Solutions IA

Solutions Digitales

  • Stefan Klauser
  • CEO
  • Aisot Technologies

« Réagir rapidement, avec précision, aux nouvelles tendances du marché »

Spin-off de de l’EPF de Zurich, Aisot Technologies développe des solutions basées sur l’intelligence artificielle pour les gestionnaires de fortune, les conseillers financiers et les gestionnaires de fonds. Grâce à sa plateforme interactive IA, baptisée « AI Insights », les utilisateurs ont la possibilité d’accéder directement à des outils IA et Quant destinés à optimiser leurs portefeuilles.

Comment les gestionnaires de fortune peuvent-ils utiliser votre plateforme ?

Ils peuvent élaborer de nouvelles stratégies, les personnaliser, ou optimiser les portefeuilles existants, voire en créer de nouveaux en exploitant des flux informations provenant de multiples sources.

Quelles technologies utilisez-vous ?

Nous mettons en pratique les dernières technologies développées par les pionniers de l’intelligence artificielle. Il en va ainsi pour la personnalisation. Elle permet de piocher dans un large éventail de possibilités, comme les objectifs de volatilité, la pondération des différents actifs, les taux de rotation ou les facteurs ESG, mais aussi tout une série de recommandations allant jusqu’à la sélection individuelle des titres.

Par ailleurs, grâce au “Product Launch Pad”, un outil intégré dans la plateforme, les portefeuilles optimisés par l’IA peuvent être transformés en produits d’investissement négociables. Les utilisateurs ont aussi la possibilité de déléguer les mandats de gestion, et de s’assurer ainsi une gestion plus aboutie des portefeuilles. Ils peuvent dès lors se concentrer sur des poches spécifiques qui viennent en satellite dans les portefeuilles ou sur l’acquisition de clients. La plateforme « AI Insights » peut être enfin utilisée pour développer des produits d’investissement en nom propre ou en marque blanche. 

Quels types de clients ciblez-vous ?

Nos solutions sont d’ores et déjà utilisées par des gestionnaires de fortune, des fonds, des family offices, des conseillers financiers et des courtiers. Ils sont basés aussi bien en Europe, au Moyen-Orient, en Asie qu’aux États-Unis. Parmi les clients d’Aisot, on trouve aujourd’hui beaucoup de “boutiques” spécialisées dans la gestion de patrimoine. Les fonctions avancées de la plateforme les aident non seulement à créer des portefeuilles personnalisés, mais aussi à analyser puis à réagir rapidement, avec précision, aux nouvelles tendances du marché.

Qui manage Aisot Technologies ?

Aisot Technologies a été fondée en 2019 par moi, l’actuel CEO, par Nino Antulov-Fantulin, aujourd’hui directeur du développement, et par le Tian Guo. Le Chief Technology Officer, est Roger Peyer, qui a travaillé auparavant chez Avaloq et Vontobel. Ces derniers mois, nous avons réussi à recruter des collaborateurs de talent qui travaillaient chez les leaders du secteur, tels que Google, InvestCloud ou GenTwo. Aisot reste par ailleurs étroitement liée à l’ETH Zurich, notamment en tant que membre du AI Center et du FinsureTech Hub.

Combien ça coûte ? 

Le montant de nos abonnements dépend des besoins et de la complexité des produits demandés. Aujourd’hui, il est possible d’accéder à notre plateforme pour moins de 2000 francs par mois.  Si les outils développés par Aisot sont utilisés pour lancer de nouveaux produits d’investissement, les prix dépendent alors de la catégorie dans lesquels ils rentrent, des actifs gérés et des frais demandés aux clients finaux.

 

Plus d’informations

www.aisot.com

Stefan Klauser

Aisot Technologies

Stefan Klauser est le CEO d’Aisot Technologies, l’IA de nouvelle génération appliquée à la gestion d’actifs. Avant de fonder Aisot, Stefan a travaillé comme chef de projet pour Finance 4.0 à l’EPF de Zurich. Il est le co-auteur et l’éditeur d’une série d’ouvrages à l’intersection de la fintech et de la durabilité.  Stefan est titulaire d’un master de l’université de Zurich et de diplômes postgrades en leadership et en gestion de l’entrepreneuriat et de l’innovation de la London School of Economics. Au MIT, il a suivi le programme “Fintech and the Future of Markets”.

