• Interview Richard T. Miller
  • Chief Investment Officer
  • TCW Group

 « Je m’attends à une expansion du marché du crédit aux particuliers »

Après la crise financière, les investisseurs se sont davantage tournés vers les marchés private debt. La classe d’actifs a connu une croissance rapide, mais l’environnement actuel la met en prise avec plusieurs défis. Qui appellent des réponses fortes.

Compte tenu de l’environnement de marché actuel, comment jugez-vous le marché encore jeune de la dette privée, c’est-à-dire les investissements dans des titres de créance pour des entreprises non cotées ?

Tout d’abord, les taux d’intérêt ont augmenté. Avec les taux directeurs, les taux des instruments de placement à taux variable ont également augmenté. C’est peut-être une bonne nouvelle pour les investisseurs mais il en va autrement pour les entreprises concernées car les frais d’intérêt ont également augmenté. Cela représente un défi pour les entreprises qui s’endettaient fortement auparavant.

Comment cela se traduit-il ?

Restons-en au niveau de l’endettement des entreprises. Nous avons observé une tendance claire au cours des six ou sept dernières années. Le rapport entre la dette et l’EBITDA est passé d’une valeur plutôt typique dans le milieu de la “fourchette de trois” à six et même plus. Ce n’est donc qu’une question de temps avant que ces entreprises ne soient confrontées à des problèmes de liquidités si elles ne parviennent pas à augmenter leur chiffre d’affaires et leur cash-flow.

À quoi les investisseurs doivent-ils donc faire attention ?

Ils doivent être conscients que les sous-jacents – c’est-à-dire les entreprises – pourraient avoir des difficultés à payer leurs factures. Ils doivent donc surveiller les emprunteurs et voir si ces derniers sont en mesure de maintenir des liquidités adéquates pour honorer leurs dettes.

Qu’en est-il des tendances générales du marché ?

Pour les investisseurs qui cherchent une valeur refuge, les crédits directs dans le secteur des entreprises de taille moyenne sont une bonne solution. Je m’attends à une expansion du marché des crédits aux particuliers. Nous nous trouvons toutefois dans un climat incertain avec une volatilité croissante. Je suis fermement convaincu que les quatre prochaines années seront très différentes des douze dernières années. C’est pourquoi les investisseurs doivent se concentrer sur le choix des gestionnaires. Il faut des gestionnaires qui disposent d’une certaine expérience, de la capacité et des compétences nécessaires pour faire face à des situations économiques plus difficiles.

Dans quelle direction la classe d’actifs évolue-t-elle ?

En tant que classe d’actifs, le private debt n’a qu’une douzaine d’années. Elle ne s’est vraiment établie qu’après la crise financière de 2008. Par la suite, le marché a généré de nouvelles opportunités d’investissement. Récemment, les gestionnaires de dette privée ont franchi une étape supplémentaire en prenant des parts sur le marché plus vaste du High Yield.

La dette privée va-t-elle se substituer au High Yield ?

Non, je ne le pense pas. Une alternative se crée pour les entreprises et les investisseurs. Ce marché est verrouillé pour beaucoup en raison de la volatilité actuelle du marché. Jusqu’à présent, le High Yield a surtout fonctionné avec des prêts syndiqués semblables. Avec l’arrivée des acteurs du private debt, le marché va bien sûr se transformer mais il va surtout se développer globalement.

Quel en est l’impact sur la stratégie de TCW ? Allez-vous aussi évoluer dans cette direction ?

Non. Malgré tous les mouvements que nous voyons actuellement sur le marché, nous ne nous écarterons pas de notre stratégie actuelle, qui se concentre sur le segment intermédiaire.

 

Richard T. Miller

TCW Group

Richard T. Miller a rejoint TCW en 2013 à l’occasion de l’acquisition du Special Situations Funds Group de Regiment Capital Advisors, qu’il dirigeait depuis sa création en 2001. Il a débuté sa carrière à la Chase Manhattan Bank puis à la BankBoston Securities. En 1999, il est devenu responsable du Global High Yield Research Group chez UBS. Richard est administrateur du fonds de dotation de l’Université de Rochester. Il a obtenu son BS à l’université de Syracuse et son MBA à l’université de Rochester.

    Vous aimerez aussi

    Sphere

    The Swiss Financial Arena

    Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.

    Rue Barton 7
    Case postale 1806
    CH-1211 Genève 1

    P +41 22 566 17 32

    © 2023 Sphere Magazine

    Site réalisé par Swiss House of Brands