• Interview Jérôme Trotignon
  • Spécialiste Produit
  • Iteram Capital

« Notre stratégie de croissance se base sur le développement de solutions alternatives »

Boutique genevoise spécialisée dans les investissements alternatifs, Iteram Capital vient de franchir le seuil du milliard de francs d’actifs sous gestion. Un accomplissement dû pour beaucoup à la diversification de sa gamme, répartie entre hedge funds, dette privée et venture capital.

Quels leviers de croissance vous ont permis de dépasser le milliard de francs d’actifs sous gestion ?

Iteram a été fondée en 2015 et s’est d’abord établie grâce à son expertise dans les hedge funds. Nous avons par la suite étendu notre offre à la dette privée et au venture capital. C’est donc sur le développement de solutions alternatives, où notre savoir-faire nous rend légitimes, que nous avons basé notre stratégie de croissance. Aujourd’hui, nos actifs sous gestion sont d’ailleurs relativement bien repartis entre ces trois spécialités.

A ce propos, comment évolue votre positionnement entre les hedge funds, la dette privée et le VC?

Nous intervenons donc comme partenaire pour la gestion d’investissements alternatifs, où il devient de plus en plus compliqué de naviguer seul. Il est important d’être actif sur ces trois classes, sans pour autant perdre de vue le cycle macro-économique dans lequel nous évoluons. L’allocation varie ensuite selon les besoins des clients en termes de liquidités et leur appétence pour le risque. il n’y a pas de grille standard ! L’allocation peut changer d’une classe à l’autre. Notre objectif reste de proposer une offre diversifiée à nos clients, avec des profils de rendement/risque attractifs qui impliquent aussi un sourcing rigoureux, une due diligence approfondie, une analyse robuste des risques, un suivi régulier, et des ajustements fréquents.

Quelles sont aujourd’hui vos priorités ?

Le dépassement du milliard d’actifs sous gestion va nous ouvrir de nouvelles opportunités. Nous lançons prochainement une nouvelle stratégie de fonds de fonds alternatifs, qui vient en complément de notre stratégie historique. Elle se veut plus concentrée, plus percutante, à la demande de beaucoup de nos clients. Nous réfléchissons également au développement de nos activités à l’international.

Sur quels relais allez-vous baser votre croissance ces prochaines années ?

La satisfaction – et la fidélisation – de nos clients actuels reste bien sûr la priorité. Certains d’entre eux nous suivent depuis plus de 20 ans, à l’époque où une partie de l’équipe était encore en poste chez Edmond de Rothschild. Je viens de vous parler du prochain lancement d’un fonds de fonds alternatifs, et nous allons aussi développer notre offre de co-investissements sur la partie dette privée. En ce qui concerne notre stratégie de venture capital, nous visons le closing de notre deuxième fonds avant de repartir sur un troisième vintage.

Quel est l’appétit actuel des gérants suisses pour les investissements alternatifs, essentiellement hedge funds et marchés privés ?

De manière générale, l’appétit est bien présent. La part des marchés privées dans les portefeuilles des clients institutionnels n’a fait qu’augmenter ces dernières années, notamment dans le domaine du private equity et de la dette privée. Sur la partie hedge funds, malgré un regain d’intérêt dû à de meilleures performances, l’allocation reste relativement stable. Nous voyons plutôt des rotations entre sous-stratégies qu’un afflux de nouveaux capitaux. Toutefois, certains gérants réalisent que détenir une poche en hedge funds peut s’avérer judicieux, notamment dans les retournements de marchés. Sur les marchés privés, nous avons pu constater quelques désillusions sur des investissements en direct. Aujourd’hui, la raison les fait revenir vers des spécialistes qui les guident et leur permettent de gérer cette poche plus sereinement. C’est sur ce constat que nous mettons en œuvre nos propres solutions.

Jérôme Trotignon

Iteram Capital

Jérôme est spécialiste produits et responsable des relations investisseurs chez Iteram Capital. Il a précédemment occupé différents postes à responsabilité chez Edmond de Rothschild en tant que gestionnaire de portefeuille senior et analyste cogérant des portefeuilles alternatifs et traditionnels. Avant de rejoindre Iteram, il a fondé Geocom Capital, une société de conseil spécialisée dans les marchés privés. Jérôme a débuté sa carrière en 2006 en tant qu’analyste en investissement chez Segetia Wealth Management à Genève, avant de fonder Bloogistics, une startup spécialisée dans la logistique. Il est titulaire d’un master en gestion internationale de HEC à Genève.

 

    Vous aimerez aussi