    Vous aimerez aussi

    Sphere

    The Swiss Financial Arena

    Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.

    Toolbox

    Solutions Digitales

    • Hossein Fezzazi
    • COO
    • Penta

    « Sécurité et protection des données : les grandes priorités du moment »

    Créée voilà bientôt trente ans, basée à Genève et à Dubaï, Penta propose des services IT au monde du wealth management en se concentrant sur le cloud, la sécurité et la protection des données. Des sujets sensibles qui requièrent actuellement une forte attention ainsi que l’explique Hossein Fezzazi.

    Quel est le métier de Penta ?

    Penta est un fournisseur de services cloud et de gestion IT. Depuis 1996, nous sommes spécialisés dans le stockage, la gestion et la protection des données sensibles de nos clients. Nous gérons nos propres centres de données dans deux des principales capitales financières mondiales, Genève et Dubaï.

    La majorité de notre clientèle est issue du secteur financier. Or lorsqu’il s’agit de finance mondiale, de commerce international et de régimes réglementaires complexes, les enjeux sont élevés. Nos clients n’ont aucune marge d’erreur. Avec Penta, nous leur offrons donc une certaine tranquillité d’esprit en leur permettant de mettre leurs données entre de bonnes mains grâce à nos solutions informatiques sur mesure.

    Comment Penta se positionne-t-il dans le secteur des services financiers ?

    Nous avons plus de deux décennies d’expérience dans le secteur financier. Nous avons accompagné des centaines d’organisations à Genève et à Dubaï dans l’amélioration de la sécurité et la conformité de leurs données. Nous proposons une sécurité bancaire infaillible, sans compromis ni exception, aux institutions financières de toutes tailles.

    Quelles solutions sont proposées par exemple ?

    Nos solutions s’étendent du cloud, aux solutions pour les entreprises et à la gestion des risques informatiques.

    Elles comprennent un cloud privé hébergé en Suisse ou à Dubaï, une infrastructure en tant que service, plus communément appelé l’IaaS, l’hébergement d’applications et une reprise après sinistre en tant que service, le DRaaS.

    En termes de solutions commerciales, nous proposons tout un panel de services, des bureaux virtuels, applications bureautiques et continuité d’activité, aux services informatiques gérés, aux conseils techniques et aux plateformes de téléphonie 3CX. Nous couvrons également la sécurité des communications de nos clients, le partage de fichiers, ainsi que l’hébergement de courrier électronique et Web.

    Nos solutions de gestion des risques informatiques couvrent la gouvernance et la conformité  – y compris la conformité FINMA et DFSA – les audits informatiques, les systèmes de gestion des informations de sécurité et des événements, la sauvegarde en tant que service – à savoir la BaaS – et la surveillance et la gestion à distance. Nous proposons également des audits d’infrastructure informatique, des tests d’intrusion et l’élaboration de politiques de sécurité informatique, ainsi qu’une formation de sensibilisation à la cybersécurité, une assistance en matière de cyber assurance et la sécurité Microsoft 365.

    Quels segments de clientèle sont spécifiquement ciblés ?

    Au sein de l’écosystème des services financiers, nous nous concentrons spécifiquement sur les banques privées et les banques d’investissement, les compagnies d’assurance, les family offices, les gestionnaires de fortune indépendants et les cabinets comptables.

    Bloomberg, Finamic et SS&C sont des exemples d’entreprises qui nous font confiance pour sécuriser leurs données et leurs applications. Nous répondons à tous les besoins informatiques des organisations du secteur des services financiers, afin qu’elles puissent se concentrer sur leur cœur de métier.

    Quelles avancées majeures ont lieu actuellement dans les outils proposés aux institutions financières ?

