• Solutions GFI
  • Interview Dimitri Petruschenko
  • Chief Executive Officer
  • EAM Technology

“Le temps venu pour les GFI de se recentrer sur leur cœur de métier »

 L’année 2023 a marqué un tournant pour bon de gérants indépendants. La nouvelle réglementation et l’environnement de marché en pleine altération en sont désormais les dominantes. La recherche de l’efficacité et l’optimisation des structures deviennent ainsi une nécessité incontournable, comme l’explique Dimitri Petruschenko.

Comment avez-vous vu les gestionnaires de fortune indépendants évoluer tout au long de 2023 ?

La gestion de la complexité, de la technologie, de l’audit et de la réglementation, ainsi que les nouvelles exigences des clients des collaborateurs sont devenues pour eux de véritables challenges. Le statu quo n’est plus une option. Aujourd’hui, une société de gestion, quelle que soit sa taille, doit remplir plusieurs des fonctions que les banques étaient seules à couvrir jusque-là. La conformité et la gestion des risques n’en sont que les premières pierres. Le chantier inclut tout le paramétrage IT ou la gestion des données, et s’étend même jusqu’à l’innovation, le recrutement, l’amélioration de l’expérience client, le marketing, l’analytique, et les questions de cybersécurité – la liste n’est pas exhaustive, comme vous pouvez vous en douter.

Qu’en est-il de la définition des priorités ? Comment distinguer les « must have » des “nice to have” ?

L’amélioration de l’efficacité opérationnelle, la sécurité, la continuité des activités ainsi que l’évolutivité des process – le tout en maintenant la rentabilité – sont certainement des priorités absolues. Mais ce devoir d’adaptation a aussi un aspect positif. L’écosystème qui rassemble les prestataires de services et les fournisseurs de technologies à qui il est possible d’externaliser des fonctions non essentielles a mûri au cours de ces dix à quinze dernières années. Ces fonctions sont aujourd’hui proposées sur le marché avec qualité élevée et des coûts raisonnables. Pour les GFI, c’est le bon moment de se recentrer sur leur objectif initial dans un monde transformé par le numérique. Ils peuvent rester focalisés sur leur cœur de métier et sur l’approche client, tout en sortant de leur périmètre les fonctions secondaires ainsi que la gestion de la complexité. Il va en résulter de nouveaux avantages concurrentiels par rapport aux grands GFI ou aux banques, avec des perspectives intéressantes en termes de scalabilité et de croissance.

De votre point de vue de consultant, comment vos priorités se sont-elles déplacées ?

Nous nous trouvons dans le triangle formé par les GFI, les banques dépositaires et les fournisseurs de technologies ou de services. Nous aidons les gestionnaires de fortune à combler certaines lacunes dans les domaines de la technologie et de l’opérationnel, avec notre offre “Operations as a Service”. La communauté joue un rôle important dans la résolution de ces défis. C’est certainement devenu un élément important de notre travail : nous servons aussi à structurer le réseau de manière à créer des synergies, à mettre en commun l’expérience des uns et des autres et à augmenter le pouvoir d’achat de la communauté. De nombreux COO souhaitent échanger avec des personnes partageant les mêmes idées et comprendre comment d’autres relèvent des défis auxquels ils sont eux-aussi exposés. Nous leur donnons ainsi accès aux meilleures pratiques en matière opérationnelle.

Avec l’externalisation, il se peut que les gérants perdent en contrôle et en indépendance. Quelle est votre impression à ce sujet ?

Je ne vois pas les choses de manière aussi négative. Un gestionnaire de fortune n’externalisera jamais toutes ses opérations. Et il lui faudra impérativement garder le contrôle de ses fournisseurs. Juridiquement, il en va bien évidemment de sa responsabilité. L’important est de bien comprendre quelles fonctions doivent être conservées en interne, et à quel prix. Les nouvelles technologies et ceux qui les mettent en œuvre permettent d’externaliser certaines fonctions tout au long de la chaîne de création de valeur de manière à augmenter la qualité du service – et ce sur une base de coûts variables. En s’y prenant intelligemment, il est possible de gagner en flexibilité, en professionnalisation, et de se dégager de nouvelles perspectives de croissance. Dans ce processus d’externalisation, il vaut alors considérer les partenaires choisies comme des copilotes capables de vous guider sur les voies de la sécurité et de l’efficacité.

 

Dimitri Petruschenko

EAM Technology

Dimitri Petruschenko est co-fondateur et associé gérant de EAM.Technology. Il a 15 ans d’expérience dans l’environnement technologique du secteur financier, en particulier dans les domaines liés aux banques privées, aux gestionnaires de fortune indépendants et aux family offices. Avant de fonder EAM.Technology, il a occupé différents postes de direction chez des fournisseurs suisses de solutions logicielles destinées aux secteurs du wealth management et de l’asset management.

Sphere

The Swiss Financial Arena

Depuis sa création en 2016, SPHERE anime la communauté des pairs de la finance suisse. Elle leur propose en français et en allemand différents espaces d’échange avec un magazine, des hors-série réservés aux Institutionnels, un site web et des évènements organisés tout au long de l’année pour aborder de nombreuses thématiques. Toutes les parties prenantes de la finance, l'un des plus importants secteurs économiques de Suisse, ont ainsi à leur disposition une plateforme où il leur est possible d’échanger, de s’informer et de progresser.