, il devient responsable External Asset Managers de la Société Générale pour la Suisse, couverture élargie en 2019 à Monaco et au Luxembourg. En 2020, il a pris la direction ddu pôle Private Banking de Société Générale Private Banking en Suisse. David Saliné est titulaire d’un Master en finance de l’Inseec Business School ainsi qu’un Master en droit des affaires et taxes de l’Université de Bordeaux.

        Vous aimerez aussi

        LEADERS
        Services EAM

        Services EAM

        David Saliné
        Indosuez Wealth Management
        « Un secteur animé par des enjeux importants de régulation et de digitalisation »

        LEADERS
        Services EAM

        Services EAM

        David Saliné
        Indosuez Wealth Management
        « Un secteur animé par des enjeux importants de régulation et de digitalisation »

        Sphere

        The Swiss Financial Arena

        Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.

        Joint-venture

        • Alain Zell
        • CEO
        • Capitalium

        Capitalium et intuitae se mettent au service des single family offices

        Capitalium et intuitae ont créé ensemble une nouvelle structure pour proposer aux single family offices en Suisse différents services portant par exemple sur l’allocation d’actifs, l’ingénierie patrimoniale ou la gouvernance familiale. Le nom de cette nouvelle structure : ICSA for Single Family Offices.

        Capitalium, la société de gestion basée à Genève, et Intuitae, le family office français, se sont rapprochés pour formuler ensemble une offre complète de services destinée aux single family offices en Suisse. Ce partenariat stratégique s’accompagne du lancement d’une nouvelle marque, « ICSA For Single Family Offices », sous laquelle sera commercialisée la gamme créée à cette occasion. Dédiée à incuber ou assister des single family offices suisses, ICSA For Family Offices entend couvrir leurs besoins en matière de vision stratégique, d’allocations d’actifs, d’ingénierie patrimoniale ou encore de gouvernance familiale.

        « Au travers de cette joint-venture, c’est une proposition originale que nous avons voulu développer avec Intuitae, souligne Alain Zell, CEO et fondateur de Capitalium. Elle permettra à des singles family offices établis en Suisse d’étendre leur domaine de compétences et, au final, de mieux répondre aux attentes de leurs clients. Le partenariat que nous avons conclu avec Intuitae facilitera aussi le développement de l’offre multi Family Office présentée par Capitalium. Elle s’appuie sur l’expertise et le savoir-faire qu’intuitae a déployés avec succès ces dernières années en France. Ils en sont d’ailleurs les pionniers en Europe».

        Pour Christophe Achard, CEO d’intuitae, le lancement de ICSA for Single Family Offices s’inscrit également dans une stratégie plus large de développement en Europe. « En joignant nos efforts à ceux de Capitalium, il est clair que vous voulons aussi renforcer notre présence en Suisse. Je rappelle qu’intuitae dispose déjà un bureau à Genève qui a été ouvert voilà plus de vingt ans et qui rassemble aujourd’hui une équipe multidisciplinaire ».

        Avec ce partenariat, Capitalium entre ainsi dans une nouvelle phase de son expansion. La société, dont l’offre porte essentiellement sur la gestion d’actifs et les services de family office, a été créée en 2016 par Alain Zell et Sébastien Leutwyler. Elle figure aujourd’hui parmi les plus importants gérants indépendants en Suisse et ses encours dépassent le milliard de francs. Elle se concentre sur une clientèle suisse et internationale composée d’individus, de familles ou encore d’entrepreneurs. « Il est évident que le rapprochement avec intuitae va aussi contribuer à renforcer les services family offices de Capitalium, poursuit Alain Zell. Pour gérer notre croissance, il faut que nous puissions évoluer en même temps que nos clients ».

          Vous aimerez aussi

          LEADERS
          Services EAM

          Services EAM

          David Saliné
          Indosuez Wealth Management
          « Un secteur animé par des enjeux importants de régulation et de digitalisation »

          LEADERS
          Services EAM

          Services EAM

          David Saliné
          Indosuez Wealth Management
          « Un secteur animé par des enjeux importants de régulation et de digitalisation »

          Sphere

          The Swiss Financial Arena

          Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.

          CIO

          • Interview Frédéric-Charles Bois
          • Chief Investment Officer
          • Société Générale Private Banking Suisse

          « Les clients recherchent de la visibilité et souhaitent tirer profit de mégatendances comme l’intelligence artificielle “

          Frédéric-Charles Bois est le nouveau Chief Investment Officer de Société Générale Private Banking Suisse. À ce poste, il est chargé de promouvoir le développement et d’assurer la gestion de l’offre de produits et services destinés aux clients privés. Il nous en présente les grandes lignes.

          Quelles sont, selon vous, les principales lignes de force qui traversent les marchés financiers en ce début d’année ?