    La sécurité et la protection des données sont les deux grands sujets qui préoccupent le plus

    le secteur financier à l’heure actuelle. Il faut également noter que ce sont deux aspects toujours plus importants de la conformité réglementaire.

    Aujourd’hui, les PME sont autant, voire davantage, ciblées que les grandes entreprises par les cyber-attaques. Cela est principalement dû au fait que les outils disponibles et les motivations ont changé. La course pour les sécuriser est lancée avec des solutions abordables et réalisables.

    En matière de protection des données, la législation a rattrapé les progrès des 20 dernières années sur le big data. Les entreprises ne peuvent plus collecter toute sorte de données et les stocker sur un disque dur. Elles sont responsables de chaque élément de données ainsi que de sa protection. De même, sécuriser les données contre les fuites nécessite des connaissances et une technologie toujours plus pointues.

    Hossein Fezzazi

    Penta 

    Hossein Fezzazzi est le Chief Operating Officer de Penta, un poste qu’il occupe depuis 2010. En tant que directeur des opérations, Hossein Fezzazi est en charge de la stratégie, des finances et de la gestion des comptes de l’entreprise à la fois à Genève et à Dubaï. Il apporte également sa solide expérience dans la relation clients lors des phases d’appel d’offres, de prévente et de production des projets.

      Vous aimerez aussi

      Sphere

      The Swiss Financial Arena

      Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.

      Alliance

      Solutions Digitales

      • Pierre Dupont
      • Managing partner
      • WIZE by Teamwork

      « Syz veut couvrir l’ensemble des besoins GFI avec une solution core »

      Grâce au partenariat établi avec Wize by TeamWork, la banque Syz offre désormais l’emploi du PMS développé par Wize aux gérants indépendants qui ont déposé leurs avoirs chez elle. Une solution novatrice expliquée plus en détails par Pierre Dupont.

      En quoi consiste donc ce partenariat ?

      Nous mettons donc le logiciel Wize à la disposition des gérants de fortune indépendants qui utilisent Syz comme banque dépositaire. Avec la mise en place de la LSFin, un grand nombre de tâches incombent désormais aux GFI, principalement liées au CRM et à la compliance. Ce transfert de responsabilité, de la banque dépositaire vers le gérant, a limité du même coup la portée des systèmes dédiés aux GFI dans les banques. Les outils disponibles aujourd’hui ne répondent plus à 100% à leurs besoins.

      D’où l’idée de ce partenariat entre Syz et Wize. Pour renforcer son offre auprès des tiers gérants, la banque propose d’externaliser et prendre à sa charge le coût d’une solution core, qui couvre l’ensemble des besoins des gérants indépendants dans ce nouvel environnement LSFin/LEFin.

      Quels coûts la banque Syz prend-elle en charge plus précisément ?

      Elle assume les coûts du logiciel au prorata des actifs que le gérant va déposer chez elle. Avec cette approche, elle veut bien évidemment inciter les gérants indépendants à ouvrir davantage de comptes chez elle. Le partenariat entre Wize et Syz repose donc sur ce changement de stratégie commerciale, avec une offre qui privilégie un système core plutôt qu’un système satellite.

      Dans quelle mesure pensez-vous que les gérants indépendants seront sensibles à cette offre ?

      Pour la banque Syz, l’emploi du logiciel Wize représente finalement un coût assez modéré. En revanche, pour les gérants indépendants, la mise en conformité aux nouvelles normes LSFin et LEFIn a un impact fort sur leurs charges opérationnelles. C’est bien le problème de ces nouvelles règlementations. Elles n’apportent pas de nouvelles opportunités business, du moins pas dans l’immédiat, mais elles grèvent les budgets et accroissent les risques opérationnels. Cet allégement budgétaire proposé par Syz va donc très certainement inciter les gérants à accroître leur relation d’affaires avec la banque.

      Qu’entendez-vous démontrer au travers de ce partenariat ?

