• Solutions GFI
  • Interview Patrick Müller
  • CEO
  • Zwei Wealth

Le déplacement des grandes fortunes vers les GFI et les family offices

Le rapport de transparence assemblée par Zwei Wealth met en évidence les tendances qui se dégagent aujourd’hui dans la gestion de fortune. Il en ressort que les clients fortunés sont de plus en plus enclins à se tourner vers des gérants indépendants ou des family offices. Patrick Müller en donne les raisons et revient par ailleurs sur le label de qualité qu’il souhaite introduire dans le monde du wealth management.

Quelles tendances voyez-vous se dessiner en ce moment dans le wealth management ?

Nous assistons clairement à un déplacement des modèles. Celui du private banking domine encore. Mais pour les moyennes et très grandes fortunes, celui de la banque privée perd en importance. On assiste en fait à un glissement du modèle de banquier privée vers celui de gestionnaires de fortune indépendants et de family/wealth offices.

Quelles en sont les raisons ?

Elles sont multiples. Tout d’abord, nous remarquons que le client veut disposer davantage d’éléments de comparaison dans ses choix de prestataires. Nous le soutenons en ce sens. Ensuite, les exigences des clients évoluent forcément et nécessitent des solutions fortement individualisées. Il suffit de penser aux structures des entreprises et à la taille des familles qui se cachent derrière les fortunes concernées. Enfin, nous constatons aussi que de nombreux clients sont de plus en plus insatisfaits de l’encadrement. J’appelle un chat un chat : La situation dans les banques privées est souvent décrite comme chaotique. Je pense par exemple aux changements fréquents de conseillers et à la surabondance de formulaires.

Qu’en est-il dans le domaine des placements ?

Nous venons d’un environnement de taux bas qui a permis pendant des années de très bons rendements dans le domaine des actions. Le retournement des taux d’intérêt a d’abord provoqué une certaine incertitude. Dans les modèles, la répartition classique entre les classes d’actifs cash, obligations et actions prédomine. On remarque par ailleurs qu’il est possible d’obtenir des rendements satisfaisants sans avoir à investir dans des sous-classes alternatives, ou plus exotiques.

Vous lancez un nouveau label, le Provider Rating. Pour quelles raisons ?

Il n’existe aujourd’hui aucun label de qualité indépendant pour la gestion de portefeuille, qu’il s’agisse de banques ou de gestionnaires de fortune. Avec le Provider Rating, nous introduisons cette dimension. Ce label est également un critère d’admission pour que nous puissions intégrer un gestionnaire de fortune dans notre base de données. Le rating se base sur une méthodologie développée au cours des huit dernières années. Nous évaluons, entre autres, la qualité du service, le nombre de collaborateurs, la taille, mais aussi des questions clés telles que les stratégies de placement.

Parlons encore des coûts. Voyez-vous là-aussi se dégager une évolution marquante vers la transparence?

Il semble que ce soit le cas à première vue. De nombreux prestataires utilisent effectivement ce que l’on appelle des “all-in fees” ou des “flat fees”. Mais on constate aussi, assez régulièrement, que de nombreux modèles comportent des frais cachés presque aussi élevés que les “flat fees”. Il peut s’agir de frais liés aux produits. Les clients ont donc tout intérêt à vouloir faire des comparaisons.

 

Patrick Müller

Zwei Wealth

Patrick Müller est directeur et membre du conseil d’administration de Zwei Wealth, une entreprise fondée en 2014 avec Klaus Wellershoff. Aujourd’hui, Zwei Wealth se présente comme un écosystème dédié à la gestion de fortune, qui agit de manière indépendante par rapport aux banques et aux gérants.  Patrick Müller a occupé auparavant différentes fonctions dirigeantes dans le secteur financier, notamment chez Credit Suisse et UBS. Il est titulaire d’un master de l’université de Saint-Gall.

Sphere

The Swiss Financial Arena

Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.