Solutions EAM

  • Peter Staub, CEO Allocare
  • Patrick Schellenberg, CEO Allocare Data

« Le rebranding vise à recentrer et à renforcer la marque “Allocare” »

Allocare a finalisé l’intégration de numas, acquise en 2021, et en a profité pour endosser une nouvelle identité, Allocare Data. Peter Staub et Patrick Schellenberg reviennent ici sur ces évolutions ainsi que sur les récents mouvements qui animent le marché des PMS.

Que signifie pour vous l’intégration de numas dans la stratégie du groupe Allocare ?

Nous voyons au jour le jour la façon dont nos clients, les gestionnaires de fortune, se repositionnent. La transformation numérique a démarré de manière plutôt hésitante. Dans un tel contexte, nous avons profité de l’occasion pour renforcer le rapprochement des deux entreprises. Etant l’un des plus grands et des plus anciens fournisseurs de systèmes PMS, il nous a semblé opportun d’envoyer un signal clair. Nous offrons des logiciels et des services autour des données – interfaces, saisie manuelle des données, contrôles – ainsi que des logiciels all-in-one. Nous pouvons ainsi reproduire chaque “target operating model” auquel nos clients aspirent. Toutefois, le rebranding vise clairement à recentrer et à renforcer la marque “Allocare”.

Parlons de la transformation numérique. Beaucoup de gestionnaires de fortune en sont encore aujourd’hui aux fichiers Excel. Quel est votre regard à ce sujet ?

Nous constatons que l’infrastructure est de plus en plus externalisée. Les GFI s’efforcent également de numériser leur back office avec des interfaces électroniques. En ce qui concerne les fonctionnalités, et les process, de nombreux GFI sont encore relativement hésitants. On attend les premiers audits. Dans la perspective de l’augmentation de l’efficacité que tout le monde exige actuellement, il n’y a pas d’autre solution que de mettre en place un système intégré. Néanmoins, nous connaissons les préoccupations des gérants. A une époque où l’enregistrement auprès de la Finma a coûté du temps et de l’argent, l’intégration des logiciels n’était pas forcément dans leurs priorités.

Qu’en est-il de la question de l’interface, qu’en est-il lorsqu’il s’agit de portefeuilles complexes avec des valeurs illiquides ?

C’est là que nous intervenons en tant que fournisseur de systèmes. Nous développons constamment de nouvelles interfaces, en plus de la cinquantaine que nous avons déjà mise en place avec les banques dépositaires. Chez Alllocare Data, nous traitons déjà aujourd’hui environ 400 000 transactions par an pour nos clients. Mais il est clair qu’il reste encore beaucoup à faire. Nous élargissons notre offre de plateforme avec Allocare Cloud. Mais ici aussi, la qualité des données est déterminante. Les données doivent toujours être disponibles à temps et dans les bons formats.

Le thème du “cloud” est très important dans la mise à l’échelle de votre propre offre. Quel est l’état d’esprit des GFI dans ce domaine et quelles expériences en avez-vous par rapport à la Finma et aux changements réglementaires ?

Le thème du “cloud” fait bouger les choses. Mais les défis liés à la réglementation n’en sont pas le moteur pour le moment. Les priorités portent plutôt sur une réduction des risques et aussi des coûts. La règle veut que les GFI privilégient la conservation et la gestion des données en Suisse, car elles craignent que les données confidentielles des clients ne soient pas suffisamment protégées à l’étranger. C’est pourquoi nous conservons et traitons les données exclusivement en Suisse.

Où en sommes-nous en ce qui concerne le développement futur d’interfaces ouvertes du côté des banques dépositaires. Est-ce toujours un sujet d’actualité ?

Les interfaces ouvertes sont toujours un grand sujet. Malheureusement, l’initiative Open Wealth, bonne dans son principe, n’avance que très lentement. Nous continuons de notre côté à développer de nouvelles interfaces transactions & ordres avec les banques dépositaires, en fonction des besoins et nous nous concentrons très fortement sur les connexions API. La tendance va clairement dans ce sens : il y a une demande pour des échanges de données simples et rapides entre différents systèmes.

Peter Staub

Allocare

Peter Staub est le CEO d’Allocare depuis 2004. Au titre de co-propriétaire, il est également président du conseil d’administration du groupe Allocare, auquel appartient Allocare Data. Plus tôt dans sa carrière, il a travaillé pendant plus de dix ans dans le conseil en management chez PwC.

 

Patrick Schellenberg

Allocare Data

Patrick Schellenberg est le fondateur et le CEO d’Allocare Data. Il est aussi co-propriétaire du groupe Allocare. Il a travaillé auparavant pendant plus de 15 ans chez Aquila où il a occupé diverses fonctions, la dernière étant celle de COO.

Sphere

The Swiss Financial Arena

Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.