      Il permet à la banque Syz de montrer qu’elle sait se mettre à l’écoute des gérants indépendants et qu’elle est suffisamment orientée clients pour trouver des solutions aux problèmes rencontrés en ce moment. Je crois aussi que Syz démontre son esprit entrepreneurial, avec un modèle de partenariat original et innovant qui lui permet de se poser en premier de cordée dans ce secteur. En ce qui concerne Wize, le partenariat conclu avec Syz met parfaitement en valeur les capacités de notre PMS à répondre aux nouveaux besoins des gérants, notamment dans les domaines du CRM et de la compliance, deux fonctions devenues aujourd’hui essentielles.

      Pensez-vous que cette « Première » puisse en appeler d’autres ?

      C’est un partenariat qui n’est pas exclusif, pour Syz comme pour Wize. Il peut donc créer un précédent. A terme, je ne pense pas que toutes les banques de la place suivront la même voie mais ce coup d’essai va quand même nous permettre de tester le marché et d’envisager éventuellement d’autres initiatives. Il est trop tôt pour mesurer la réussite de ce partenariat et l’impact qu’il aura, mais il est clair qu’il a déjà généré énormément d’attention et soulevé beaucoup de questions, chez les banques comme chez les gérants.

      Pierre Dupont

      WIZE by Teamwork

      Pierre Dupont est Managing Partner chez WIZE by TeamWork, éditeur de solutions logicielles « all-in-one » pour le wealth management et l’asset management. Pierre possède une solide expérience à la fois dans le domaine de l’informatique et dans celui des opérations bancaires. Avant de prendre la direction Sales de Wize en 2010, il a dirigé le développement commercial des services Global Custody et Reporting de la banque Lombard Odier. Auparavant, il officiait en tant que Private Banking Client Executive chez IBM, à Genève. Pierre Dupont est diplômé de l’ICHEC Management School de Bruxelles.

        Vous aimerez aussi

        Sphere

        The Swiss Financial Arena

        Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.

        Evolution

        Solutions Digitales

        • Pierre-Alexandre Rousselot
        • CEO
        • KeeSystem

        KeeSense 7.0 : technologie et UX au service de la performance

        La fintech KeeSystem, vient de sortir la dernière version de KeeSense, son logiciel de gestion de portefeuille. Lancé voilà quinze ans, le PMS en est désormais à sa septième évolution, avec l’accent mis cette fois sur le design, l’ergonomie et l’efficacité.

        Pour mettre au point cette nouvelle version de KeeSense, sur quels objectifs vous êtes-vous concentrés ?

        Dans le secteur de la tech, il faut sans cesse innover pour répondre aux besoins des utilisateurs et à la façon dont ils se renouvellent. Avec KeeSense, depuis quinze ans que le logiciel existe, nous avons toujours cherché à simplifier le quotidien des gérants indépendants. Aujourd’hui, la dernière version s’inscrit toujours dans cette logique, et elle prend en compte également les nouvelles exigences auxquelles sont tenus les GFI depuis la mise en application des nouvelles réglementations en début d’année.

        Plus concrètement, nous avons vraiment mis l’accent sur le design, l’esthétique et l’ergonomie. Nous nous sommes par exemple beaucoup inspiré des sciences cognitives pour présenter des information complexes de la manière la plus simple, la plus abordable possible. Un pms, c’est compliqué ; la compliance, c’est compliqué ; la gestion de fortune dans son ensemble, c’est compliqué ! Pour les GFI, les process sont assez lourds. Avec KeeSense 7.0, nous avons donc voulu développer des solutions rapides, efficaces, simples, intuitives. Nous nous sommes vraiment concentrés là-dessus.

        A notre manière, nous essayé de redéfinir les frontières du wealth management. L’interface a été pensée pour engager l’utilisateur. Nous avons créé par exemple une fonctionnalité, “Snapshot”, afin que les GFI aient une une vision complète sur la gestion de leur portefeuille et que les processus décisionnels soient plus fluides.

        Combien de temps avez-vous mis pour développer cette septième version de KeeSystem ?

