• Par Daniel Koller
  • BB Biotech

« Biotech : De nombreuses sources d’impulsion »

L’industrie biotechnologique est confrontée à de nouveaux défis. Selon Daniel Koller, de nouvelles opportunités apparaissent pour les investisseurs, notamment dans le domaine des substances actives basées sur l’ARN.

Quels sont les défis que vous voyez actuellement dans le secteur de la biotechnologie ?

Daniel Koller : Il faut souvent de nombreuses années pour que le produit d’une entreprise de biotechnologie soit un succès. Cela commence par la recherche et le développement et se termine par le lancement et l’établissement sur le marché. Pour les biotechs, cela signifie déjà en temps normal une longue période de vaches maigres financières. Actuellement, les fortes hausses des taux d’intérêt et l’environnement incertain du marché des capitaux viennent compliquer les choses. Cela limite fortement la liberté d’action de nombreuses entreprises de biotechnologie.

Comment les entreprises réagissent-elles à cette situation ?

De nombreuses entreprises de R&D et de technologie de premier plan reviennent à la création de partenariats avec des entreprises de biotechnologie et pharmaceutiques plus grandes, rentables et bien capitalisées. En outre, de nombreuses entreprises ont recours à des modèles hybrides, dans lesquels elles concluent des partenariats pour certains produits, mais développent et commercialisent d’autres produits en régie propre.

Faut-il s’attendre à une augmentation des rachats ?

Oui, tout à fait. Après le net recul des activités de fusions et d’acquisitions par rapport à l’année record 2019, de nombreuses entreprises pharmaceutiques et géants de la biotechnologie sont toujours en mesure d’acquérir des entreprises de biotechnologie de petite et moyenne taille. Certaines grandes entreprises disposent même de milliards de dollars pour les fusions et acquisitions. Si les petites et moyennes entreprises continuent de développer des médicaments et des technologies prometteurs et que l’évaluation actuelle attractive est maintenue, nous devrions même assister à une augmentation des activités de fusions et d’acquisitions.

Quels nouveaux développements sont dans les starting-blocks ?

Les vaccins à ARNm ont déjà fait leurs preuves lors de la pandémie. Désormais, ils devraient également être utilisés pour les vaccins contre la grippe. Cela devrait permettre aux fabricants de gagner des parts de marché considérables. D’autres substances actives basées sur l’ARN, telles que le siRNA ou l’antisens, qui n’étaient jusqu’à présent utilisées que pour des maladies rares, souvent héréditaires, devraient désormais l’être également pour des maladies très répandues, telles que les indications cardiovasculaires ou neurologiques. Dans ce domaine, nous attendons par exemple d’Alnylam ou de Ionis des progrès considérables et des autorisations de produits en 2023. Ces deux entreprises font partie de notre portefeuille.

Qu’en est-il du traitement du cancer ? Des progrès ont déjà été annoncés dans ce domaine.

C’est vrai. Il s’agit ici de conjugués anticorps/principe actif (ADC) dans le domaine des tumeurs solides. Ils jouent déjà un rôle important dans le cancer du sein. À l’avenir, les ADC seront également utilisés pour d’autres tumeurs. Leur avantage n’est pas seulement leur efficacité, mais aussi leur meilleure tolérance. Ils devraient ainsi devenir un domaine d’activité extrêmement attractif. Macrogenics, Incyte et Exelixis sont des entreprises du portefeuille de BB Biotech qui proposent des ADC pour le traitement de différentes tumeurs solides.

 

Bio:

Dr. Daniel Koller a rejoint Bellevue Asset Management en 2004 et est depuis 2010 Head Investment Management Team de BB Biotech. Auparavant, il a travaillé comme gestionnaire d’investissement chez equity4life Asset Management et comme analyste actions chez UBS Warburg. Il a fait des études de biochimie à l’École polytechnique fédérale (EPF) de Zurich et a obtenu un doctorat en biotechnologie à l’EPF et chez Cytos Biotechnology, Zurich.

Sphere

The Swiss Financial Arena

Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.