          En ce début 2024, j’ai le sentiment que les investisseurs anticipent la fin prochaine de la période de forte inflation et le retour vers une certaine « normalité » en matière de tensions sur les prix et de politiques monétaires. En parallèle, les économies confirment leur résilience, notamment sur le plan des marchés du travail, et certains marqueurs de ce cycle atypique, tels que les excès d’épargne, se résorbent progressivement. Pour 2024, les principales lignes de notre scénario sont celles d’un atterrissage en douceur de l’activité, avec une inflation qui continue de baisser progressivement, des banques centrales qui pivotent et des politiques budgétaires qui se normalisent.

          Quelles sont les attentes des clients dans un tel contexte ?

          Les dernières années ayant été marquées par des marchés financiers particulièrement volatiles et des bouleversements exogènes de grande ampleur, les clients sont à la recherche de visibilité, et le contexte de taux actuel permet d’offrir à nouveau des solutions de rendement attractives. Par ailleurs, ils sont également à l’écoute de solutions d’investissement visant à tirer profit des mégatendances qui redessinent notre monde, telles que l’intelligence artificielle ou la transition énergétique.

          Qu’est-ce qu’un tel environnement signifie pour la banque et quel y sera votre rôle en tant que CIO ?

          Si nous partageons les anticipations de la fin de ce cycle atypique, avec la poursuite de la détente de l’inflation et le pivot proche des banques centrales, nous restons cependant prudents quant à la vitesse de ce retour à la « normale » qui pourrait être progressif. En tant que CIO, ma mission est de traduire ces perspectives en allocation de portefeuille, tout en tenant compte des nombreux risques qui pourraient venir remettre en cause le scénario que j’évoquais : risques géopolitiques, sous ou surréaction des banques centrales ou récessions. Nous maintenons ainsi un positionnement global diversifié, qui nous permet de bénéficier de la dynamique favorable des marchés actions, tout en offrant une certaine protection en cas de correction. Nous conservons une préférence pour le marché actions américain qui continuerait de profiter de la surperformance de l’économie des États-Unis, tandis que nous restons sous-pondérés sur les marchés émergents du fait d’une défiance prolongée des investisseurs vis-à-vis des actions chinoises. En parallèle, nous conservons une surexposition aux obligations, notamment d’entreprises bien notées.

          Vous avez pour mission de développer l’offre de produits et les services d’investissement de la banque. Comment allez-vous vous y prendre ?

          Le pivot attendu des banques centrales rend les marchés obligataires particulièrement attractifs, notamment pour cristalliser les rendements actuels. Nous avons ainsi lancé un fonds obligataire daté afin de réinjecter progressivement de la duration dans les portefeuilles. Idem côté actions, où nous avons lancé un fonds Global Trends qui visent à capitaliser sur les tendances séculaires. Il est à souligner que notre offre se distingue par le caractère innovant des solutions d’investissement proposées, notamment en matière de produits structurés. Le début d’année a par exemple fait la part belle aux placements dits de rendement, comme les CLN leveragées ou les transition notes.

           Frédéric-Charles Bois

          Société Générale Private Banking Suisse

          Frédéric-Charles Bois a rejoint Société Générale Private Banking en 2016 en tant que gérant de portefeuille senior avec une expertise sur l’allocation d’actifs et les investissements alternatifs. Avant de rejoindre le Groupe, il était en charge des mandats de rendement absolu pour les clients institutionnels français chez Credit Suisse Asset Management et Aberdeen Asset Management à Paris. Il est titulaire d’un Master en gestion de portefeuille de l’EDHEC Business School.    

           

            Vous aimerez aussi

            LEADERS
            Services EAM

            Services EAM

            David Saliné
            Indosuez Wealth Management
            « Un secteur animé par des enjeux importants de régulation et de digitalisation »

            LEADERS
            Services EAM

            Services EAM

            David Saliné
            Indosuez Wealth Management
            « Un secteur animé par des enjeux importants de régulation et de digitalisation »

            Sphere

            The Swiss Financial Arena

            Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.

            Asset Management

            • Interview Arne Zeidler
            • Fondateur & CEO
            • Zeidler Group

            « La complexité et la diversité des exigences réglementaires ne cessent d’augmenter”

            Le groupe allemand Zeidler, prestataire de services pour les gestionnaires d’actifs, vient d’annoncer son arrivée en Suisse. Cette décision stratégique s’inscrit dans un contexte d’exigences réglementaires accrues pour les gérants étrangers et reflète l’importance du marché suisse, comme l’explique Arne Zeidler dans cet entretien.

            Quelles sont les motivations qui vous ont poussé à venir sur le marché suisse ?