        Il nous a fallu un plus de neuf mois, avec une phase de recherche et, bien évidemment, une phase de test avec nos utilisateurs. Nous avons mis en place par exemple des outils de Eye Tracking pour bien comprendre où les regards se portent, avec parfois des résultats assez surprenants. Editer un logiciel comme le nôtre, mettre la bonne info au bon endroit, c’est quasiment un travail d’architecte. Il faut être à la fois très créatif très précis. Très créatif quand il faut réfléchir aux différentes façons d’utiliser les nouvelles technologies pour faciliter le quotidien des gérants. Très précis quand il s’agit de conceptualiser des tableaux de bord dynamiques qui garantissent des flux d’informations constant et fiable, en connexion avec de multiples banques dépositaires. La v.7 de KeeSense est plus qu’une mise à jour. Elle a été pensée dès le départ pour optimiser chaque aspect des opérations courantes, depuis la consolidation jusqu’au reporting.

        Quels enseignements avez-vous tirés de la phase de test ?

        Elles nous ont surtout permis de valider les idées que nous avions définies en amont, et d’assurer ensuite différents réglages selon les retours obtenus. Ces tests grandeur-nature sont forcément très importants. Nous avons aujourd’hui un peu plus de 300 utilisateurs. 70% d’entre eux utilisent KeeSense au moins quatre heures par jour ! Il était impératif qu’ils puissent nous faire part de leurs réactions. Nous ne pouvons fonctionner qu’en plaçant le client au centre de nos équations.

        Par ailleurs, le secteur de la gestion de fortune s’apparente pour moi à l’univers du luxe. Dans le monde du luxe, il est impensable de présenter sur le marché une voiture, une montre ou un meuble qui présente un quelconque défaut aussi anodin soit-il. Nous avons cette même rigueur, ce même souci lorsque nous éditons nos logiciels. Nous sommes très stricts sur la qualité du produit final.

        Pierre-Alexandre Rousselot

        KeeSystem

        Associé fondateur de KeeSystem, Pierre-Alexandre Rousselot en assume les fonctions de directeur général, plus particulièrement responsable de la stratégie globale et du développement commercial. Après des études en informatique, il s’est spécialisé dans le développement de logiciels appliqués à la gestion d’actifs. C’est ainsi qu’il a pu créer KeeSystem avec Frédéric Gérault et développer KeeSense, solution globale qui permet aux gérants de fortune, aux family offices et aux banques privées de gérer l’ensemble des fonctions stratégiques d’une société de gestion. KeeSystem est aujourd’hui présente à Genève, à Monaco et au Luxembourg.

          Vous aimerez aussi

          Sphere

          The Swiss Financial Arena

          Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.

          Identité

          Solutions Digitales

          • Chantal Baer
          • Managing Partner
          • Swiss House of Brands

          «Investir dans le Brand Content plutôt que dans la salle de conférence »

          Pour un gestionnaire de fortune, au regard de son expertise, le site internet ne peut se réduire à la duplication online d’une brochure marketing. C’est un outil dynamique, de nature relationnelle, qui oblige à mettre en place une vraie stratégie de contenus.

          Le Brand Content n’est autre que le discours tenu par la marque de l’entreprise sur différents supports. Il ratisse large, print et online : brochures, site internet, blogs, vidéos, réseaux sociaux, podcasts. Bref, il englobe tous les contenus qui contribuent à vous rendre visible et échanger avec votre public.

          Voici les principaux avantages que procure le Brand Content.

          . Il augmente la visibilité et la notoriété de votre entreprise et de sa marque.

          . Il permet de mettre en avant l’expertise, les valeurs et les propositions d’offre qui sont propres à votre entreprise et ainsi les différencier de vos concurrents.

          . Il engage votre audience. Un contenu pertinent, de qualité, retient en effet l’attention de vos clients et vos partenaires qui vont dès lors vous suivre et accroitre votre communauté

          .  Il assure une hausse conséquente trafic organique. Un bon contenu de marque avec une mise en valeur intelligente de mots clés contribue à améliorer le classement dans les moteurs de recherche et à générer des visites sur le site.

