• Interview Dave Elzas
  • CEO
  • Geneva Management Group

« Il faut avoir des masses sous gestion bien plus importantes »

Quaestor Coach, boutique private equity basée à Zug, et GMG, le gestionnaire genevois, ont joint leurs forces pour animer le mouvement de consolidation sur le marché suisse du wealth management. GMG se concentrera plus particulièrement sur le marché romand et tessinois, voire accessoirement le marché alémanique,comme nous l’explique Dave Elzas, son CEO.

Quels sont les contours du partenariat conclu entre GMG et Quaestor Coach?

Nous voulons jouer un rôle de premier plan dans la consolidation qui ne va pas manquer de s’opérer ces prochaines années chez les gérants indépendants. Ensemble, nous voulons donc attirer et fédérer des gestionnaires de fortune, qu’ils proviennent des rangs des GFI ou du secteur bancaire. Ces deux dernières années, sur Zurich, Quaestor a ainsi bouclé l’acquisition de Diem Client Partner puis d’Investarit. Dans le cadre de cette joint-venture, GMG se concentrera plus particulièrement sur la gestion de fortune privée plutôt que de la gestion institutionnelle.

Comment le contact s’est-il établi entre vous et Quaestor ?

Je les ai d’abord approchés car je cherchais des solutions de financement pour soutenir le plan de croissance de GMG. J’étais à la recherche d’un acquéreur ou d’un actionnaire de référence avec lequel je puisse assurer la croissance de la société et pérenniser son activité. Au fil des discussions, nous en sommes finalement arrivés à cette idée de partenariat. Quaestor ne rentre pas encore au capital de GMG. En revanche, ils mettent à notre disposition des ressources qui nous permettront d’acquérir d’autres sociétés et d’attirer des gérants de fortune ou des banquiers.

Comment cette idée de partenariat s’est-elle imposée ?

Nous avions d’abord une vision commune du marché. D’une manière ou d’une autre, il doit se consolider. Pour que la proposition de valeur des gérants indépendants reste pertinente aux yeux de leurs clients, il faut avoir des masses sous gestion bien plus importantes que celles auxquelles nous sommes aujourd’hui habitués en Suisse. Ensuite, il faut pouvoir assembler et absorber de différentes structures. Pour cela, il faut des entrepreneurs, des opérateurs capables d’évoluer dans des environnements beaucoup plus corporate.

C’est vraisemblablement la raison principale pour laquelle Quaestor a voulu avancer avec GMG. Nous avons une approche très institutionnelle pour la gestion de fortune privée, tout en ayant une culture très entrepreneuriale et flexible. Avant que GMG ne se dissocie en 2020 pour reformer différentes entités, nous avions déjà effectué cette consolidation et nos encours s’approchaient des 4 milliards de francs. Nous avions par ailleurs su développer plusieurs verticaux dans la société. Quaestor Coach a donc souhaité profiter de notre expérience et de notre plateforme sophistiquée, à la fois comme gestionnaire et comme opérateur.

Sur quelles cibles vous concentrez-vous désormais ?

Nous sommes ouverts aux acquisitions et aux rapprochements stratégiques. Nous sommes en mesure d’absorber d’autres sociétés de gestion. Nous nous intéressons aussi aux Relationship Managers et aux équipes de Wealth Management dans les banques. Nous mettons à leur disposition une plateforme plus entrepreneuriale, plus holistique et institutionnelle sur laquelle ils pourront œuvrer en toute indépendance, pour autant que nos directives soient respectées. 

En ce qui concerne les sociétés de gestion, quelle taille recherchez-vous ?

Pour ce qui est des chiffres, nous visons toute cible, banquier ou gestionnaire indépendant avec un potentiel de masse sous gestion allant de 100 millions à 2 milliards.Les encours de GMG sont de l’ordre de 400 millions, mais nous avons désormais les fonds suffisants, grâce à ce partenariat, pour acquérir des sociétés qui font quatre à cinq fois notre taille. Ces deux prochaines années, nous avons l’ambition de développer un groupe qui gère aux alentours des 5 milliards de francs.

Reyl Intesa et 1875, Syz et BHA, Focus et Octogone, pour ne donner que quelques exemples. Il semble aujourd’hui que la consolidation dans le secteur des GFI soit animée par des acteurs plus importants qui viennent de l’extérieur. Que vous inspire cette situation.

Oui, c’est une tendance qui me semble très intéressante. Vous parlez d’institutions qui, de par leur taille, ont une approche capitalistique et une vision corporate beaucoup plus achevées, à l’opposé de gérants indépendants qui travaillent pour la plupart en boutique comme ils le faisaient voilà vingt ans. Aujourd’hui, je ne crois pas que ce modèle puisse perdurer. Les conditions de marché ont radicalement changé. Il faut au secteur des GFI en Suisse des entreprises beaucoup plus structurés et – je n’ai pas peur de l’ajouter – un environnement encore plus régulé.

 

Dave Elzas

Geneva Management Group

Dave Elzas est le CEO de Geneva Management Group dont il est également le fondateur. Il supervise la mise en œuvre de la stratégie de développement du groupe.. Avant de co-fonder GMG en 2000, Dave Elzas a dirigé un family office, il a officié en tant qu’administrateur non exécutif de Gem Diamonds Ltd ainsi que d’autres sociétés minières cotées en bourse et a siégé au conseil d’administration du Hermitage Fund.

SOLUTIONS EAM
Indices

Indices

Nicholas Hochstadter
Performance Watcher
« Performances positives et rassurantes pour les gérants suisses en 2023 »

Sphere

The Swiss Financial Arena

Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.