            Notre clientèle se compose de plus de 200 gérants internationaux, répartis dans le monde entier. Par le passé, beaucoup de nos clients nous ont contactés pour comprendre les avantages et les inconvénients à travailler avec des Suisses et les spécificités à prendre en compte dans le choix du bon prestataire de services. On nous a également demandé à plusieurs reprises si nous pouvions devenir ce prestataire de services, en plus de nos autres prestations, qui incluent par exemple l’enregistrement de fonds transfrontaliers, le Facilities Agency dans l’Union européenne et le conseil juridique à l’international. 

            Quelle est l’utilité d’un “One-Stop-Shop” comme le vôtre pour les gestionnaires d’actifs ? 

            Les asset managers évoluent dans un environnement complexe. Pour leurs ambitions stratégiques en Suisse, c’est un atout d’avoir un partenaire sur place, dont les compétences ne se limitent pas aux services de base et qui maîtrise aussi un certain nombre de problématiques internationale. Cela permet d’optimiser les processus, de limiter le recours à plusieurs prestataires et de raccourcir le temps de mise sur le marché de nouveaux produits. Il s’agit aussi pour nos clients d’avoir un partenaire qui partage leurs valeurs, comprend leur stratégie et offre une gamme complète de services pour assurer que leur venue sur le marché suisse se passe de manière efficace et rencontre du succès.

            Quels sont les défis auxquels un gestionnaire d’actifs est confronté aujourd’hui quand il veut enregistrer un fonds ?

            Les besoins en matière d’enregistrement vont bien au-delà de la simple obtention de son passeport européen. Parmi les principales difficultés figurent la complexité et la diversité des exigences réglementaires dans les différents pays, la nécessité de se conformer à des réglementations complexes de type AIFMD, UCITS, MIFID ou ESG, mais aussi à chacune des lois en vigueur au plan national. Tout cela entraîne des contraintes importantes en termes de compliance. La gestion des documents, l’établissement de rapports et l’adaptation continue à l’évolution des réglementations requièrent des compétences considérables. Sans oublier que la diversification des produits d’investissement et l’entrée sur de nouveaux marchés augmentent encore la complexité des procédures liées à un enregistrement. Dans ce contexte, l’adoption de solutions technologiques efficaces est indispensable pour optimiser ce processus et réduire les risques.

            Vous êtes à la fois un cabinet d’avocats et un prestataire de services techniques. En quoi cette double casquette est-elle utile à vos clients ? 

            Nos clients bénéficient à la fois de nos compétences professionnelles et de notre expertise technique. De plus en plus de clients font appel à nous depuis la phase de lancement du fonds, par exemple au Luxembourg, jusqu’à sa distribution internationale dans un nombre important de pays, sans oublier la création de tous les documents et tous les rapports nécessaires. La Suisse n’est finalement qu’un élément, certes important, de ce processus. Pour nous, une entreprise qui a aidé au lancement du fonds en tant que cabinet d’avocats, qui organise ensuite les réunions du conseil d’administration et en rédige les procès-verbaux, qui calcule les frais de transaction et qui établit les KID, il est évident que cette entreprise dispose de toutes les informations et de tous les documents nécessaires pour s’occuper également des tâches de représentant en Suisse. Il en résulte des avantages réels en termes d’efficacité pour nos clients. 

             

            Vous êtes représentés dans 80 pays et, depuis 2023, vous avez vos propres bureaux aux États-Unis. Quels sont les avantages d’un réseau de cette ampleur ? 

            Je peux vous donner un exemple : l’aide que nous pouvons apporter à un gérant américain qui a des questions sur la Suisse et qui a besoin d’un représentant suisse. Mais notre réseau international offre aussi d’autres avantages. Aujourd’hui, notre département informatique compte plus de 30 développeurs. Nous sommes en permanence à la recherche de nouvelles solutions techniques. Nous sommes en train de développer une véritable expertise dans le domaine des “Large Language Models”, que l’on peut utiliser avec bonheur pour les questions de droit et de compliance. Ces développements seront également utiles dans nos activités de représentation. 

             

            Arne Zeidler

            Zeidler Group

            Arne Zeidle, avocat allemand, est le fondateur et le CEO du groupe Zeidler. Il a commencé sa carrière d’avocat chez Clifford Chance à Francfort. En 2008, il a fondé ce qui est aujourd’hui le Zeidler Group. A l’origine, il s’agissait d’un cabinet d’avocats spécialisé dans le domaine du droit pour les fonds d’investissement internationaux. Depuis, en tant que CEO, il a en a fait un groupe qui propose toute une palette de services Legal & Compliance pour les gestionnaires d’actifs.

             

              Vous aimerez aussi

              LEADERS
              Services EAM

              Services EAM

              David Saliné
              Indosuez Wealth Management
              « Un secteur animé par des enjeux importants de régulation et de digitalisation »

              LEADERS
              Services EAM

              Services EAM

              David Saliné
              Indosuez Wealth Management
              « Un secteur animé par des enjeux importants de régulation et de digitalisation »

              Sphere

              The Swiss Financial Arena

              Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.