          . Il agit également comme un outil puissant outil puissant dans la génération de prospects

          Si votre brand content, autrement dit ce que vous racontez sur votre site web, se résume à des généralités du type «un service client de très haute qualité … sur mesure…. », « de la performance et une gestion efficace »,  « epuis 1925…. depuis 1935….. », « une équipe disponible », vous loupez l’essentiel. Votre site internet travaille directement pour les plus grandes marques de votre secteur mais pas pour vous.

          Parce que dans le village mondial de l’internet, la simple articulation des produits & services renvoie au mieux au leader du marché et votre communication tourne alors à la perte budgétaire. Pour être pertinent, il faut pouvoir se raconter et formuler clairement ses motivations – construire le « story telling » de sa marque.

          Qui êtes-vous, que faites-vous différemment de vos concurrents ? Quelle est votre identité en dehors de la gestion de fortune, pourquoi ce métier et quelle est la typologie de clients pour laquelle vous pouvez faire valoir la meilleure expertise ?

          En positionnant la marque d’entreprise distinctement, le brand content à déployer régulièrement devient une évidence. C’est l’histoire de base qui continue à se construire dans la logique de la marque et qui va faciliter le développement de la communauté.

          Dans une économie dématérialisée, la visibilité digitale est tout au moins aussi importante que la présence physique et l’expertise se met tout d’abord en scène sur l’internet. Tout comme l’investissement réalisé dans une adresse et dans des bureaux est important, l’investissement dans la présence digitale mérite aussi un effort. Il ne se résume pas à transférer la brochure de l’entreprise sur un site. Il y a également un investissement en temps et en argent pour entretenir la visibilité et la notoriété.

          Dans moins de dix ans, la moitié des décideurs et des investisseurs sera née avec le digital. Ceux qui sont dans le monde du travail fonctionnent déjà de la même manière. Pour eux, la première entrée en contact passe majoritairement par l’identité de marque et de l’entreprise sur internet. La référence d’un client satisfait à un prospect potentiel passe aussi par la présence digitale, avec des prolongements évidents en termes d’image.

          Ainsi pour répondre à ce patron d’un nouveau cabinet de gestion de fortune qui nous annonçait fièrement que sa salle de conférence lui avait coûté extrêmement cher et avait donc un budget réduit au minimum pour un site internet – combien de prospects envisagez vous d’obtenir avec votre salle à manger et combien de prospects allez-vous perdre avec un site internet et un discours de marque peu professionnel et certainement pas à la hauteur de l’image de votre salle à manger ni des clients potentiels que vous souhaitez acquérir ? …- et pourtant combien de personnes passeront dans sa salle à manger par rapport au nombre de personnes qui iront voir la 1ère page de son site internet ?

          Chantal Baer

          Swiss House of Brands

          Experte en stratégie de marques, Chantal Baer a fondé en 2018 le cabinet Swiss House of Brands pour accompagner ses clients dans le déploiement de leviers de croissance et la génération de performance rendus possible grâce au digital. Membre du Cercle des Administratrices Suisses et du Directoire de Vaud Promotion, a écrit avec Xavier Comtesse le livre-référence «Les leviers de croissance à l’ère de l’économie numérique».

          Chantal est diplômé de l’Université de Genève en Lettres et linguistique. Elle a suivi par ailleurs formations post-graduate dans les domaines du marketing, du digital marketing, de l’intelligence économique et du sustainable management.

            Vous aimerez aussi

            Sphere

            The Swiss Financial Arena

            Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.

            Set-Up

            • Solutions Digitales
            • Dimitri Petruschenko
            • Managing Partner
            • EAM.Technology

            « Les gestionnaires de fortune doivent avoir une perspective et une stratégie à long terme »

            Depuis cette année, les gérants de fortune indépendants en Suisse doivent exercer leurs activités sous le couvert de la licence délivrée par la FINMA. Les questions stratégiques et opérationnelles sont revenues ainsi au premier plan. Elles déterminent d’ailleurs le rôle que doit jouer désormais la technologie dans l’arsenal des GFI, comme l’explique Dimitri Petruschenko.

            Dans quelle mesure les exigences technologiques pèsent-elles sur les prestataires de services financiers ?

            En principe, je considère la technologie comme un outil qui permet d’encourager l’innovation, d’agir plus rapidement sur le marché, de gagner des clients, de les fidéliser, d’améliorer la qualité et de gérer efficacement les risques. Le secteur des gérants indépendants n’échappera donc pas à la transformation numérique de la société. Les grandes banques, les petites banques, les grandes entreprises et les PME investissent toutes dans la technologie pour se transformer. Dans ce contexte, il est important d’avoir une perspective et une stratégie à long terme.

            Quelles sont les questions prioritaires ?

            Chaque gestionnaire de fortune indépendant devra, à son propre rythme, se livrer aux réflexions fondamentales suivantes : quelles sont les fonctions différenciantes qui doivent être prises en charge en interne par des collaborateurs dédiés afin de garantir le positionnement et la fidélité des clients ? Quels processus faut-il standardiser et automatiser afin de diminuer les tâches répétitives, réduire les risques et améliorer l’efficacité ainsi que la qualité des données ?

            Quelles sont les exigences en matière de technologie que la nouvelle génération de clients impose aux gestionnaires de fortune ?

            La nouvelle génération de clients attend une intégration transparente de la technologie dans le processus de conseil, ce qui inclut des plateformes et des applications numériques qui permettent d’accéder facilement aux informations et aux services réclamés. Ils souhaitent obtenir à tout moment et sur différents terminaux à un reporting complet afin de mieux suivre leurs placements et l’évolution de leur portefeuille. Et ils attendent des offres et des services personnalisés, basés sur leurs besoins et préférences individuels…

            Quand vous regardez les prestataires IT, comment voyez-vous le marché évoluer?

            Il présente à la fois un côté stable et un côté dynamique. Dans le domaine des applications de base telles que les systèmes de gestion de portefeuille, les leaders du marché ont une position forte et devraient rester en tête, ce qui garantit une certaine stabilité. Pour ces éditeurs de PMS, l’accent est plutôt mis sur le développement et l’ouverture de leurs solutions établies. Les gestionnaires de fortune exigent à juste titre de leurs fournisseurs une expérience client individuelle et la possibilité de connecter d’autres outils figurant dans l’écosystème. En revanche, le marché des outils offrant des fonctionnalités complémentaires spécifiques telles que KYC, CRM, reporting, messagerie, facturation & gestion des frais, gestion des dépenses, se développe en ce moment de manière plus dynamique.

            Quels processus peuvent être numérisés et éventuellement même externalisés dans le domaine de la gestion de fortune ?

            De nombreux processus peuvent être de plus en plus numérisés, voire externalisés. Il existe un grand potentiel de numérisation dans le domaine de la gestion des données bancaires et des justificatifs ainsi que dans celui de la productivité des bureaux, où de nombreuses tâches répétitives sont encore effectuées manuellement. Mais il n’y a pas d’approche “one-size-fits-all”. Un GFI devrait donc évaluer ce qui correspond le mieux à sa stratégie et à sa culture d’entreprise. La décision dépend également de l’ADN propre à chaque société de gestion.

             

            Dimitri Petruschenko

            EAM.Technology

            Dimitri Petruschenko est co-fondateur et associé gérant de EAM.Technology. Il a 15 ans d’expérience dans l’environnement technologique du secteur financier, en particulier dans les domaines des banques privées, des gestionnaires de fortune indépendants et des family offices. Avant de fonder EAM.Technology, il a occupé des postes de direction chez des fournisseurs suisses de solutions logicielles destinées aux secteurs du wealth management et de l’asset management.

              Vous aimerez aussi

              Sphere

              The Swiss Financial Arena

              Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.